Julien Lepers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gerval et Lepers.
Julien Lepers
Image illustrative de l'article Julien Lepers
Julien Lepers à Polymanga en 2016.

Nom de naissance Ronan Gerval Lepers
Date de naissance (68 ans)[a]
Lieu de naissance Paris, France
Nationalité Drapeau : France Française
Langue français, anglais, espagnol
Émissions Questions pour un champion (1988-2016, France 3)
Radio RMC
RTL
Chaîne TSR
Antenne 2
FR3
France 2
France 3
TV5 Monde
Comédie +
Site internet Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Ronan Gerval Lepers, dit Julien Lepers, né le à Paris, est un animateur de télévision et de radio ainsi qu'un auteur-compositeur-interprète français.

Il est notamment connu pour avoir été le présentateur du jeu télévisé Questions pour un champion sur France 3, du 7 novembre 1988 jusqu'au 20 février 2016[1], mais également pour être le compositeur de deux grands succès du chanteur Herbert Léonard : Pour le plaisir (1981) et Amoureux fous, chanté en duo avec Julie Pietri (1983).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Julien Lepers est le fils du chef d'orchestre, pianiste de jazz et architecte Raymond Lepers[2] et de la chanteuse Maria Rémusat[3], et petit-fils du peintre Claude Rémusat. Il nait à Paris, mais passe son enfance à Antibes, puis au collège de l'institution Sainte-Marie de Saint-Dié. Il étudie ensuite le droit à l'université de Nice, d'où il obtient une licence[4].

Dans les colonnes d’Ici Paris, Julien Lepers explique avoir eu une enfance difficile : une phase de sa vie qu'il préfère oublier, marquée de surcroît par l'absence de ses parents. Il affirme ainsi : « s'il fallait changer quelque chose dans ma vie, je crois que ça serait mon enfance passée chez des nounous et le début de mon adolescence »[5].

Très jeune, il est envoyé dans un pensionnat réputé[b] du Tarn, à Sorèze, loin du cadre de ses parents, dont il regrette l'absence, qu'il traduit à travers les propos suivants : « Moi, mes parents étaient artistes, ils étaient toujours sur les routes. Il m’est arrivé de passer un trimestre entier loin d’eux. Je me revois, seul, dans la cour de récréation désertée. Je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières, mais j’ai manqué d’affection et j’en ai beaucoup souffert »[5].

Carrière d'animateur[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Bien qu'il ait obtenu une licence en droit, Julien Lepers est surtout intéressé par la musique, aussi lorsque l'occasion se présente, il participe à Monaco à un concours d'animateur radio organisé par Jean-Pierre Foucault pour RMC. Il remporte ce concours face à 3500 candidats et décroche le poste promis par la station de radio. Il devient, de 1973 à 1978, animateur sur cette station où il est le « Monsieur Hit-parade », annonçant les classements des chansons[6]. Il fait sa première apparition à la télévision à 25 ans, le 23 février 1975 dans l'émission de variétés Ring Parade - Système deux sur Antenne 2. L'animateur Guy Lux l'invite le temps d'un numéro pour annoncer les performances des chanteurs en compétition. Après RMC, Lepers part en 1978 sur RTL où il animera une dizaine d'émissions dont le célèbre Stop ou encore (qu'il anime jusqu'en septembre 1998).

Au début des années 1980, il démarre à la télévision comme animateur en Suisse, sur la TSR dans À tout cœur, l'une des émissions de divertissement de la chaîne, accueillant à cette occasion les grandes pointures de la chanson. Au début de l'année 1986, à l'âge de 36 ans, il continue sur sa lancée en France en prenant les rênes de l'émission de variétés La Nouvelle affiche sur FR3 qui sera ensuite animée par Philippe Risoli jusqu'en 1987. À partir du 15 août 1986, Julien Lepers officie à la présentation de l'émission Télématin en direct sur Antenne 2, un magazine composé de plusieurs rubriques, reportages et journaux télévisés [7] en remplacement de William Leymergie, parti présenter le journal de 13 heures avec Patricia Charnelet. Julien Lepers alterne la présentation du magazine avec Roger Zabel et Mady Tran jusqu'en 1988 avant d'être contacté par FR3.

