Harry Halbreich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Harry Halbreich
Description de cette image, également commentée ci-après

Harry Halbreich en 2009.

Naissance
Berlin
Décès (à 85 ans)
Bruxelles
Lieux de résidence Drapeau de la Belgique Belgique
Activité principale Musicologue
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Arthur Honegger
Olivier Messiaen
Enseignement Conservatoire royal de Mons
Famille Frédéric Halbreich, Marielle Halbreich, Sophie Halbreich
Distinctions honorifiques officier des arts et lettres France

Œuvres principales

livres et biographies

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Halbreich.

Harry Halbreich est un musicologue belge né à Berlin le et mort à Uccle le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Harry Halbreich étudie dans la classe d'Arthur Honegger, puis dans celle d'Olivier Messiaen au Conservatoire national supérieur de musique de Paris[2]. Il devient professeur d'analyse musicale au Conservatoire royal de Mons[2].

Il se fait connaître pour ses écrits (livres, articles, livrets, entretiens) sur la musique moderne et contemporaine[2]. On lui doit des ouvrages sur Olivier Messiaen, Albéric Magnard, Claude Debussy, Arthur Honegger et Bohuslav Martinů. Pour ces deux derniers il conçoit un catalogue complet de leurs œuvres et aide à l'initiative de concerts et enregistrements. Ainsi il assiste Nicolas Bacri pour l'orchestration de l'opéra La Mort de Sainte Alméenne écrit en 1918 par Honegger pour voix et piano, et dont la création a eu lieu le à Utrecht, à l'occasion du cinquantenaire de la mort du compositeur. Des entretiens à la radio suisse ainsi qu'à la RTBF (Belgique), des tournées internationales de conférences et de colloques en Europe, aux États-Unis, au Canada et au Japon contribuent à faire connaître sa pensée musicale souvent à contre-courant des modes et des tendances.

Il se passionne pour la musique de son temps et écrit entretiens et articles à propos de Iannis Xenakis, Giacinto Scelsi, György Ligeti, Edgard Varèse, Maurice Ohana et Luigi Nono mais s'intéresse aussi à la musique de Johann Sebastian Bach, Francisco Guerrero, Anton Bruckner, Jean Sibelius et Jan Dismas Zelenka.

Il est le père de trois enfants dont l'aîné est le peintre Frédéric Halbreich.

Publications[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Albéric Magnard, en collaboration avec Simon-Pierre Perret, Fayard, 2001. (ISBN 2-213608466)
  • Arthur Honegger, un musicien dans la cité des hommes, Fayard, 1992. (ISBN 2-213028370)
  • L'Œuvre d'Arthur Honegger : Chronologie, catalogue raisonné, analyses, discographie, Honoré Champion, 1994. (ISBN 2-852032821)
  • Arthur Honegger : album, dans la série Les grands Suisses, Slatkine, Genève 1995.
  • Bohuslav Martinů 2e édition revue et augmentée Schott Music, Mainz 2007. (ISBN 978-3-7957-0565-7)
  • Debussy, sa vie et sa pensée, en collaboration avec Edward Lockspeiser, Fayard, 1989. (ISBN 2-213024189)
  • L'Œuvre d'Olivier Messiaen, Fayard, Paris 2008 (ISBN 978-2-213-636474)

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Guide de la musique sacrée de Bach à nos jours, Guide de la musique pour piano, Guide de la musique de chambre, sous la direction de François-René Tranchefort.
  • Le Livre d'or de l'Orgue français, avec Gilles Cantagrel, Calliope - Marval, 1976.
  • Musiciens de France, la génération des grands symphonistes, sous la direction de Paul-Gilbert Langevin, La Revue Musicale, Editions Richard Masse, 1979.
  • Musiciens d'Europe, figures du renouveau ethnoromantique, sous la direction de Paul-Gilbert Langevin, La Revue Musicale, Editions Richard Masse, 1986.
  • Charles Valentin Alkan (« La musique de chambre »), sous la direction de Brigitte François-Sappey, Fayard, 1991.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]