Ballet romantique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie Taglioni dans le rôle-titre de La Sylphide.

Le ballet romantique apparaît au début du XIXe siècle (période romantique), et succède au ballet d'action dont Jean-Georges Noverre fut le grand théoricien. La période du ballet romantique dure une trentaine d'années, de 1815 à 1845-1850.

Le romantisme, apparu à la fin du XVIIIe siècle en Allemagne (Goethe et Schiller) et en Grande-Bretagne (Walter Scott et Lord Byron), se répand dans toute l'Europe au début du XIXe siècle et touche la France sous la Restauration, avec des auteurs comme Madame de Staël, Châteaubriand ou Lamartine, notamment. En musique, Beethoven est l'un de ses pionniers (Les Créatures de Prométhée, Vienne 1801 : cet ouvrage, unique ballet de son auteur, comporte une autre nouveauté dans l'orchestration beethovénienne : c'est en effet le seul ouvrage où Beethoven a recours à la harpe (n°5 du ballet).

Une ère nouvelle s'ouvre et la danse n'est pas épargnée : tous les artistes rêvent d'un art révolutionnaire débarrassé des démons de l'Ancien Régime, d'un nouveau souffle, lyrique, exotique, féerique, sensuel.

De passage à Paris en 1815, venant de Russie, un disciple de Noverre, Charles Didelot, présente Flore et Zéphire à l'Opéra : les danseurs Albert et Mlle Gosselin voltigent sur la scène, accrochés à des fils d'acier. C'est un choc pour le public qui découvre une danse aérienne, éthérée. Mlle Gosselin avait déjà innové deux ans auparavant en montant sur les pointes.

Le ballet romantique abandonne progressivement les mythes de la Grèce antique pour se tourner vers la mythologie nordique peuplée d'elfes, d'ondines, de trolls. C'est le règne de la danseuse pâle et éthérée, incarnant la nostalgie et le spleen, habillée de mousseline vaporeuse et couronnée de fleurs des champs. Cette fameuse robe vaporeuse est mise au point par le couturier français Eugène Lami. Le danseur est, quant à lui, réduit au rôle de « porteur », mettant en valeur la grâce et la délicatesse de sa partenaire. Le danseur devra patienter jusqu'aux années 1930 pour voir son statut évoluer enfin du porteur au vrai danseur, grâce notamment au chorégraphe Serge Lifar, à Paris.

Le premier grand ballet romantique est La Sylphide, créé à l'Opéra de Paris le 12 mars 1832 par Filippo Taglioni pour sa fille Marie. C'est l'apothéose du ballet blanc qui triomphera pendant trente ans.

Pendant longtemps, le vrai problème du ballet romantique reste la musique.

Depuis "Les Indes Galantes" (opéra-ballet) de Rameau (1735), "Don Juan" de Glück en 1761, et "Les Créatures de Prométhée" de Beethoven en 1801, les chorégraphes se contentent la plupart du temps de bien moindres musiciens et beaucoup de ballets de l'époque ont sombré dans l'oubli, face à des partitions indigentes. Ainsi Jean Schneitzhoëffer, timbalier de l'Opéra, compose "La Sylphide", dont la musique, certes facile et mélodieuse, s'oublie sitôt écoutée, comme ce sera le cas de bien des ouvrages de Cesare Pugni ou Ludwig Minkus, pour ne citer qu'eux. Le chorégraphe danois August Bournonville (1805-1879), présentera en 1836 une nouvelle version de "La Sylphide", sur une nouvelle partition du jeune Hermann Lovenskjold, très "agréable" elle aussi, mais tout aussi peu évocatrice des mystères écossais que la première !

Une exception notoire demeure "La Fille mal gardée" de Ferdinand Hérold (1828), ballet romantique original par son sujet, totalement comique et sans référence aucune au surnaturel nordique.

Il faudra attendre les années 1840 pour voir s'amorcer l'évolution musicale. Adolphe Adam demeure un pionnier en ce sens, étant le premier à instaurer dans le ballet le principe du leitmotiv : motif ou thème musical qui revient d'un bout à l'autre d'une oeuvre pour dépeindre un personnage, un objet, une émotion... "Giselle" (1841) en est un excellent exemple. La valeur musicale des ballets ira grandissant, notamment avec Adolphe Adam ("Le Diable à quatre" 1845, La Jolie fille de Gand" 1847, "Le Corsaire" 1856), Daniel François Esprit Auber ("Marco Spada" 1857), Jacques Offenbach ("Le Papillon" 1860), Léo Delibes ("Coppélia" 1870 ; "Sylvia" 1876)...

Les amis de Tchaïkovski tenteront de le dissuader d'écrire de la musique de ballet, "genre inférieur", sa réponse sera sans appel : "Il n'y a pas de genre inférieur en musique, il n'y a que de petits musiciens !" Admirateur de "Giselle" et des ballets de Delibes, il prouvera ses dires en composant "Le Lac des Cygnes" (1877), "La Belle au bois dormant" (1889) et "Casse-Noisette" (1892).

Il ouvrait ainsi la voie à Glazounov, Prokofiev, Stravinsky, Messager, Lalo et d'autres compositeurs qui contribueront à donner ses lettres de noblesse à la musique de ballet.