Witternheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Witternheim
Witternheim
Maisons à colombages dans le village.
Blason de Witternheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Intercommunalité Communauté de communes du Canton d'Erstein
Maire
Mandat
Philippe Braun
2020-2026
Code postal 67230
Code commune 67545
Démographie
Gentilé Witternheimois, Witternheimoises
Population
municipale
505 hab. (2018 en diminution de 1,17 % par rapport à 2013)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 53″ nord, 7° 36′ 46″ est
Altitude Min. 159 m
Max. 163 m
Superficie 4,99 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Strasbourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Erstein
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Witternheim
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Witternheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Witternheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Witternheim
Liens
Site web http://www.witternheim.fr

Witternheim [vitəʁnaim] est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village fait partie du canton d'Erstein et de l'arrondissement de Sélestat-Erstein. Il se trouve à une altitude de 160 mètres et est longé à l'ouest par le Quellgraben, un sous-affluent de l'Ill.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Witternheim
Sermersheim,
Kogenheim
Rossfeld
Ebersmunster Witternheim Neunkirch
Hilsenheim Bindernheim Zelsheim

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Witternheim est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 268 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (73,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (64,1 %), forêts (19,5 %), zones urbanisées (8 %), prairies (7,8 %), zones agricoles hétérogènes (0,6 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est occupé depuis l'âge du bronze et est mentionné pour la première fois dans les archives dès le XIIe siècle sous le nom de Wilderceldenheim. Witterheim est d'abord une dépendance de la famille noble des Rathsamhausen d'Ehnwihr puis est vendu à la famille des Mueg de Boofzheim en 1498. La Réforme protestante est introduite par les Rathsamhausen. Les villageois doivent alors se rendre au temple protestant de Diebolsheim pour pratiquer leur culte. Après l'extinction de cette famille, le village revient à plusieurs propriétaires. Le village fait partie jusqu'au XIXe siècle de la paroisse de Neunkirch. Près de ce village se trouvait un tumulus, connu dans la contrée sous le nom de Lieberain et surmonté d'un grand tilleul sous lequel on dansait jusqu'à la fin du XIXe siècle. Au XIXe siècle, le tissage à domicile était très florissant dans le village. Les tisserands travaillaient surtout pour les entreprises de Sainte-Marie-aux-Mines dont l'activité demandait beaucoup de main-d'œuvre.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Witternheim

Les armes de Witternheim se blasonnent ainsi :
« De gueules à la tour d'or, senestrée d'un avant-mur du même, le tout maçonné de sable. »[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 1989 Jean-Jacques Haug    
mars 1989 2014 Jacques Helfter[9] SE  
2014 En cours
(au 31 mai 2020)
Philippe Braun [10]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE Artisan
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2018, la commune comptait 505 habitants[Note 3], en diminution de 1,17 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
223241288315427420414393430
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
442450475454410398396399402
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
432412390352346378360331322
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
340316274353386382497510497
2018 - - - - - - - -
505--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Sébastien.
Calvaire au milieu du village.

Église Saint-Sébastien[modifier | modifier le code]

En 1945, l'église fut démolie par des bombardements et reconstruite après la guerre. Il existait à l'endroit même un édifice qui a été élevé au XVe siècle à l'initiative de Jacques Mueg, propriétaire du village. Elle tomba en ruine en 1760. Selon d'autres sources, l'église aurait été construite en 1537, puis reconstruite en 1851. Elle aurait subi des transformations vers 1870. Dans l'église se trouvait un orgue provenant d'Avolsheim qui a été détruit en 1945. L'orgue actuel, du facteur Schwenkedel, date de 1957.

Mairie-école[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Un restaurant se trouve à la sortie ouest de Witternheim

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annick Schnitzler-Lenoble, "Paysages des Rieds de l'Ill et du Zembs entre Witternheim et Ehl" , dans Annuaire de la Société d'histoire des Quatre Cantons, no 1, Benfeld, 1983, p. 113-123

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  9. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin. « Copie archivée » (version du 8 novembre 2013 sur l'Internet Archive).
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.