Viols durant les guerres civiles en République démocratique du Congo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rassemblement de femmes victimes de viols de guerre en RDC en 2001.

Les viols durant les guerres civiles au Congo sont des violences sexuelles exercées au cours des premier et deuxième conflits en République démocratique du Congo (RDC), toutes les parties armées au conflit ont mené une politique de viol génocidaire, avec pour objectif principal la destruction totale des communautés et des familles[1]. La violence dirigée contre les femmes et exercée à leur égard était telle que Human Rights Watch (HRW) l'a décrite comme «une guerre dans la guerre»[2],[3]. HRW a rapporté qu'en mars 2013, le conflit civil avait repris lorsque la milice, le Mouvement du 23 mars (M23), avait repris les hostilités après un cessez-le-feu.

Des viols et des mutilations ont été perpétrés sur des femmes âgées de cinq ans à quatre-vingts ans. Certaines ont été violées et leurs familles forcées de regarder[note 1]. En 2008, les Nations Unies (ONU) ont estimé que près de 200 000 femmes avaient souffert d'une forme de violence sexuelle[4]. La brutalité des viols a causé des problèmes sociaux, familiaux et psychologiques et de santé à long terme. Des cas de viols de nourrissons âgés d'un an ont été signalés, ainsi que de femmes nonagénaires. Médecins Sans Frontières (MSF) a rapporté que plus de 50 pour cent des survivantes pensaient que le recours au viol était une tactique délibérée utilisée pour l'extermination du peuple congolais.

Bien que les femmes ont été les principales victimes de violences sexuelles, les hommes et les garçons sont également agressés sexuellement. En 2009, plusieurs organisations non gouvernementales, dont HRW et Amnesty International (AI), ont signalé que le viol des hommes en RDC était systématique et en augmentation[5]. La majorité des viols ont été perpétrés par des milices telles que l'Armée de résistance du Seigneur, les Forces démocratiques de libération du Rwanda, les Maï-Maï et le Congrès national pour la défense du peuple. Depuis 2009, les viols, meurtres et violations des droits humains perpétrés par les forces armées (FARDC) de la RDC se sont multipliés[6].

Le viol comme stratégie de génocide[modifier | modifier le code]

« Photo : USAID/Leah Werchick ; les victimes de viol qui ont été réintégrées avec succès dans leurs communautés se rassemblent dans une « hutte de la paix » près de Walungu, au Sud-Kivu en RDC.

Selon Amnesty International, le recours au viol en temps de guerre n'est pas un sous-produit des conflits, mais une stratégie militaire planifiée et délibérée[7]. Au cours du dernier quart de siècle, la majorité des conflits sont passés de guerres entre États-nations à des guerres civiles communautaires et intra-étatiques. Au cours de ces conflits, l'utilisation du viol comme arme contre la population civile par des acteurs étatiques et non étatiques est devenue plus fréquente. Des journalistes et des organisations de défense des droits humains ont documenté des campagnes de viols génocidaires lors des conflits dans les Balkans, en Sierra Leone, au Rwanda, au Libéria, au Soudan, en Ouganda et en RDC[8].

Le but stratégique de ces viols de masse est double. Le premier est d'instiller la terreur parmi la population civile, avec l'intention de la forcer à l'éloigner de ses biens. Le second est de diminuer les chances d'un éventuel retour en infligeant humiliation et honte à la population ciblée. Le viol en tant que génocide est bien adapté aux campagnes qui impliquent le nettoyage ethnique et le génocide, car l'objectif est de détruire ou de déplacer de force la population cible et de s'assurer qu'elle ne revienne pas[8].

En RDC, le viol génocidaire était axé sur la destruction de la famille et des communautés. Un entretien avec une survivante a fait état de viol collectif, de cannibalisme forcé d'un fœtus prélevé sur une femme éviscérée et de meurtre d'enfant[1].

Estimations des victimes[modifier | modifier le code]

En 2006, Jean-Marie Guéhenno a signalé à l'ONU qu'au cours des six mois précédents, 12 000 femmes et filles avaient été violées[9]. En 2009, on estimait qu'il y avait 1 100 viols par mois, 72 % des survivantes déclarant avoir été torturées lors de leurs agressions[10]. En 2011, on a estimé qu'il y avait eu jusqu'à 400 000 viols[11]. En 2013, HRW a signalé que le M23 avait tué 44 civils et violé au moins 61 femmes et filles près de la ville de Goma[12].

