Acathiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Akathistos)
Aller à : navigation, rechercher

L'Acathiste ou l'Hymne acathiste ou l'Acathiste à la Mère de Dieu (en grec : O Ακάθιστος ύμνος) est un hymne parmi les plus célèbres de la liturgie chrétienne, composé en l'honneur de la mère de Jésus Christ. On dit aussi Les Salutations (en grec Chérétismi) pour désigner l'office durant lequel l'hymne est chanté.

Un hymne acathiste est littéralement un hymne que l'on écoute debout (acathiste, en grec moderne signifie non assis). Le premier des acathistes, le plus connu et aussi celui qui en est l'archétype, c'est l'Acathiste à la Mère de Dieu. C'est un chant d'action de grâces composé en 626. Il est chanté lors des matines du samedi de la cinquième semaine du Grand Carême. Les autres acathistes ont été composés sur son modèle.

Histoire de l'Acathiste à la Mère de Dieu[modifier | modifier le code]

Cet acathiste fut chanté la première fois pour célébrer la protection que la Mère de Dieu offrit à la ville de Constantinople, lors de son siège en 626 (VIIe siècle)). La ville était assiégé par les armées arabes et musulmanes alors que l'empereur byzantin Héraclius était parti en guerre contre les Perses. Tandis que les quelques forces grecques présentes organisaient la défense de la Ville, le patriarche Serge implora la protection de la Mère de Dieu (Hodighitria) et le peuple des Politains fit une procession avec son icône. La bataille fut gagnée.

« Et le peuple reconnaissant de Constantinople, rendant grâces à la Mère de Dieu, lui chanta un hymne toute la nuit, sans s’asseoir (acathiste), puisqu’elle n’avait pas cessé elle-même de veiller sur eux et qu’avec une surnaturelle puissance, elle avait remporté la victoire sur les ennemis. Depuis lors, en souvenir de ce prodige si grand et surnaturel, l’Église a pris l’habitude de consacrer cette fête à la Mère de Dieu, en ce temps de l’année où elle donna la victoire. Et on l’appelle acathiste, puisque c’est debout qu’elle fut alors célébrée par le clergé de la ville et par tout le peuple[1]. »

En 678 et en 718, Constantinople fut à nouveau sauvée par l'intercession de la Mère de Dieu[2] ; les citoyens de cette ville invoquèrent l’aide de la Vierge Marie à laquelle Constantinople était consacrée. En 678, la flotte du calife de Damas assiégea la ville mais dut se replier devant la résistance byzantine. Ainsi, après avoir expérimenté la protection de la Mère de Dieu, ils la remercièrent par des chants et des veilles en son nom. Debout, pendant toute la nuit, le peuple chanta l’Akathistos, le grand hymne à la Mère de Dieu, dont l’auteur est inconnu. Et lorsque Constantinople finit par tomber le 29 mai 1453, prise par les forces ottomanes conduites par Mehmet II, le patriarche Georges Scholarios s’adressa à la Mère de Dieu en disant : « Les fidèles ont cessé de vous invoquer pour sauver la ville, mais ils continuent à vous invoquer pour les garder toujours dans la foi des Pères de l’Église.

La Mère de Dieu Theotokos (ΜΡ ΘΥ), mosaïque de la basilique Sainte-Sophie (Constantinople).

L'Hymne acathiste dans la tradition orthodoxe[modifier | modifier le code]

Cette hymne adressée à la Mère de Dieu est l’une des expressions les plus hautes et les plus célèbres de la piété mariale de la tradition orthodoxe byzantine[3]. Selon les mots du byzantiniste Louis Bréhier, « par sa forme élégante, par la profondeur du sentiment mystique et la beauté musicale des mots, l'Akathiste est unique dans la littérature byzantine »[4].

