Louis Aubert (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubert.
Louis Aubert
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Mouvement
Instrument
Maître
Genre artistique

Louis François Marie Aubert, né à Paramé (Saint-Malo) le et mort à Paris le , est un compositeur et pianiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents, armateurs, ayant trouvé qu'il avait quelques dispositions pour la musique et que sa voix de soprano méritait d'être entendue, l'envoyèrent étudier à Paris. C'est d'abord sa voix qui le fit connaître, puisqu'il fut choisi pour chanter le Pie Jesu du Requiem de Fauré lors de la création de la messe à l'église de la Madeleine. L'adolescent retrouva Fauré au Conservatoire, dont il fréquenta la classe de composition.

Aubert était un excellent pianiste et Ravel le choisit pour créer ses Valses nobles et sentimentales. Louis Aubert a beaucoup écrit pour la voix. Son premier ouvrage important est un conte féerique, La Forêt bleue, qui met en scène les personnages des contes de Charles Perrault. L'ouvrage composé en 1904 fut créé avec succès à Boston en 1911 et ne fut monté en France qu'en 1924 à l'Opéra-Comique. Ce Breton qui adopta le Pays basque a très peu été inspiré par la Bretagne. Aubert s'est aussi essayé à la chanson populaire ; il écrivit notamment des chansons pour Marie Dubas. Il fut aussi un collaborateur avisé de Chanteclerc, Paris-soir, Le journal, Opéra. Il est mort quasiment oublié à Paris en 1968.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Orchestre, Paris, PUF, 1951.
  • Notice sur la vie et les travaux de Gustave Charpentier, Paris, Firmin-Didot, 1956.

Hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs villes de Bretagne ont donné son nom à une rue, on peut citer notamment Lorient, Paramé, Saint-Malo, Vannes[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Vuillemin, L. Aubert et son œuvre, Paris, Durand, 1921.
  • R. Bernard, « L. Aubert » in La revue musicale, VIII, 1927.
  • Article dans le mensuel La Bretagne à Paris, juin 1956.
  • Louis Aubert par Marcel Landowski & Guy Morançon (1967 - Durand)
  • Vladimir Jankélévitch, Ravel, Seuil, coll. Solfèges.
  • Notice sur la vie et les travaux de Louis Aubert (1877-1968) par Tony Aubin (1970)
  • H. Corbes, « Louis Aubert compositeur malouin » in Bulletin de la société d'histoire et d'archéologie de Saint-Malo, 1981.
  • Emmanuel Salmon-Legagneur (dir.) et al. (préf. Yvon Bourges, anc. ministre, prés. du conseil régional de Bretagne), Les noms qui ont fait l'histoire de Bretagne : 1 000 noms pour les rues de Bretagne, Spézet, Coop Breizh et Institut culturel de Bretagne, , 446 p. (ISBN 978-2-84346-032-6), p. 34-35
    Notice d'Emmanuel Salmon-Legagneur et Vefa de Bellaing
  • Mikael Bodlore-Penlaez, Aldo Ripoche, Musique classique bretonne / Sonerezh klasel Breizh, (édition bilingue français-breton), Coop Breizh, 2013, 96 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]