Édition urtext

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une édition urtext d'une œuvre de musique classique, est une version imprimée conçue pour reproduire l'intention originale du compositeur aussi exactement que possible, sans aucun ajout ou modification du matériel original. D'autres types d'éditions distinctes de l'urtext sont le fac-similé et l'édition d'interprétation, discuté ci-dessous.

Préparation des éditions urtext[modifier | modifier le code]

Une édition urtext de Chopin.

Les sources pour une édition urtext peuvent inclure l'autographe (c'est-à-dire le manuscrit de la main même du compositeur), les copies manuelles faites par le compositeur, ses étudiants et ses assistants, la première édition publiée et d'autres des plus anciennes éditions. Les premières éditions incluent souvent des fautes d'impression ; une source particulièrement précieuse pour les éditions urtext est une copie de la première édition corrigée par le compositeur.

Généralement, une édition urtext comprend une préface indiquant quelles sources ont été consultées par l'éditeur. Dans le cas des manuscrits ou des éditions originales devenus rares, l'éditeur indique la bibliothèque de recherche ou éventuellement d'autres lieux de conservation.

Lorsque les sources sont rares, ou lorsque les fautes d'impression se multiplient ou sont contradictoires, la tâche de l'éditeur d'urtext devient difficile. Les cas où le compositeur avait une mauvaise écriture (par exemple, Beethoven[1]), ou de même lorsqu'il a revu les œuvres après la publication peuvent créer des difficultés.

Un problème fondamental de l'édition urtext, est la façon de présenter les variantes de lectures. Si l'éditeur comprend trop peu de variantes, ce qui restreint la liberté de l'artiste à choisir. Pourtant, y compris des variantes improbables provenant de sources manifestement peu fiables, sert également mal l'interprète. Jusqu'où l'éditeur doit-il pour identifier les fautes d'impression ou les erreurs de scribes ? Le grand danger — pas du tout hypothétique — c'est qu'un choix excentrique intéressant ou même inspiré du compositeur peut être effacé par un éditeur trop zélé.

Une autre source de difficulté découle du fait que les œuvres de musique impliquent généralement des passages répétés en plus d'un endroit (à l'identique ou de similairement), ce qui se produit, par exemple, dans la section de réexposition d'une œuvre en forme sonate ou avec le thème principal d'un rondo. Souvent, les marques de dynamique ou d'autres marques d'expression qui se trouve à un endroit de la source, sont manquantes dans leur analogue à d'autres endroits. La pratique possible la plus stricte est de rendre toutes les marques littéralement, mais un éditeur d'urtext peut également reproduire ces marques présentes dans les passages parallèles[2].

Une réponse commune des éditeurs pour l'ensemble de ces difficultés est de fournir une documentation écrite précisant les décisions prises, soit dans les notes de bas de page ou dans une section de commentaires distincte.

Types d'éditions[modifier | modifier le code]

Éditions fac-similé[modifier | modifier le code]

Les éditions urtext diffèrent des éditions fac-similé, où il suffit de présenter une reproduction photographique de l'une des sources d'origine pour une œuvre de musique. L'édition urtext ajoute de la valeur à ce que l'interprète peut obtenir à partir d'un fac-similé, par l'intégration d'éléments de preuve provenant de sources multiples et en exerçant un jugement savant éclairé. Les éditions Urtext sont également plus faciles à lire que des fac-similés. Ainsi, les éditions de fac-similé sont conçus principalement pour être utilisés par les chercheurs et des interprètes qui poursuivent des études dans le cadre de leur formation.

Le musicologue James Webster, fondant son propos sur son étude des deux grandes éditions urtext de la sonate pour piano Hob. XVI:49 de  Haydn, suggère que les interprètes intéressés par l'interprétation historiquement informée devrait jouer à partir d'un fac-similé. La raison en est que certaines marques laissées par le compositeur ne peuvent tout simplement pas être rendus fidèlement dans une édition imprimée. Pour Haydn, ceux-ci comprennent les marques qui sont des intermédiaires de longueur entre un point et un trait (qui, évidemment, ont des significations différentes pour ce compositeur) ou l'expression de phrasés qui se terminent très haut au-dessus des notes, laissant l’ambiguïté là où une phrase commence ou se termine. Dans de tels cas, les éditions imprimées sont forcées de faire un choix ; seul un fac-similé peut exprimer sans altération l'intention du compositeur[3].