Un article de l'American Journal of Public Health a estimé à deux millions le nombre de victimes de viol en 2011[13]. Selon les statistiques de victimes de viol présentées à Shelly Whitman lors d'une visite à l'hôpital Panzi de Bukavu en 2010, 66 filles de moins de trois et 50 femmes de plus de 65 ans avaient été admises à l'hôpital pour un traitement en raison de violences sexuelles entre janvier et juillet 2010[14]. Les statistiques fournies par les centres de santé locaux montrent que 13 % de tous les survivantes avaient moins de quatorze ans.. L'agent de HRW en RDC, Anneke Van Woudenberg, a déclaré à propos de l'utilisation généralisée du viol qu'il «est devenu une caractéristique déterminante» du conflit[15].

Conséquences[modifier | modifier le code]

HRW rapporte que des femmes et filles âgées de cinq à quatre-vingts ans ont été agressées avec une brutalité exceptionnelle, avec des couteaux et des lames de rasoir utilisés pour mutiler le vagin. Des familles ont été forcées de regarder des femmes subir des agressions sexuelles.

Les survivantes des attaques ont signalé des problèmes de santé majeurs à la suite des viols. 87 % ont signalé des pertes vaginales et 79 % ont signalé des douleurs abdominales basses. Les fistules étaient monnaie courante chez les survivantes, 41 pour cent ont signalé l'écoulement de matières fécales et urinaires du vagin[16].

Les traumatismes psychologiques comprennent les cauchemars et l'insomnie, 77 % déclarant en avoir souffert. 91 % des survivantes ont déclaré vivre dans la peur et avoir honte des agressions. Au centre de santé Saint Paul à Uvira, dans un examen des dossiers médicaux de 658 survivants, neuf pour cent comptaient de cas de personnes testées positives pour le VIH. Les autres infections sexuelles étaient la syphilis, avec 13 % d'infections, et 31 % supplémentaires étaient infectées par la gonorrhée. Peu de victimes recherchent des soins médicaux, en raison des coûts associés aux soins de santé, et aussi du fait que s'il devenait publiquement connu qu'elles ont été violées, ces survivantes seraient alors socialement stigmatisées[16].

Dans un rapport, MSF indique que plus de 50 % des survivantes affirment avoir été agressées alors qu'elles travaillaient dans les champs. Ces agressions sont le plus souvent menées par des groupes d'hommes armés, les femmes sont battues puis violées et laissées gisant au sol. D'autres ont déclaré avoir été agressées lors de raids sur leurs villages et un grand nombre de femmes ont déclaré avoir été violées dans les sous-bois où elles étaient allées se cacher lorsqu'elles ont fui leurs maisons[16].

Interrogées sur leurs opinions quant à la motivation derrière les violences sexuelles, 83 % ont estimé que le manque d'organisation, de formation et le manque de discipline avaient joué un rôle. 57 pour cent pensaient que la violence sexuelle était utilisée comme une tactique d'extermination délibérée du peuple congolais, d'après les déclarations des témoins, MSF est arrivé à la conclusion que « la violence sexuelle a été clairement liée à la stratégie militaire des parties belligérantes et s'est produit de manière si systématique qu'il est faux de le considérer comme un effet secondaire de la guerre »[16].

Procès pour crimes de guerre[modifier | modifier le code]

Soldats du M23

En 2013, s'est tenu un procès collectif de 39 soldats des FARDC. Les hommes ont été accusés d'avoir violé 102 femmes et 33 filles dans le canton de Minova à la suite de leur retraite de Goma après une attaque des forces du M23. En 2014, le procès s'est conclu par deux condamnations pour viol et les autres ont été innocentés. Maud Jullien, qui travaille pour la BBC, a déclaré que le résultat était une grande déception, et les avocats des survivantes pensent que la décision aura pour effet de décourager les autres survivantes de se manifester[17].

Réactions internationales et nationales[modifier | modifier le code]

Mary Robinson, envoyée spéciale des Nations Unies pour la région des Grands Lacs, visite un hôpital de Goma où elle est guidée à travers la section Heal Africa qui aide les victimes de violences sexuelles.

Les Nations Unies ont déclaré que la RDC était l'épicentre de l'utilisation du viol comme arme de guerre, dans une étude concluant que 48 femmes y sont violées toutes les heures. En 2010 est publié un rapport de l'ONU sur les viols en RDC intitulé Projet Mapping[18]. Le projet du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme dresse l'inventaire des violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 en République démocratique du Congo[19],[20],[21],[22].

