Kot Baioun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kot Baioun
Image illustrative de l’article Kot Baioun
Illustration de K. Kouznetsov, du recueil Les contes populaires russes Pravda 1985
Conte populaire
Titre Kot Baioun
Autre(s) titre(s) Le Chat Baioun
Folklore
Genre Conte merveilleux
Région Russie
Extension Pays Slaves
Version(s) littéraire(s)

Kot Baioun (en russe : Кот Баюн) ou le chat Baioun est un personnage des contes fantastiques russes, à la voix magique, un énorme mangeur d'autres chats. Quand il commence à parler il parvient à endormir avec ses histoires les voyageurs qui viennent à lui et ceux qui n'ont pas la force de résister à son pouvoir magique ou qui ne sont pas habitués à lutter avec lui. C'est un chat-sorcier qui tue sans pitié. Mais celui qui parvient à l'attraper voit disparaître toutes ses souffrances et ses maladies car les contes de Baioun guérissent.

Le mot baioun signifie le parleur, le narrateur, le conteur, le rhéteur, le baratineur et vient du verbe dire, parler, raconter (il est proche également du verbe russe baioukat’ (баюкать) qui signifie bercer) [1]. Dans les contes on dit que Baioun est assis sur un haut poteau généralement de fer. Il habite derrière les légendaires sept collines du royaume[2] où dans une forêt sans êtres vivants : ni oiseaux, ni bêtes sauvages[3]. Dans un des récits de Vassilissa-la-très-belle, le chat Baioun vit chez Baba Yaga.

Il existe un grand nombre de contes fantastiques dans lesquels le héros principal doit attraper un chat. Souvent c'est une épreuve destinée à vouer un bon garçon à l'échec. La rencontre avec ce qui s'avère être un monstre fabuleux rapproche le héros d'une mort imminente. Pour capturer le chat magique, Ivan Tsarevitch se coiffe d'une casquette de fer et porte des gants également de fer. Après avoir attrapé la bête et l'avoir battue, Ivan l'emmène au château de son père. Là le chat commence à servir le tsar, puis le guérit par des paroles magiques [4].

« … Andreï l'archer est arrivé de son royaume. Après trois verstes il est pris de sommeil. Il se coiffe de trois casquettes et se met en route à la recherche du chat. Il s'endort quelque part et se retrouve à côté d'un haut pilier.

Le chat Baioun a vu Andreï, a miaulé, a grogné et lui a sauté sur la tête. Il lui casse sa casquette et puis une deuxième et lui prend la troisième. Andreï parvient à attraper le chat avec des pinces, il le jette par terre et le frappe avec un barre de fer. Mais la barre casse, il prend une barre de cuivre . Elle casse aussi et il en prend une d'étain.

Kot Baioun, chat des contes fantastiques russes

La tige d'étain plie mais ne casse pas et s'enroule autour de la nuque du chat. Andreï continue de frapper mais le chat commence à raconter des histoires : sur le pope, sur le diacre, sur les filles de popes. Mais Andreï n'écoute pas. Le chat n'en peut plus, il voit que cela ne sert à rien de parler à Andreï et il implore :

— Laisse moi mon bon ! Je te ferai tout ce que tu voudras.
— Et tu viendras avec moi ?
— Où tu veux j'irai.

Andreï prend le chemin du retour avec le chat derrière lui.

(Du conte : Va je ne sais où, rapporte je ne sais quoi) »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Daria Zaroubina/Дарья Зарубина, « Баять », 5, Science et vie /[Наука и жизнь],‎ , p. 50-52
  2. Les contes « Vas-y là — je ne sais où, et prend je ne sais quoi » et le Conte de Fedot l'archer
  3. Les contes de Baba Yaga et de Baba Yaga et le chat Baioun et encore Ivan le fou et Baba Yaga
  4. (ru) Contes russes populaires /«Русские народные сказки» / Сост., вступ. ст. и прим. В. П. Аникина [V.P. Annikina], Moscou., «Правда» 1985, p.576

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ru) Dans le royaume lointain Contes dits par A. I. Liobarska; dessins de B. Vlassov et T. Chichmareva / «В тридевятом царстве, в тридесятом государстве» Сказки / Пересказ А. И. Любарской; Рис. Б. Власова и Т. Шишмарёвой; Оформл. Л. Яценко.-2-у изд. — Л.: Дет., лит., 1991 —336 p. ил.
  • (ru)Vassilissa-la-très-belle, Du bon grain: le contes populaires russes et les proverbes par L. P. Chouvalova; dessins A. Sorokine Moscou / «Василиса прекрасная», «Семена добра: Русские народные сказки и пословицы»/ Сост., автор предисл. и примеч. Л. П. Шувалова; Худ. А. Сорокин. — М.: Дет. лит., 1988. — 175 p.: ил.
  • (ru) Vassilissa-la-très-belle, Contes russes pour enfants réunis par A. N. Afanassev, Moscou /«Василиса прекрасная», «Русские детские сказки, собранные А. Н. Афанасьевым», М., Детгиз, 1961 (АФ. Д.)
  • (ru) Vassilissa-la-très-belle, Contes russes populaires Moscou Goslitizdat /«Василиса прекрасная», «Народные русские сказки», М., Гослитиздат, 1957, тт. 1—3

Liens externes[modifier | modifier le code]