Questions pour un champion (1988-2016)[modifier | modifier le code]

En 1988, FR3, par l'intermédiaire de sa directrice des programmes Sabine Mignot confie à Julien Lepers, 39 ans, la présentation d'un nouveau jeu télévisé : Questions pour un champion, adapté du jeu britannique Going for Gold. Le 7 novembre 1988 à 18h 30, FR3 diffuse la première émission du jeu : 4 candidats (plus rarement 5) s'affrontent en trois manches. Celui ou celle qui arrive à répondre le mieux aux questions posées par l'animateur et qui atteint le nombre de points imposés par le règlement au « face-à-face final » est champion, remporte un gain et décide ou non de remettre son titre en jeu. Le champion ou la championne gagne la cagnotte, ainsi qu'un gain après avoir remporté 5 victoires consécutives.

Le jeu est retransmis quotidiennement sur FR3 (devenue France 3), tout d'abord du lundi au vendredi, puis du lundi au samedi, du lundi au dimanche puis de nouveau du lundi au samedi. Au tout début et pendant quelques mois, le jeu réalise des audiences moyennes. FR3 laisse alors le temps au programme et à son animateur de s'installer. Le jeu deviendra ensuite un succès populaire avec de fortes audiences et donnera à son animateur une nouvelle notoriété. L'émission sera souvent parodiée et de nombreux extraits, notamment de plusieurs candidats, reviennent dans les bêtisiers et autres zappings. Le jeu, resté pratiquement toujours dans la même case horaire (diffusé à 18 h 10 en 2015) a, au fil du temps, développé de nombreuses émissions spéciales : Masters (anciens grands champions), Langue française (avec des candidats de pays francophones), Grandes écoles, Lycées, Familles, Célébrités (animateurs, chanteurs, acteurs, humoristes, écrivains, sportifs — dont une spéciale candidature pour les jeux olympiques « Paris 2012 » en 2005, etc.).[réf. souhaitée]

180 clubs Questions pour un champion ont été créés en France, des jeux de société et le jeu vidéo Questions pour un champion online ont été commercialisés. Le jeu (émissions quotidiennes et spéciales) a été récompensé par trois 7 d'or dans les années 1990 : « meilleur jeu télévisé/meilleure émission de jeu » en 1991 et 1998 et « meilleure émission de divertissement » pour Les Masters en 1999.[réf. souhaitée]

Julien Lepers en 2014 sur le plateau de l'émission Questions pour un champion.

À compter du , en plus de la « version classique » quotidienne, Julien Lepers anime également Questions pour un super champion, un format hebdomadaire plus long dans lequel s'affrontent d'anciens grands champions pour remporter également une cagnotte (le face-à-face final se déroule avec le super champion). Cette émission est diffusée le dimanche à 17 h 55, du au , puis le samedi à la même heure à partir du . Cette nouvelle diffusion de l'émission, due à une légère baisse d'audience, cède la place le dimanche au nouveau jeu Le Grand Slam présenté par Cyril Féraud, une déclinaison plus longue du jeu quotidien Slam qui connaît un succès croissant et de plus fortes audiences.[réf. souhaitée]

Julien Lepers est l'un des animateurs français les plus célèbres, avec Stéphane Bern, Nikos Aliagas ou encore Michel Drucker[8].

Le , à l'occasion d’une conférence de presse, France 3 confirme, à la suite d'indiscrétions dans les médias, que Julien Lepers sera remplacé par Samuel Étienne à la présentation de Questions pour un champion à compter du [9], après avoir présenté l'émission pendant vingt-huit ans. Le même jour, l'animateur exprime sur Twitter sa « tristesse de quitter l’émission sans avoir pu saluer les équipes, le public et les téléspectateurs »[1]. Le 8 janvier, dans une tribune publiée sur le site de la version française du Huffington post, il indique notamment « Je quitte Questions pour un champion à mon corps défendant et la mort dans l'âme » tout en remerciant les téléspectateurs et indiquant qu'ils le « retrouveront bientôt là où l'on m'attend… et aussi là où l'on ne m'attend pas »[10].

Lors de l'émission Touche pas à mon poste ! du , Julien Lepers revient sur son éviction de Questions pour un champion[11] et indique notamment : « J’ai fait sept jours d’enregistrement. […] Quand j’en ai eu fini, la direction m’a convoqué et m’a dit : "La chaîne ne veut plus de toi comme animateur." »[12], ajoutant : « Je ne savais pas que j’avais fait ma dernière émission. […] Ça s’est déclenché en vingt-quatre heures »[12].