Il est considéré comme un chef-d’œuvre littéraire et théologique qui présente, sous la forme d’une prière, la foi commune et universelle de l’Église des premiers siècles au sujet de la Vierge Marie. Les sources qui ont inspiré cette hymne sont les Saintes Écritures, la doctrine définie par le Concile œcuménique de Nicée, ceux d’Éphèse et de Chalcédoine, ainsi que la réflexion des Pères de l'Église orientale des IVe et Ve siècles. Durant l’année liturgique, l’hymne acathiste est chantée solennellement et intégralement le cinquième samedi de Carême par les orthodoxes et les grecs-catholiques. L'usage s'est établi chez les orthodoxes de faire précéder cette célébration intégrale par quatre offices durant chacun desquels sont chantés successivement, lors des quatre premiers samedis du Grand Carême, chacun des quatre quarts de l'hymne (stances 1 à 6, puis 7 à 12, puis 13 à 18 et 19 à 24). Il est fréquent aussi de déplacer des matines à complies cette célébration qui est ainsi anticipée au vendredi soir tout en demeurant dans la journée liturgique du samedi. Le chant de l'hymne est repris en de nombreuses autres occasions à l'église ou à la maison. Son usage est recommandé à la piété du clergé, des moines et des fidèles.

L'Hymne acathiste dans l'Église catholique romaine[modifier | modifier le code]

Déjà, au début du XXe siècle), l'inspiration du poète français Charles Péguy est très proche du ton solennel de l'Acathite à la Mère de Dieu et il use de métaphores semblables[5].

Dans les années récentes, cette hymne s’est répandue aussi dans les communautés de fidèles de rite latin. Certaines célébrations solennelles mariales, qui ont eu lieu à Rome en présence du Saint-Père, ont contribué à la diffusion de l’hymne acathiste, qui a ainsi bénéficié d’un retentissement très important dans toute l’Église. Cette hymne très ancienne, qui est considérée comme un exemple magnifique de la tradition mariale la plus antique de l’Église indivise, est à la fois un appel et une prière d’intercession en faveur de l’unité des chrétiens, qui est appelée à se réaliser sous la conduite de la Mère de Dieu. Cette hymne est considérée comme un élément majeur pour l'unité de l'Église orientale et occidentale.

Le synode des évêques catholiques qui s'est réuni en octobre 2008 sur le thème de « la Parole de Dieu dans la vie et la mission de l'Église » et dont les conclusions ont été reprises dans l'Exhortation apostolique Verbum Domini du pape Benoît XVI, considère que « prier en utilisant les mots de l'akathistos, dilate l'âme et la dispose à la paix qui vient d'en-haut, de Dieu, à cette paix qui est le Christ lui-même, né de Marie pour notre salut »[6].

Composition de l'hymne[modifier | modifier le code]

Le tropaire « À toi guide invincible »[modifier | modifier le code]

Le chant de l'hymne proprement dit est précédé et suivi par un tropaire de gratitude à la Mère de Dieu pour la protection qu'elle accorde à la cité chrétienne. Ce tropaire est devenu, dans le rite byzantin, le chant à la Mère de Dieu pour les temps de jeûne et en particulier pour le Grand Carême.

Les vingt-quatre stances[modifier | modifier le code]

L’Acathiste appartient à la catégorie d’hymnes appelés Kontakia.
Il est composé de vingt-quatre unités ou stances composées en acrostiche alphabétique.
La moitié d’entre elles – les stances portant un numéro impair – commencent par une exposition poétique qui décrit un événement, et se poursuivent par six actions de grâce adressées à la Toute Sainte Mère de Dieu. Chacune de ces actions de grâce, pleines d’émerveillement et de louanges à son adresse, se conclue par une exclamation caractéristique de la prière, « Réjouis-toi, Épouse inépousée ! » (dans le texte original, en grec ancien, Χαῖρε, Νύμφη ἀνύμφευτε).
L’autre moitié – les stances portant un numéro pair – est composée d’un tropaire qui se termine par l’exclamation de louange « Alléluia ! ».

