Vila (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vila.

Une vila est, dans la mythologie slave, une nymphe ou fée lacustre. Elle est le symbole de l'attente patiente et obsédante et de l'amour éternel.

La légende[modifier | modifier le code]

Selon la légende, elle était la plus belle des jeunes filles du village. Lorsqu'elle se promenait, les vieilles dames arrêtaient leur ouvrage, les chiens cessaient d'aboyer, les enfants arrêtaient de jouer. Elle était issue d'une famille de simples paysans, qui venaient de mourir, et elle vivait seule. Rien n'aurait pu présager qu'elle deviendrait la princesse du royaume, mais le prince tomba sous son charme, et après une cour assidûe, ils se fiancèrent. Elle n'avait d'yeux que pour lui, et lui pour elle. Elle n'avait jamais connu l'amour, et maintenant qu'il se présentait à elle, elle le sentait vibrer dans tout son corps et ne pouvait plus se passer de son fiancé.

Or, il advint qu'un jour le prince dût partir pour la guerre dans un lointain pays. Il fut absent pendant un an. Chaque matin de bonne heure, elle traversait le village et se rendait au bord de la mer pour attendre son fiancé. Elle repartait chaque soir très tard après une attente vaine, et à chaque fois, l'éclat de la lune capturait un peu de son reflet dans l'eau. Jour après jour, elle perdait de son éclat, et c'était son reflet dans l'eau qui devenait de plus en plus net. Un soir, on ne la vit pas revenir. L'eau avait complètement absorbé son image.

Le prince revint au bout d'un an, victorieux, mais étant de caractère volage, il avait oublié sa fiancée au bout de quelques semaines, et était accompagné d'une ravissante princesse avec laquelle il avait l'intention de se marier. Le soir des noces, alors que les cuisines étaient en effervescence, le prince se promena le long de la berge. Il entendit qu'on l'appelait doucement, une voix douce et lointaine, qui semblait venir du fond de l'eau. Il se pencha au bord, et vit se dessiner un adorable visage au regard triste qui semblait faire corps avec l'onde. D'un coup, il se souvint de sa première fiancée. Il se pencha, encore et encore, jusqu'à ce que deux bras diaphanes sortent gracieusement de l'eau et s'enroulent autour de son cou. Il fut entraîné dans l'eau, et jamais plus on ne le revit…

Représentations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]