Le , Dana Hastier, la directrice de l'antenne de France 3 qui l'a licencié, juge dans une interview accordée à Télérama que « Julien Lepers est totalement ingérable », ajoutant notamment : « Dès le début, [je lui ai dit] que j'avais un souci avec son style d'animation. Nous avons réalisé quatre études : tous les résultats posaient clairement la question de l'animateur. Je n'ai donc pas pris cette décision sur un coup de tête ! »[13]. Elle lui reproche de jouer les victimes et révèle qu'il gagnait 40 000 par mois pour une semaine d'enregistrement et que la société de production du jeu, avec qui il était en contrat à durée indéterminée, lui versera 1,3 millions d'euros d'indemnités de licenciement[14].

Julien Lepers a animé 8310 numéros de Questions pour un champion. Deux voix-off l'ont accompagné successivement : Jacques Bal, de 1988 à 1992 et William Pinville, de 1992 à 2016.

La dernière émission de Questions pour un champion version « classique » (quotidienne) présentée par Julien Lepers est diffusée le . Il apparaît une dernière fois à la présentation du jeu, le 20 février, dans Questions pour un super champion, l'émission hebdomadaire du samedi. [réf. souhaitée]

Autres programmes (1989- 2012)[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En complément de Question pour un champion, Julien Lepers anime d'autres programmes.

En 1989-1990, il effectue de nouveau les remplacements de William Leymergie à la présentation de Télématin sur Antenne 2.

En 1990, Marie-France Brière qui devient la directrice des variétés et divertissements d'Antenne 2 cherche à diversifier les divertissements de la chaîne et crée une case le lundi en première partie de soirée. Elle fait appel à l'animateur pour présenter Il était une fois..., à partir du , une émission mensuelle mi-magazine mi-divertissement. Ce programme permet aux téléspectateurs de découvrir la généalogie de l'invité et faire des reconstitutions historiques. L'émission s'arrête après le deuxième numéro du .

Il présente en 1992 sur FR3 le dimanche après-midi le jeu Au pied du mur. Après quelques numéros, l'émission est arrêtée, faute d'audience.[réf. souhaitée]

Entre 1991 et 1994, il présente durant quatre années consécutives, en décembre, l'élection de Miss France se déroulant au CNIT de La Défense et diffusée en direct sur FR3 en 1991 (Miss France 1992) puis France 3 en 1992, 1993 et 1994 (Miss France 1993 à Miss France 1995). À partir de décembre 1995 (élection de Miss France 1996), l'élection de Miss France est retransmise sur TF1 et présentée par Jean-Pierre Foucault. Julien Lepers a également animé des galas de miss en régions comme les élections de Miss Réunion et dans d'autres pays (Miss Suisse, Miss Île Maurice (Miss Mauritius).[réf. souhaitée]

En août 1998, il anime, en direct, tous les après-midi du lundi au vendredi, à partir de 16 h 40 sur France 3, l'émission de divertissement C'est l'été, dans une ville de France (stations balnéaires) chaque semaine. Ce divertissement est fondé sur le même principe que Quarante degrés à l'ombre et diffusé avant Questions pour un champion ; il est composé de plusieurs rubriques (vie pratique, mode, horoscope, animaux, etc.) animées par des chroniqueurs, ainsi que des karaokés, de la variété française et internationale[15].

Entre 1999 (année du passage du concours Eurovision de France 2 à France 3) et 2005, il anime toujours sur France 3 en direct et en duo trois émissions des sélections françaises pour le Concours Eurovision de la chanson, et commente cinq finales du concours :

