Actes de Pierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Actes de Pierre sont un texte apocryphe de la fin du IIe ou du début du IIIe siècles. Ils se composaient vraisemblablement de deux parties : la première à Jérusalem, la seconde à Rome, culminant dans le récit du martyre.

Sources et contenu[modifier | modifier le code]

Des fragments de la première partie, à Jérusalem, ont été conservés en copte. Ils ont été publiés et restitués aux Actes de Pierre par C. Schmidt[1].

La seconde partie est principalement connue (depuis la fin du XIXe s., grâce à Lipsius) par un remaniement latin du IVe s. conservé dans un unique manuscrit, les Actes de Verceil. Quant à l'original grec, il n'en subsiste que le récit du martyre de Pierre sur un manuscrit du mont Athos ainsi qu'un fragment sur un parchemin d'Oxyrhynque[2]. Par ailleurs, plusieurs ouvrages anciens se sont inspirés de la seconde partie, romaine, comme l' Écrit de base du roman pseudo-clémentin, en particulier de la controverse avec Simon le Mage, et la Vie d'Abercius[3]. Dans la tradition latine, cette version de la vie et de la mort de Pierre à Rome, laissera la place à des versions non suspectes d'hétérodoxie, comme les Actes de Pierre et Paul et la Passion du ps.-Lin.

Le récit met en scène Pierre qui est opposé à Simon le Magicien. Il se termine par le martyre de l'apôtre qui, fuyant les persécutions à Rome, rencontre le Christ entrant dans la ville, l'interroge par ces mots « Seigneur, où vas-tu ? »[4], puis, sur sa réponse, « J'entre dans Rome pour y être crucifié » et « Je serai crucifié à nouveau », décide de s'en retourner, puis meurt crucifié la tête en bas.

Il contient quelques éléments docètes et gnostiques. Il est mentionné comme apocryphe dans le Rescrit d'Innocent Ier et le Décret de Gélase.

Remaniement contemporain[modifier | modifier le code]

Le récit a servi de base au roman Quo vadis ? de Henryk Sienkiewicz. Cependant celui-ci a très certainement utilisé comme source les récits de guides touristiques romains plutôt que les Actes de Pierre eux-mêmes[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. TU 24-1, 1903
  2. Écrits apocryphes chrétiens, vol. I, Gallimard, 1997, 1041 ss
  3. Voir un art. que le traducteur dans les Écrits apocryphes chrétiens, I, cite p. 1047 (G. Poupon)
  4. En latin : « Domine, quo vadis ? ».
  5. Marek Starioweywski, « L'épisode Quo Vadis ? (Acta Petri, Martyrium, 6) » dans Humanitas vol. L (1998) p. 257-262

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richardus Adelbertus Lipsius et Maximilian Bonnet ediderunt: Acta apostolorum apokryphae, pars prior, post Constantinum Tischendorf, Lipsia apud Hermann Mendelsohn MDCCXCI. Textus graecus et latinus.
  • Écrits apocryphes chrétiens, vol. I, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1997.

Articles connexes[modifier | modifier le code]