En 2009 Eve Ensler s'est rendue en RDC et, après avoir parlé aux survivantes de leur besoin d'un lieu de guérison, a proposé la création d'une «cité de la joie» (en anglais : City of joy}. En 2011, V-Day, en association avec la Fondation Panzi (RDC), a ouvert la Cité de la Joie. Le centre est situé à Bukavu et traite 180 victimes de violences liées au genre par an[23],[24].

Leah Chishugi, une infirmière rescapée du génocide rwandais établie en Grande-Bretage, s'est rendue en RDC. En découvrant les viols de masse qui étaient en cours, elle a commencé à documenter les témoignages des survivantes. En deux mois, elle a interrogé jusqu'à 500 survivantes d'agressions sexuelles. La plus jeune victime n'avait qu'un an, la plus âgée avait 90 ans et une victime, âgée de 14 ans, avait déjà accouché deux fois, après avoir été fécondée de force[25]. Chishugi a fondé l'organisme de bienfaisance Tout est un avantage qui fait campagne au nom des survivantes des victimes de viol et d'autres violations des droits de l'homme pendant les conflits civils[7],[26].

En 1997, la docteresse Rachel Kembe, avec cinq autres femmes professionnelles, a fondé l'Association nationale des mamans pour l'aide aux déshérités (ANAMAD). En 2007, le centre traitait 2 500 victimes de viol, mais Kembe a déclaré que leur nombre ne cesse de croître. L'ANAMAD a construit des logements pour jusqu'à 30 déplacées internes et leurs familles, mais dit qu'ils ont besoin de plus de financement car leurs ressources sont insuffisantes[27].

Denis Mukwege, un médecin spécialiste de la réparation chirurgicale des victimes de viols au Congo.

Denis Mukwege et ses collègues ont soigné environ 30 000 victimes de viol depuis le début des conflits. Il a rapporté que des femmes ont reçu des balles dans les parties génitales à la suite d'une agression et que d'autres ont reçu des produits chimiques sur leurs parties génitales à la suite de viols. Il pense que le recours au viol est une stratégie efficace car les gens sont forcés de fuir leurs maisons et leurs terres[28].

La réalisatrice de documentaires Fiona Lloyd-Davies a publié Seeds of Hope lors du Sommet mondial pour mettre fin à la violence sexuelle dans les conflits[29],[30].

Julienne Lusenge à Kinshasa en 2014

Julienne Lusenge est une femme également engagée dans la dénonciation des viols comme arme de guerre au Conge. Elle a participé en 2000 à la création de l'association Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégral SOFEPADI[31],[32]. L'association aide les victimes à déposer plainte[33] et prodigue des soins dans la clinique Karibuni Wamama fondée à Bunia[34], ouverte en 2010, dans le Nord-Kivu[35]. Lusengue est aussi intervenue en 2015 auprès du conseil de sécurité de l'ONU pour pousser la communauté internationale à s'engager dans la luttre contre les viols de guerre[36],[37].

Tatiana Mukanire survivante et autrice du livre Au-delà de nos larmes, publié en 2021.