  • le , il anime la sélection française avec Karen Cheryl en direct de l'Olympia à Paris, puis commente seul le concours en direct de Jérusalem, le  ; [réf. souhaitée]
  • le , il présente une nouvelle fois la sélection française avec Karen Cheryl puis commente seul le concours se déroulant à Stockholm le  ;[réf. souhaitée]
  • en 2005, après que Laurent Ruquier et Elsa Fayer ont présenté en mars les deux émissions de la sélection française pour l'Eurovision, France 3, par l'intermédiaire de la responsable des divertissements Rachel Kahn, fait de nouveau appel à Julien Lepers, associé à l'auteur et chroniqueur de télévision Guy Carlier, pour commenter la finale du concours en mai de la même année. Le choix du duo est alors assez surprenant en raison des tensions entre les deux hommes. Guy Carlier a souvent critiqué et moqué Lepers au début des années 2000 dans ses chroniques de l'émission Le Bouffon du roi de Stéphane Bern sur France Inter, ainsi que dans ses ouvrages. Carlier utilisera le terme de « Leperseries » pour évoquer les propos parfois « décalés » de l'animateur. Les deux hommes acceptent l'émission, ce qui permet alors de sceller leur réconciliation. Lepers sera invité quelques jours avant le concours dans l'émission On ne peut pas plaire à tout le monde sur France 3, animée par Marc-Olivier Fogiel avec Guy Carlier comme chroniqueur. Le , Lepers et Carlier commentent donc tous les deux le 50e Concours Eurovision de la chanson en direct de Kiev ;[réf. souhaitée]
  • le , Julien Lepers anime avec Tex sur France 3 l'émission de la sélection française à l'Eurovision. Les deux animateurs se retrouvent le pour commenter la finale du concours à Helsinki ;[réf. souhaitée]
  • en 2008, après le choix en interne par France 3 du représentant de la France pour le concours de l'Eurovision par l'intermediaire de la directrice des divertissements Marie-Claire Mezerette, Julien Lepers commente de nouveau le 24 mai 2008, en direct de Belgrade, en duo avec le couturier Jean-Paul Gaultier.[réf. souhaitée]

Les et , à Beyrouth au Liban, il coprésente le concours Miss Europe avec Diana Hayden (Miss Monde 1997 et Miss Inde) et Joëlle Belhok (Miss Liban 1997). Les cérémonies de l'élection ont été diffusées par New TV Liban et retransmises par satellite par une vingtaine de chaînes de télévision dans le monde dont TV5.

En 2006, le jeu Intervilles passe de France 2 à France 3. Alors que Patrice Laffont souhaite rempiler à l'animation du jeu, la chaîne lui préfère Julien Lepers. Durant les étés 2006 à 2008, Lepers coanime donc chaque semaine Intervilles en première partie de soirée sur France 3 aux côtés de Tex, Nathalie Simon et Philippe Corti (ainsi que Vanessa Dolmen pour le fil rouge en 2006-2007, Robert Wurtz en 2006-2007 et Olivier Alleman en 2007-2008 (arbitres), Alessandro Di Sarno (fil rouge) et Sandra Murugiah (assistante) en 2008).[réf. souhaitée]

Il a également présenté ou commenté[Quand ?] des spectacles de cirque ou musicaux tels que le Festival international du cirque de Massy, ainsi que le Festival interceltique de Lorient[réf. souhaitée]

Le , en première partie de soirée, il présente Le Tournoi d'orthographe, dans lequel des élèves de 5e doivent épeler sans faute des mots difficiles. Le jury est composé de l'académicien Michel Serres, du linguiste et lexicographe Alain Rey et du comédien François Rollin.[réf. souhaitée]

Le , il est le maître de cérémonie des Globes de cristal décernés par la presse française et récompensant des personnalités du monde des arts et de la culture dans plusieurs domaines (cinéma, télévision, littérature, musique, arts). La cérémonie s'est déroulée au Lido et a été retransmise en direct sur France 3 à partir de 23 h 40.[réf. souhaitée]

Période post-France 3[modifier | modifier le code]

Julien Lepers en 2016.

Le , il fait son retour à la télévision aux commandes de La Grosse Émission sur la chaîne Comédie +, initialement pour cinq jours. Le premier numéro est également diffusé sur Dailymotion[16].

À partir du 27 octobre 2017, il anime, à 18h05 BeTheWone, un e-quiz (jeu interactif) sur la chaîne ViaGrandParis (sur le canal TNT Île-de-France).

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

En 1978 et 1979, Julien Lepers enregistre deux 45 tours, le premier comprenant en face A Je t'aime trop, et en face B Pleure sous la pluie, et le deuxième comprenant en face A De retour de vacances, et en face B Oh ! Sylvie.

Passionné de musique et pianiste autodidacte, il est le compositeur de bon nombre de chansons du chanteur Herbert Léonard parmi lesquels deux grands succès : en 1981 Pour le plaisir et en 1983 Amoureux fous chanté en duo avec Julie Pietri. Il a également composé plusieurs chansons pour Sylvie Vartan, Michel Delpech ou encore Sheila. En 1985, il compose Flagrant délit, de nouveau interprété par Herbert Léonard, qui devint numéro un au Québec[réf. souhaitée].

En juin 1996, il créé un album musical qu’il interprète en compagnie du grand orchestre de Bratislava[17].

