Wittersheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la commune du canton de Benfeld, voir Witternheim. Pour la commune chef-lieu du canton de Wittenheim, voir Wittenheim.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Wittersheim (Sarre).
Wittersheim
Image illustrative de l'article Wittersheim
Blason de Wittersheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau-Wissembourg
Canton Haguenau
Intercommunalité C.A. de Haguenau
Maire
Mandat
Jean-Marc Steinmetz
2014-2020
Code postal 67670
Code commune 67546
Démographie
Gentilé Wittersheimois, Wittersheimoises
Population
municipale
611 hab. (2014)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 46′ 54″ nord, 7° 39′ 33″ est
Altitude Min. 158 m – Max. 230 m
Superficie 7,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Wittersheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Wittersheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wittersheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wittersheim

Wittersheim (alsacien : Witterschè) est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Wittersheim
Huttendorf Niederaltdorf,
Keffendorf
Berstheim
Minversheim Wittersheim Hochstett
Gebolsheim Mommenheim Wahlenheim

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette localité a été occupée par l'armée français durant l'Offensive de la Sarre en 1939.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Wittersheim

Les armes de Wittersheim se blasonnent ainsi :
« Coupé : au premier parti au I d'or plain et au II de sable à l'étoile de six rais d'argent, au second d'azur au pal échiqueté d'argent et de sable de deux tires. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Marc Steinmetz[2] MoDem  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 611 habitants, en diminution de -0,49 % par rapport à 2009 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
519 603 584 666 747 815 742 743 732
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
681 656 697 677 682 688 665 649 666
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
646 631 576 468 479 444 447 479 440
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
401 418 414 444 443 503 582 603 611
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Ulrich : tabernacle mural (IMH (1934)), custode gothique flamboyant (début XVIe siècle) ; pietà (XVe siècle) ; maître-autel (partie fin XVIIe siècle, autels latéraux et statues baroques XVIIIe siècle).
  • Croix de chemin.
  • Vers Minversheim, dans un petit vallon à quelques pas de la route, ancienne source thérapeutique dédiée à saint Ulrich[7]: Dans le vallon du ruisseau appelé Duerrbachgraben où poussent des cépées de noisetiers, naît une source aux vertus thérapeutiques. Ses eaux étaient réputées contre les maladies cutanées, les maladies contagieuses et le traitement des scrofuleux. Cette source ne s'est jamais tarie. Elle a un débit d'environ 100 l/min et une température constante entre 6 et 9 °C. Cette eau, au 19e siècle probablement, fut captée dans un premier bassin et dirigée vers 2 enfilades de bassins en grès servant de lavoir : la série de 3 bassins étant réservée aux catholiques, la série de 2 bassins aux juifs. Ce lieu a été récemment aménagé en but de promenade et intégré au parcours de circuits pédestres.  Une anecdote nous donne l'origine de son nom, Saint-Ulrich.  Jadis la source coulait entre les bans des communes de Huttendorff et Wittenheim et une bataille juridique s'engagea pour en obtenir la propriété, procédure longue et sans résultat. C'est alors que le 4 juillet, jour de la saint Ulrich, la source changea subitement et définitivement de site, coulant nettement sur le territoire de Wittersheim. En remerciement, la commune la baptisa du nom du saint du jour, nom qui fut ensuite donné à l'église.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : "L'Armorial des communes du Bas-Rhin", Edition des Archives départementales du Bas-Rhin.
  2. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Alsace, Hachette-Guides Bleus, 1990, p. 216