Réparties en quatre groupes de six stances[modifier | modifier le code]

Les stances 1 à 6 célèbrent le mystère de l'Annonciation à la Vierge, les stances 7 à 12 celui de la Nativité et de l'Épiphanie du Seigneur, les stances 13 à 18 celui de la Parole de Dieu et les six dernières stances la vie de l'Église et le salut du monde. Il faut noter que l'hymnographe, par délicatesse envers la Mère de Dieu, a pris soin d'éviter d'évoquer trop directement les mystères douloureux de la Croix et même les péripéties de la Résurrection du Sauveur. Ce parti pris confère à l'hymne une grande douceur et et une grande allégresse.

Stance n° Incipit en grec, acrostiche alphabétique Incipit en français Acclamation Illustration Titre de l'image
1 γγελος πρωτοστάτης Un ange éminent fut envoyé du ciel Réjouis-toi - L'Annonciation (icône de la fête)
2 Bλέπουσα ἡ Ἁγία La sainte, connaissant son état Allélouia - L'Annonciation (la Vierge se lève pour accueillir l'ange)
3 Γνῶσιν ἄγνωστον γνῶναι Pour comprendre un mystère inconnu Réjouis-toi - L'Annonciation (la Vierge dialogue avec l'ange)
4 Δύναμις τοῦ Ὑψίστου La puissance du Très-Haut Allélouia - La conception virginale
5 χουσα θεοδόχον ἡ Παρθένος Portant le Seigneur Dieu Réjouis-toi - La visitation
6 Zάλην ἔνδοθεν ἔχων λογισμῶν L'âme secouée par d'inquiètes pensées Allélouia - Les doutes de Joseph dissipés
7 Hκουσαν oἱ ποιμένες Les bergers entendant les anges Réjouis-toi - La Nativité du Seigneur (icône de la fête)
8 Θεοδρόμον ἀστέρα Ayant aperçu l'étoile Allélouia - Les mages guidés par l'étoile
9 δον παῖδες Χαλδαίων Les mages de Chaldée Réjouis-toi - L'adoration des mages
10 Kήρυκες θεοφόροι γεγονότες Devenus les héraults porteurs de Dieu Allélouia - Les mages revenant à Babylone
11 Λάμψας ἐν τῇ Αἰγύπτῳ Sur l'Égypte brilla ta vérité Réjouis-toi - La fuite en Égypte et les idoles renversées
12 Mέλλοντος Συμεῶνος Comme Syméon allait trépasser Allélouia - La Présentation du Christ au Temple (icône de la fête)
13 Nέαν ἔδειξε κτίσιν Dieu renouvèle son œuvre Réjouis-toi - Dieu révélé à l'Église
14 Ξένον τόκον ἰδόντες Voyant l'étrange naissance Allélouia - Les hommes se convertissent au ciel
15 λως ἦν ἐν τοῖς κάτω Sans être absent du ciel Réjouis-toi - Le Christ présent au ciel et dans l'Église
16 Πᾶσα φύσις Ἀγγέλων Tous les anges furent troublés Allélouia - Le Christ Emmanuel trône entouré d'anges
17 ήτορας πολυφθόγγους Les rétheurs bavards Réjouis-toi - La Mère de Dieu et son fils en majesté parmi des savants
18 Σῶσαι θέλων τὸν κόσμον Voulant sauver le monde Allélouia - Le Christ en gloire tire les justes des enfers
19 Τεῖχος εἶ τῶν παρθένων Des vierges le rempart Réjouis-toi - La Vierge du Signe parmi les vierges saintes
20 μνος ἅπας Toute hymne est impuissante Allélouia - Le Christ assis reçoit l'hommage des liturges
21 Φωτοδόχον λαμπάδα Flambeau flamboyant Réjouis-toi - La Vierge à l'Enfant debout dans la colonne de feu guide les égarés
22 Χάριν δοῦναι θελήσας ὀφλημάτων Voulant faire grâce Allélouia - Le Christ déchire la cédule de nos dettes
23 Ψάλλοντές σου τὸν τόκον Exaltant ton enfantement Réjouis-toi - La Mère de Dieu, diadème des princes chrétiens
24 πανύμνητε Μῆτερ Ô Mère toute digne de nos chants Allélouia - La Vierge debout protège l'Église

Le sens de l'Acathiste à la Mère de Dieu[modifier | modifier le code]

Chaque stance naît d’un événement de la vie de la Mère de Dieu, ou parfois de la vie de Jésus-Christ qu’elle a enfanté, ou encore d’autres personnages qui leur sont proches, pour exalter la participation de Marie ou de Jésus-Christ à l’épisode en question et son importance pour le salut des hommes.