Fin janvier 2016, il rejoint, en Belgique, la troupe de l'opéra-rock Hopes créé par Alec Mansion. Le , il publie le single We Want More.

Diversification[modifier | modifier le code]

En juin 1981, à 32 ans, Julien Lepers, alors animateur de la campagne nationale du RPR[18], est parachuté comme candidat de ce parti aux élections législatives dans la circonscription de Saint-Pierre-et-Miquelon[19],[18] où il est battu (n'ayant obtenu au premier tour de scrutin le que 181 voix, soit 6,86 % des suffrages exprimés[19]) par le maire de Saint-Pierre, Albert Pen (PS). Épisode sans lendemain, Julien Lepers salue d'ailleurs souvent dans Questions pour un champion les habitants de l'archipel français d'Amérique du Nord[réf. souhaitée].

En 2009, il fait de la publicité à la radio pour l'eau minérale Saint-Yorre[20].

En septembre 2010, il déclare son envie d'être un présentateur du journal télévisé de France 3. « J’aimerais présenter un journal télévisé. Ça m’intéresserait et ça ne doit pas être bien sorcier de lire un prompteur ! Mais, en ce moment, j’aime aussi beaucoup les émissions économiques et bien sûr les émissions musicales. Je continue d’ailleurs les tournées en France, Belgique et Suisse avec mon orchestre et à composer des chansons »[21].

En août 2011, il est membre du jury du Prix Iznogoud, dans le cadre du festival Humour et Eau Salée de Saint Georges de Didonne[22].

En novembre 2011, agacé par le mauvais usage de la langue de Molière, il publie un livre intitulé Les fautes de français ? Plus jamais !. Julien Lepers dit d'ailleurs dans son livre : « Les fausses notes me chatouillent les oreilles. Elles me contrarient. Une faute de français me fait le même effet qu'une fausse note »[23],[24]. Sur la même thématique, en 2014 paraît son nouveau livre, Les mauvaises manières : ça suffit ![25].

En janvier 2016, il apparaît dans un spot pour le passage de la TNT en HD à compter du . Il l'a tourné sur le plateau de Questions pour un champion avec, à la main, une de ses célèbres fiches jaunes du jeu. La même année, il apparaît dans des spots pour l'eau minérale Volvic et pour une résidence de séniors.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Julien Lepers est marié et a une fille et un fils : Lorraine et Guillaume, respectivement nés en 1993 et 1998. En raison de son enfance difficile, l’animateur a indiqué vouloir être plus proche et plus attentif envers ses enfants pour éviter que ces derniers ne revivent son passé : « J’essaie de leur donner tous les moyens pour qu’ils évoluent dans la vie. Je leur inculque les bonnes manières, mais ce n’est pas toujours aisé car ce sont deux personnalités et le métier de parents n’est pas simple »[26].

Il est également chef d'entreprise via sa société Guilor, spécialisée en conseil pour les affaires et autres conseils de gestion[27].

Par ailleurs, il est aussi connu pour posséder une ressemblance physique avec l'acteur américain Michael Keaton[28],[29]. Cette ressemblance a donné lieu à plusieurs sketches[30],[31].

Sa mère, Maria Rémusat, meurt le , deux ans après la mort de son père Raymond Lepers[32]

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

  • Le , le présentateur est condamné à un an de prison avec sursis et 150 000 francs d’amende pour fraude fiscale. Il est alors remplacé pendant deux semaines à la présentation de Questions pour un champion par Vincent Perrot (diffusions du 14 au 28 janvier )[33]. Cependant, le , dans l'émission Touche pas à mon poste, il déclare que les services fiscaux s'étaient rendu compte de leur erreur et lui avaient remboursé la totalité de cette supposée fraude. Il le confirme en 2014 sur l'antenne de France Info[34].
  • En avril 2017, il est arrêté alors qu'il conduisait avec un permis de conduire annulé depuis 2011[35].

Carrière audiovisuelle[modifier | modifier le code]

Émissions radiophoniques[modifier | modifier le code]

  • RMC : dans l'émission Hit Parade.
  • RTL :
  • Challenger,
  • Studio 22,
  • Les Ambassadeurs
  • Départ Immédiat
  • Casinos Parade
  • Une journée pas comme les autres,
  • Et pour vous qu'est-ce qu'on peut faire ?
  • La vente aux enchères
  • Stop ou encore (jusqu'en septembre 1998)

Émissions télévisées[modifier | modifier le code]

Animation[modifier | modifier le code]

  • TSR : À tout cœur, vers 1982.

