Évangile selon Philippe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'évangile selon Philippe est un évangile gnostique qui a été écrit probablement à la fin du IVe siècle. Il a été trouvé dans la bibliothèque de Nag Hammadi. L’évangile selon Philippe est considéré par les chrétiens comme apocryphe.

Origine[modifier | modifier le code]

Comme pour la plupart des autres textes apocryphes chrétiens, il est peu probable que Philippe soit l'auteur de cet évangile.

Un évangéliste Philippe (l’un des sept, pas l'un des douze apôtres) est mentionné dans les Actes des apôtres (21,8), ce qui pourrait être l'origine de l'attribution à ce personnage d'un évangile écrit. Pourtant cela ne signifie pas forcément qu'il ait écrit un récit des événements de la vie de Jésus, cette façon de l'appeler pouvant très bien renvoyer au chapitre 8 des Actes des apôtres, où le même Philippe "annonce le Christ" en Samarie ou à un eunuque éthiopien.

Contenu[modifier | modifier le code]

Il est écrit dans l'Évangile selon Philippe que Jésus aimait Marie Madeleine (ce qui étonnait ses disciples). L'histoire de Marie la Magdaléenne (Marie-Madeleine) y est racontée d'un point de vue gnostique.

Évangile grec de Philippe[modifier | modifier le code]

Avant la découverte du manuscrit complet dans la bibliothèque copte de Nag Hammadi, on ne connaissait de l'évangile de Philippe qu'une courte citation, introduite sous ce nom, dans la boite à remèdes (en grec Πανάριον, panarion) d'Épiphane de Salamine, qui est une réfutation des gnostiques.

Or le fragment cité par l'hérésiologue n'apparaît pas dans le texte retrouvé à Nag Hammadi. Même si certains ont identifié les deux apocryphes l'un à l'autre, il semble plus raisonnable de maintenir l'existence de deux évangiles distincts, les cas d'homonymie n'étant pas rares pour des titres semblables. On retrouve ce premier texte dans les écrits apocryphes Chrétiens[1] sous le nom Évangile grec de Philippe.

Voici une traduction de ce fragment d'évangile grec de Philippe, tiré du panarion. Le texte en italique est d'Épiphane de Salamine.

Ils citent un faux évangile, au nom du saint disciple Philippe, et dont voici un extrait :

Le Seigneur m'a montré ce que mon âme doit dire dans son ascension vers le ciel et comment elle doit répondre à chacune des puissances d'en haut :
"je me suis reconnue moi-même
"et rassemblée moi-même de toutes parts ;
"je n'ai pas semé d'enfants pour l'Archonte.
"Mais j'ai arraché ses racines,
"et rassemblé mes membres dispersés,
"et je sais qui tu es.
"Car je suis de ceux d'en haut."
C'est ainsi, disent-ils, que l'âme peut aller libre. Mais s'il se trouve qu'elle a procréé un fils, elle est retenue ici bas, jusqu'à ce qu'elle puisse prendre ses propres enfants et les restaurer en elle-même.

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Apocryphes bibliques : il y a aussi des Actes de Philippe

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Olivier-Pierre Thébault : "L'Évangile de Philippe dévoilé", TheBookEdition

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Écrits Apocryphes Chrétiens, Bibliothèque de la Pléiade Tome 1, Paris, 1997 - Notice de Daniel A. Bertrand p.483