Le tout début commence par une prière de la ville de Constantinople (qui peut aujourd'hui être le symbole de n'importe quelle communauté), pour rendre grâce à la Mère de Dieu pour sa protection. Elle y est appelée « Général en chef de nos armées ».

À toi, guide invincible de nos armées, à toi les accents de la victoire, libérée des dangers, moi ta cité...'

La tradition indique que l'hymne a été composé et chanté pour la première fois à un moment historique déterminé, pendant une veille, par le peuple de Constantinople debout (= akathistos), comme acte de remerciement parce que la ville avait été sauvée de l’invasion des ennemis. Depuis, pour les fidèles qui mettent toute leur confiance dans le secours de la sainte Mère de Dieu, ce n’est pas la conjoncture historique pour laquelle l’hymne a été écrit qui compte, mais seulement la foi dans l’aide qui vient de Marie toujours Vierge. Le peuple espère que, de la même qu'hier, l'aide de la Toute Sainte sera concédée aujourd’hui à ceux qui l’invoquent[7].

Ensuite débute l'évocation de l’Annonciation par l'Archange Gabriel, la stupeur de la Toute sainte Mère de Dieu et son dialogue avec lui. On annonce la conception de l’embryon dans son ventre par l’opération du Saint-Esprit, puis on raconte la Visitation de la Vierge Marie à Élisabeth (mère de Jean le Baptiste), les doutes de Joseph (Nouveau Testament), l’adoration des bergers, la visite des Rois mages, l’offre de leurs dons à la Vierge Marie, la Fuite en Égypte, loin des menaces du roi Hérode le Grand, la Présentation au Temple.

L'hymne s'achève par une louange au Verbe, Sauveur du monde, et une louange à la Vierge, flambeau lumineux des hommes dans les ténèbres, temple de Dieu, protectrice de l'humanité en tout temps.

Les autres acathistes[modifier | modifier le code]

Il existe des hymnes acathiste à l'ange gardien, à la Trinité, au Saint-Esprit, à la Passion du Christ, à des icônes vénérables de la Vierge et à de nombreux saints et saintes d'Orient et d'Occident. Tous les acathistes respectent la structure de l'Acathiste à la Mère de Dieu. Il est constitué d'un ensemble de treize kontakions et douze strophes appelées en grec liturgique ikos οἶκος qui signifie en alternance.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dom Placide de Meester, L’inno Akathisto, dans Bessarione, Rome, 1905.
  • Hélène Protopapadaki-Papakonstantinou, O Ακάθιστος ύμνος, The Akathistos hymn, L'Hymne acathiste, L'Inno acathistos, édition J. M. Hadjiphotis, Athènes 1988. Édition quinquilingue (grec ancien et moderne, anglais, français et italien) illustrée.
  • Triode de Carême, Diaconie Apostolique.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. Triode de Carême, Diaconie Apostolique
  2. Louis Bréhier, La Civilisation byzantine, Albin Michel, 1970, p. 326 et note 1835.
  3. Directoire sur la piété populaire et la liturgie Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. Chapitre 207. Cité du Vatican 2001
  4. Louis Bréhier, La civilisation byzantine, Albin Michel, 1970, p. 326.
  5. Cela ne signifie pas que Péguy se serait inspiré du texte de l'hymne, dont il n'avait probablement pas connaissance, mais que le poète français du XXe siècle) puisait aux mêmes sources bibliques et liturgiques que l'hymnographe grec du VIIe siècle).
  6. Exhortation apostolique post-synodale Verbum Domini du pape Benoît XVI du 30 septembre 2010, chapitre 88.
  7. Mensuel 30 Jours, N°12 Avril 2004, Interview de Bartholomée Ier, le Patriarche œcuménique de Constantinople, sur la signification de l'Akathistos.