Participations[modifier | modifier le code]

Julien Lepers a participé en tant que candidat au jeu Fort Boyard sur France 2 animé par Patrice Laffont et Cendrine Dominguez dans une « spéciale animateurs » diffusée le , avec pour coéquipiers Gérard Holtz (capitaine), Marie-Ange Nardi, Lionel Cassan, Philippe Lefait, Henri Sannier et Christine Miller. Ils ont joué pour l'association Emmaüs France.[réf. souhaitée]

Il apparaît en 2000 dans un épisode du magazine scientifique de France 3 C'est pas sorcier, consacré à la télévision numérique[37]

Il apparaît également dans le documentaire Les Vacances presque parfaites de Christine Bravo diffusé en 2011 sur NRJ 12, alors qu'il mange dans un restaurant de Las Vegas avec son fils. Il se joue alors de Christine Bravo en se faisant passer pour Michael Keaton.[réf. souhaitée]

Le 22 février 2016, il participe en voix-off à une parodie de Questions pour un champion dans un sketch de l'émission humoristique C'est Canteloup sur TF1.

Le 11 avril 2016, sur TF1, il est candidat en duo avec l'humoriste Caroline Vigneaux dans le jeu Money Drop présenté par Laurence Boccolini. Ils ont joué en faveur des orphelins de la RATP.

À partir , il participe comme candidat à la 7e saison de Danse avec les stars sur TF1, avec Silvia Notargiacomo comme partenaire de danse. Ils sont éliminés au terme du cinquième prime-time du 10 novembre.

Dans l'épisode 7 de la saison 1 de la série audio Clyde Vanilla d'Antoine Daniel, il interprète le personnage du présentateur de Happy Quizz, un jeu télévisé parodiant l'émission Questions pour un champion[38].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Audiographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Le Chat en poche de Georges Feydeau
  • 2015 : La Garçonnière
  • 2017 : Danse avec les mots

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Je t'aime trop
  • 1978 : Pleure sous la pluie
  • 1979 : De retour de vacances[39]
  • 1979 : Oh ! Sylvie
  • 1996 : Blackjack
  • 2016 : We Want More

Publications[modifier | modifier le code]