Tatiana Mukanire Bandalire publie en , aux éditions Des Femmes - Antoinette-Fouque, Au-delà de nos larmes, un récit de témoignage et de combat contre les violences sexuelles en temps de guerre tiré à 4 000 exemplaires[38]. Elle s'engage aussi à travers le Projet Mapping[39] .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Human Rights Watch a décrit l'extraordinaire brutalité des viols en RDC - des fillettes de cinq ans et des femmes de quatre-vingts ans auraient reçu une balle dans le vagin ou auraient été mutilées à l'aide de couteaux et de lames de rasoir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Rape in DR Congo: Victims and Torturers », sur Pulitzer Center (consulté le )
  2. Merril D. Smith, Encyclopedia of rape, Greenwood Press, (ISBN 0-313-32687-8 et 978-0-313-32687-5, OCLC 54461932, lire en ligne)
  3. (en) Juliane Kippenberg et Joanne Csete, The war within the war, Sexual Violence Against Women and Girls in Eastern Congo, Human Rights Watch, (ISBN 1-56432-276-9, lire en ligne [PDF])
  4. Drumond 2012, p. 98.
  5. Drumond 2012, p. 99-100.
  6. Drumond 2012, p. 96.
  7. a et b (en-GB) Laura Smith-Spark, « How did rape become a weapon of war? », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. a et b Leaning, Bartels et Mowafi 2009, p. 174.
  9. Corrêa, Petchesky et Parker 2008.
  10. (en) Denis Mukengere Mukwege et Cathy Nangini, « Rape with Extreme Violence: The New Pathology in South Kivu, Democratic Republic of Congo », PLOS Medicine, vol. 6, no 12,‎ , e1000204 (ISSN 1549-1676, PMID 20027215, PMCID PMC2791171, DOI 10.1371/journal.pmed.1000204, lire en ligne, consulté le )
  11. (en) Lori Poloni-Staudinger, Terrorism and violent conflict : women's agency, leadership, and responses, Springer, (ISBN 978-1-4614-5641-4, 1-4614-5641-X et 1-4614-5640-1, OCLC 822977299, lire en ligne), « Rape as a Weapon of War and Genocide »
  12. (en) « DR Congo: M23 Rebels Kill, Rape Civilians », sur Human Rights Watch, (consulté le )
  13. (en) Amber Peterman, Tia Palermo et Caryn Bredenkamp, « Estimates and Determinants of Sexual Violence Against Women in the Democratic Republic of Congo », American Journal of Public Health, vol. 101, no 6,‎ , p. 1060–1067 (ISSN 0090-0036 et 1541-0048, DOI 10.2105/AJPH.2010.300070, lire en ligne, consulté le )
  14. (en) Matthew A. Schnurr et Larry A. Swatuk, Natural resources and social conflict : towards critical environmental security, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-1-137-00246-4, 1-137-00246-8 et 1-280-58466-1, OCLC 783812343, lire en ligne), p. 128–150.
  15. Leaning, Bartels et Mowafi 2009, p. 187.
  16. a b c et d Leaning, Bartels et Mowafi 2009.
  17. (en-GB) « DR Congo rape trial: Many soldiers cleared, two guilty », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « HCDH | RDC: Projet « Mapping » concernant les violations des droits de l’homme 1993-2003 », sur OHCHR (consulté le )
  19. (en) « Forty-eight women raped every hour in Congo, study finds », sur the Guardian, (consulté le )
  20. « Viols en temps de guerre, le silence et l'impunité », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  21. « RDC : l'ONU confirme le viol de plus de 150 femmes dans le Nord-Kivu », sur ONU Info, (consulté le )
  22. « Viols de masse en RDC : l'ONU appelle à la fin de l'impunité », sur ONU Info, (consulté le )
  23. (en) Tamara Kreinin, Handbook of clinical gender medicine, Karger, (ISBN 978-3-8055-9930-6, 3-8055-9930-7 et 1-283-59126-X, OCLC 810276142, lire en ligne), « Violence: Adaptive Regulated Aggression Contrasted with Violence Against Women », p. 99–124.
  24. (en) « City of Joy: New hope for Congo's brutalised women | Katharine Viner », sur the Guardian, (consulté le )
  25. (en) « Congo rape testimonies: Aged one to 90, the victims of hidden war against women », sur the Guardian, (consulté le )
  26. (en-GB) Stephen Sackur, Stephen, « Leah Chishugi », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. (en) « Congolese women confront legacy of rape », sur Africa Renewal, (consulté le )
  28. (en-GB) « Denis Mukwege: The rape surgeon of DR Congo », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. (en) « Rape in DR Congo: Victims and Torturers », sur Pulitzer Center (consulté le )
  30. (en) « Congo Soldiers' Shocking Stories: 'When We Rape We Feel Free' », sur Pulitzer Center (consulté le )
  31. Doris Buss et al., Sexual Violence in Conflict and Post-Conflict Societies: International Agendas and African Contexts, p. 279, New York & London, Routledge, 2014 (ISBN 9781138019522).
  32. « L'entretien - Julienne Lusenge, cofondatrice de l'association Sofepadi », sur France 24 (consulté le ).
  33. Brigitte Perucca, Violences faites aux femmes : le règne de l'impunité, Le Monde, 12.10.2010, [lire en ligne].
  34. Centre médical Karibuni Wamama, Bunia.
  35. Camille Béthoux, La Promotion des normes internationales des droits de l'homme. Le rôle de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH), p. 67-69, Paris, EAC, (ISBN 9782813000255).
  36. Landmark resolution on Women, Peace and Security, no 1325, 2000.
  37. « Julienne Lusenge (NGO Working Group on Women, Peace and Security) on Women, Peace and Security - Security Council, 7533rd meeting - http://webtv.un.org / WEBTV » (consulté le )
  38. Tatiana Mukanire Bandalire, Au-delà de nos larmes, (ISBN 978-2-7210-0921-0 et 2-7210-0921-4, OCLC 1289501103, lire en ligne)
  39. « Signez la pétition demandant aux Nations Unies de lever l'embargo sur la base de données des présumés auteurs des crimes documentés dans le Rapport Mapping », sur Debout Congolaises, (consulté le )