Vilaine (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Vilaine.
Vilaine
Réalisation Jean-Patrick Benes
Allan Mauduit
Scénario Allan Mauduit
Jean-Patrick Benes
Acteurs principaux
Sociétés de production Karé Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 93 minutes
Sortie 2008

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Vilaine est un film français réalisé par Jean-Patrick Benes et Allan Mauduit, sorti en 2008.

Marilou Berry interprète Mélanie, une jeune femme au physique ingrat, accablée par son entourage, un peu trop gentille et indulgente. Un jour, un piège de sa cousine Aurore, jouée par Frédérique Bel, et de ses amies, fait déborder le vase. Décidée à se venger, Mélanie devient « vilaine » et exploite son patron, fait des sales coups aux amies d'Aurore, et donne des « conseils » avisés à tout le monde.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mélanie est une jeune fille au physique quelconque, trop gentille pour son propre bien. Elle est serveuse dans une station-service, et sa voisine Mlle Stanpinski, sa mère, son patron Richard, les pensionnaires de la maison de retraite de sa grand-mère, tout le monde profite d'elle et de sa complaisance envers les autres. Elle parle sur un site de rencontre avec un mystérieux prince charmant qui lui laisse des messages romantiques. Mais malheureusement pour elle, il ne s'agit que d'une plaisanterie perverse de sa cousine Aurore, belle jeune femme adulée du garagiste Jonathan, qui joue le rôle du prince dans cette histoire. Aurore, suivie de ses amies et futures demoiselles d'honneur Blandine (fille du maire de leur petite ville) et Jessica, s'amuse de voir courir cette « mocheté » de Mélanie, tout en lui donnant des conseils vis-à-vis de son faux soupirant.

Mélanie finit par s'apercevoir de la manœuvre. A partir de ce moment, tout doit changer pour elle. Elle décide de renverser les rôles ; après avoir martyrisé le chien de sa voisine, elle tente de s'opposer à son patron, mais en pure perte. L'approche frontale ayant échoué à changer sa vie, elle opte pour des manœuvres plus subtiles. Son patron veut la renvoyer pour engager une serveuse plus avenante ? Elle s'arrange pour rédiger elle-même l'offre d'emploi, qui attire l'inspection du travail. Mélanie conserve son poste et dicte désormais ses conditions à son employeur. Déniant tout intérêt aux problèmes des autres, elle conseille à Innocent, l'homme de ménage africain sans papiers employé au noir par son patron, de réclamer auprès de l'Etat sa régularisation. Aurore et ses amies la persécutent ? Elle conseille à Jessica, qui n'a pas inventé l'eau tiède, d'aller tenter sa chance à Paris, dans les jeux télévisés. Le « succès » de la jeune fille, qui passe de plateau en plateau en étalant son inculture fait la joie des habitants de sa ville d'origine. Blandine, quant à elle, tient un magasin de porcelaines animales, et prévoit, avec l'aide de son père, d'expulser les retraités (dont la grand-mère de Mélanie, la dernière personne à être gentille avec elle) pour récupérer leur bâtiment et le transformer en musée de la porcelaine. Mélanie organise un petit chantage auprès de Blandine, révélant notamment à Aurore que Blandine garde en secret une photo d'un certain Aymeric sur elle ; Aymeric, héritier d'une bonne famille, doit justement se marier avec Aurore sous peu.

Si Aurore destitue Blandine de son titre de demoiselle d'honneur, et s'assure de son côté que toutes les preuves de sa propre liaison avec Jonathan disparaissent totalement, Blandine n'a toujours pas cédé. Mais, inquiète des menaces de Mélanie à l'approche de l'expulsion, elle met en sûreté dans un entrepôt toutes ses porcelaines. Hélas pour elle, le soir-même un éléphant en colère fait irruption dans l'entrepôt. La collection de porcelaine anéantie, l'expulsion des retraités est annulée, et Blandine sombre dans l'alcool.

Mais Mélanie continue tout de même à recevoir des cadeaux et des lettres d'amour. Qui peut bien lui envoyer tout cela ? Ce n'est pas Jonathan, et elle découvre qu'il s'agit finalement d'Innocent. Tombée amoureuse de son admirateur secret, elle court le rejoindre, mais Richard lui apprend qu'il a été arrêté par la police après avoir été dénoncé par Aurore. Elle cherche à le faire libérer, mais Aurore, qui doit se marier le jour-même, fait irruption dans son appartement et tente de la séquestrer pour l'empêcher de nuire à la cérémonie. Après une bagarre violente, Mélanie parvient à s'échapper, tandis qu'Aurore, menottée à un radiateur, arrive tout de même au mariage dans un état lamentable. La cérémonie est interrompue par Jonathan, lui aussi « coaché » par Mélanie, qui lui déclare sa flamme en pleine église. Blandine et Aymeric s'avouent leur amour réciproque, et le mariage est annulé.

Quant à Mélanie, elle arrive à l'aéroport d'où Innocent doit être renvoyé dans son pays. Cherchant à empêcher cette expulsion par tous les moyens, elle finit par l'accuser d'être responsable des coups et blessures causées par Aurore. Innocent est arrêté et l'expulsion reportée. Dans la camionnette de police, lui et Mélanie s'enlacent enfin.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Les présentateurs télévisés Julien Lepers et Patrice Laffont font une apparition dans le film. Ils jouent leurs propres rôles en présentant les jeux télévisés Questions pour un champion pour le premier, Des chiffres et des lettres et Le Juste Euro pour le deuxième.

Accueil[modifier | modifier le code]

Controverse[modifier | modifier le code]

Des nombreux points communs ont été notés, lors de la sortie de Vilaine en 2008, avec le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet, sorti 7 années auparavant[2]. Ainsi les 2 héroïnes partagent :

  • des noms ressemblants : « Mélanie Lupin » pour Vilaine et « Amélie Poulain » pour le film du même nom ;
  • la même profession : serveuse ;
  • la même coupe de cheveux.

La structure du film présente aussi des points similaires :

  • la présence d'une voix-off qui présente au spectateur à la fois le passé de l'héroïne et les personnages qui constituent son entourage ; le narrateur est ici Jean-Claude Dreyfus notamment connu pour le film Delicatessen de Marc Caro et, justement, Jean-Pierre Jeunet ;
  • les deux films se concluant par l'héroïne trouvant finalement l'amour.

Les dissemblances pourraient même faire penser Vilaine comme parodiant le film de Jeunet :

  • là où Amélie rend les gens heureux autour d'elle, Mélanie va régler ses comptes et se venger des amis et de l'entourage qui ont profité ou abusé de ses faiblesses ;
  • là où Amélie évolue dans un Paris irréel digne d'une carte postale, Mélanie vit dans un petit bourg anonyme de province.

Il y a également une référence certaine à la bande-dessinée Henriette de Dupuy et Berberian quant aux physiques des personnages de Mélanie, sa cousine et ses deux copines.[travail inédit ?]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]