  • Julien Lepers, Les fautes de français ? Plus jamais !, Michel Lafon, 2011. (ISBN 978-2749915043)
  • Julien Lepers, Le cahier d'activités Julien Lepers : les fautes de français, jouons ensemble pour ne plus en faire, Michel Lafon, 2012.
  • Julien Lepers, Les mauvaises manières ? Ça suffit !, Michel Lafon, 2014. (ISBN 978-2749922003)
  • Julien Lepers, Je suis un homme de télévision, je suis 8310 jours à l'animation de Questions pour un champion, je suis licencié en 3 minutes après 28 ans de bonheur, je suis, je suis...[40], Flammarion, 2016, 277 p. (ISBN 2081394359 et 978-2081394353) [présentation en ligne]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Certaines sources indiquent à tort 12-08-1951 p. ex. notice BnF no FRBNF11912520
  2. À une période récente, Hugues Aufray, Claude Nougaro, Gilles de Robien, le journaliste et écrivain Jean Montaldo, les frères Bogdanoff, etc, firent eux aussi leurs études à l'abbaye de Sorèze, fondée en 754.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « "Questions pour un champion" : Julien Lepers tweete "sa grande tristesse" », 20minutes.fr, 7 janvier 2016.
  2. R. Y., « Le père de Julien Lepers est décédé à Antibes », sur Var Matin.com, (consulté le 28 février 2016)
  3. « Biographie de Maria Remusat », sur Le Figaro.fr (consulté le 28 février 2016)
  4. Julien Lepers, Je suis un homme de télévision, je suis..., Flammarion, , p. 17.
  5. a et b Louis Ritot, d'après un article d’Ici Paris, « Julien Lepers, papa de deux enfants : "Le métier de parents n'est pas simple !" », sur Closer.fr, (consulté le 28 février 2016).
  6. « Biographie de Julien Lepers », sur le site officiel de France 3 (consulté le 15 décembre 2015)
  7. Jean-Philippe Pisanias, « "Télématin", train-train à grande vitesse », sur Libération, (consulté le 15 décembre 2015)
  8. « Michel Cymes et Frédéric Lopez, animateurs préférés des Français » (consulté le 17 juillet 2016)
  9. Frantz Durupt, « « Questions pour un champion » : Samuel Étienne, le 4 à la suite », sur Libération.fr, (consulté le 7 janvier 2016).
  10. « À mon corps défendant », Julien Lepers, Huffington post.fr, 8 janvier 2016 (consulté le 8 janvier 2016).
  11. « TPMP : Julien Lepers se lâche chez Hanouna après son éviction de France 3 », sur L'Express.fr (consulté le 14 janvier 2016).
  12. a et b Lepers évincé de France 3 : « C’est très déstabilisant ce qui m’arrive », 20 minutes.fr, 14 janvier 2016 (consulté le 14 janvier 2016).
  13. « Dana Hastier, directrice des programmes de France 3 : “Il y aura moins d'émissions 'Thalassa', mais plus événementielles” », Télérama.fr, 27 janvier 2016 (consulté le 31 janvier 2016).
  14. Elsa Minot, « Questions pour un champion : découvrez le salaire et les indemnités de Julien Lepers », sur Tele Star.fr, .
  15. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « France 3, 16h40, du lundi au vendredi. « C'est l'été », divertissement présenté par Julien Lepers. La plage, et des sots à la pelle. », sur Libération, (consulté le 15 décembre 2015)
  16. « Julien Lepers va présenter "La Grosse émission" sur Comédie », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  17. « Julien Lepers : Souvenez-vous, il était chanteur ! Et ça donnait ça... », sur Pure People.com, (consulté le 7 janvier 2016)
  18. a et b Julien Lepers invité de C à vous
  19. a et b « Julien Lepers en politique : la vidéo qui refait surface », Le Point.fr, 16 février 2016.
  20. Julien Lepers : VIDEO : Il fait de la pub à la radio !, consulté le 19 avril 2013.
  21. « Julien Lepers aimerait présenter le JT », Le Figaro.fr, 8 septembre 2010, (consulté le 16 février 2016).
  22. Le Prix Iznogoud 2011 est décerné à Jean Tabary, Sud Ouest, 24 août 2011.
  23. Les fautes de français ? : Plus jamais !, Michel Lafon, 3 novembre 2011, (ISBN 978-2749915043)
  24. « Liss dans la vallée des livres : Les fautes de Français ? Plus jamais ! de Julien Lepers » (consulté le 8 février 2014)
  25. « Les mauvaises manières, Ca suffit ! », sur Amazon.com (consulté le 21 janvier 2016)
  26. « Julien Lepers - Il a deux enfants, Guillaume et Lorraine », sur 7 Magazine Réunion (consulté le 21 janvier 2016)
  27. Fiche de la société Guilor sur le site http://www.societe.com (consulté le 21 janvier 2016).
  28. Julien Lepers : VIDEO : Il fait de la pub à la radio !, consulté le 19 avril 2013.
  29. Julien Lepers à la Foire, consulté le 19 avril 2013.
  30. Interview Michael Keaton et Questions pour un champion avec Julien Lepers, consulté le 19 avril 2013.
  31. Les vacances presque parfaites de Christine Bravo (NRJ12) : Julien Lepers ou Michael Keaton ? Christine Bravo est perdue... , consulté le 19 avril 2013.
  32. « Julien Lepers est en deuil », Le Point.fr,‎ (lire en ligne)
  33. « Julien Lepers condamné pour fraude fiscale », Fernand Letist avec AFP ; Le Soir du 5 janvier 1994, p. 14 (consulté le 22 février 2016).
  34. « Julien Lepers : "Les motards qui font trop de bruit ont certainement des problèmes sexuels" », Philippe Vandel, émission Tout et son contraire, France Info.fr, 2e extrait - 10 novembre 2014.
  35. 6 Medias, « Julien Lepers roulait sans permis depuis 2011 », Le Point,‎ (lire en ligne)
  36. « Eurovision: France 3 fait confiance à un improbable duo », http://www.lexpress.fr - consulté le 19 avril 2013.
  37. C'est pas sorcier, « La tv numérique - C'est pas sorcier », (consulté le 23 février 2016)
  38. « Clyde Vanilla #7 - Discoball, by Antoine Daniel, Wendoh », sur antoinedaniel.bandcamp.com (consulté le 29 octobre 2017)
  39. « Julien Lepers - De Retour de Vacances », YouTube.com (consulté le 19 avril 2013).
  40. Présentation sur Google Books.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]