Éditions d'interprétation[modifier | modifier le code]

Les éditions urtext diffèrent aussi des éditions d'interprétation, qui offrent l'opinion personnelle de l'éditeur sur la façon de rendre l'œuvre. Celles-ci est indiquée par les marques dynamiques et d'autres formes d'expressions musicales, qui complètent ou remplacent celles du compositeur. Dans les cas extrêmes, les éditions d'interprétation modifient délibérément le texte du compositeur ou même suppriment un ensemble de passages[4]. Au XIXe et au début du XXe siècle, beaucoup des célèbres musiciens établissent des éditions d'interprétation, notamment Harold Bauer, Artur Schnabel et Ignacy Paderewski. À cette époque, avant la musique enregistrée, ces éditions étaient souvent, pour l'élève, la seule façon de pouvoir obtenir la pratique d'inspiration de l'interprétation des grands artistes, et aujourd'hui encore, ils conservent une valeur dans ce but.

Un compromis entre l'édition urtext et d'interprétation est une édition dans laquelle les ajouts de l'éditeur sont distingués typographiquement (généralement avec des parenthèses, la grosseur, le grisé ou détaillée dans le texte d'accompagnement) à partir des propres marques du compositeur. De tels compromis éditions sont particulièrement utiles pour la musique ancienne, où l'interprétation de la notation musicale d'alors, pose souvent des difficultés.

Authenticité[modifier | modifier le code]

Webster dit que de nombreuses éditions qui sont étiquetés « Urtext » ne peuvent pas être qualifiées ainsi :

« La grande majorité des éditions étiquetées « Urtext » font beaucoup plus de changements que leurs éditeurs ne le reconnaissent. Les éditeurs sont en partie à blâmer : ils ont peur de faire n'importe quoi qui pourrait sembler peu familier ou rebutant à n'importe quel marché potentiel. En effet, ils veulent avoir le meilleur des deux mondes ; par exemple, la Neue Mozart-Ausgabe, prétend offrir « un texte irréprochable du point de vue de la recherche, et prétend en même temps tenir compte des besoins de la pratique musicale ». Que ce soit un espoir pieux ou franchement fondé sur l'intérêt personnel, il n'en demeure pas moins que l'on ne peut servir deux maîtres[5]. »

Quelles éditions sont actuellement utilisées ?[modifier | modifier le code]

William S. Newman suggère que les professeurs de musique contemporains, favorisent de plus en plus les éditions urtext, mais il exprime une certaine ambivalence à propos de ce développement :

« Le mouvement prononcé vers les éditions Urtext... est un signe de santé. Cependant, cette tendance est peut-être allée trop loin du point de vue de l'étudiant. Par exemple, je préférerais presque confier mes élèves à l'ancienne édition Bülow-Lebert des sonates [de piano] de Beethoven qu'à Urtext, dans laquelle les incohérences de Beethoven, notamment en matière de staccatos, de liaisons et de signes dynamiques, ne peuvent qu'aboutir à une confusion sans fin — presque, plutôt, parce que l'édition de Bülow-Lebert... est allée trop loin dans l'autre sens. Non seulement en insérant de nombreux changements non identifiés, mais aussi en faisant concorder différents détails qui n'ont jamais été destinés à l'être[6]. »

L'édition Bülow-Lebert à laquelle Newman se réfère, est une édition d'interprétation bien connue des sonates de Beethoven.

Éditeurs qui éditent des éditions urtext[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Urtext edition » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Demar B. Irvine, « Review of Emanuel Winternitz, Musical Autographs from Monteverdi to Hindemith », Journal of Music Education, vol. 4,‎ , p. 60.
  2. Pour les détails, voir Webster (1997, p. 54-58).
  3. Webster (1998)
  4. Par exemple, Harold Bauer supprime de nombreux passages de son édition de la sonate en si bémol majeur de Franz Schubert ; pour une revue datée de 1919 par Richard Aldrich .
  5. Webster (1997, p. 63).
  6. Newman (1986, p. 29).

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) James Grier, The Critical Editing of Music: History, Method, and Practice. Cambridge University Press, 1996. (ISBN 0-521-55863-8).
  • (en) William S. Newman, The pianist's problems: a modern approach to efficient practice and musicianly performance. Da Capo Press 1986.
  • (en) James Webster, « The triumph of variability: Haydn's articulation markings in the autograph of Sonata No. 49 in E flat », dans Sieghard Brandenburg (éd.), Haydn, Mozart, & Beethoven: Studies in the Music of the Classical Period. Essays in Honour of Alan Tyson. Oxford, Clarendon Press 1997.
  • (en) Stanley Boorman, « Urtext » et « Editing », dans Stanley Sadie (éd.), The New Grove Dictionary of Music and Musicians, Londres, Macmillan, , 2e éd., 25 000 p. (ISBN 9780195170672, lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Les sites web des éditeurs d'éditions urtext :