Pierre Citron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre Citron, né le à Paris et mort le , est un musicologue et universitaire français, spécialiste notamment de Jean Giono.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Citron naît dans le 17e arrondissement de Paris. C'est le fils d'André Citron, imprimeur en braille, et de Suzanne Suter[1].

Reçu 8e à l'agrégation des lettres en 1946, il obtient son doctorat ès lettres en 1960 à la Faculté des lettres de Paris avec une thèse principale ayant pour sujet La poésie de Paris dans la littérature française de Rousseau à Baudelaire.

Il commence sa carrière d'enseignant au Maroc, en tant que professeur au collège musulman de Rabat (1942-1943). Il enseigne ensuite au lycée d'Alençon (1946-47), avant de retourner à Rabat comme adjoint au chef du service de la jeunesse et des sports du Maroc (1947-1949).

Attaché de recherche au Centre national de la recherche scientifique de 1957 à 1960, il est ensuite directeur des études à l'Institut français de Londres (1960-1963), puis professeur de littérature française à la Faculté des lettres de Clermont-Ferrand (1963-1969). De 1970 à 1983, il occupe le même poste à l'université Sorbonne-Nouvelle - Paris 3. On lui doit notamment des éditions d'œuvres de Balzac, Villiers de l'Isle-Adam, Mallarmé et Giono. Comme musicologue, il a consacré d'excellents ouvrages de vulgarisation à Couperin et Bartók et, surtout, a été le maître d'œuvre de l'édition de la correspondance générale de Berlioz (8 volumes, 1972-2002), compositeur dont il a, par ailleurs, édité les Mémoires à deux reprises (1969 et 1991).

L’Académie française lui décerne le prix Henri-Mondor en 1987 pour l'Édition critique des poésies de Mallarmé.

Il meurt le à l’âge de 91 ans et est inhumé à Montjustin.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a été le mari de l'historienne Suzanne Citron (1922-2018), avec qui il a eu quatre enfants[2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Couperin, Paris, Éd. du Seuil, Coll. Solfèges, 1956.
  • La poésie de Paris dans la littérature française de Rousseau à Baudelaire, Paris, Éd. de Minuit, 1961.
  • Bartok, Paris, Éd. du Seuil, Coll. Solfèges, 1963.
  • Dans Balzac, Paris, Éd. du Seuil, 1986.
  • Giono : 1895-1970, Paris, Éd. du Seuil, 1990.
  • Giono, Paris, Éd. du Seuil, Coll. Écrivains de toujours, 1995.
  • Renaissance du village de Montjustin, Paris, Éd. Petite Capitale, 2010 (2e éd.).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]