TF!

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

TF! Jeunesse

Autre titre francophone TF! Jeunesse
Genre Jeunesse
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 8
Production
Lieu de tournage Boulogne-Billancourt
Durée 90 minutes
Production TF1 avec "Protécréa" (Proté-création Production)
Diffusion
Diffusion TF1
Date de première diffusion
Date de dernière diffusion
Statut Arrêté
Site web tfou.fr
Chronologie

TF! Jeunesse est un bloc de programmes français pour la jeunesse, diffusée du 1er septembre 1997 au sur TF1, en remplacement du Club Dorothée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts : de Salut les Toons ! à la succession du Club Dorothée[modifier | modifier le code]

TF! apparaît pour la première fois, le lundi à 7h00, sur TF1. L'émission succède au Club Dorothée, dans la case jeunesse, qui avait duré presque 10 ans, du 2 septembre 1987 au 30 août 1997. Et supprimée officiellement le 31 août 1997 par TF1.

TF! est le fruit du travail de la nouvelle directrice de l'unité jeunesse de la chaîne, Dominique Poussier. Celle-ci souhaite se démarquer nettement du travail de sa prédécesseur Dorothée, dont les programmes étaient souvent accusés, par les associations de famille, le CSA, et certains magazines de télévision, d'être bêtifiants, jugés sans intérêts, idiots, et ultra-violents. C'est Dominique Poussier qui avait mis à l'antenne l'émission matinale Salut les Toons !, présentée par deux souris en images de synthèse, nommées Bob et Scott, lancé en septembre 1996. En , dès la rentrée, le duo Bob et Scott sont rejoints par Zoé. La nouvelle directrice Jeunesse de TF1 Dominique Poussier, a la lourde charge de rajeunir les programmes jeunesses, et de « faire remonter » les audiences très déclinantes depuis plusieurs années du Club Dorothée (mais toujours leader cela dit)[1],[2], face aux Minikeums sur France 3 notamment.

Sur le modèle de ce qu'elle a déjà présenté sur TF1 et qui se fait en Grande-Bretagne depuis une dizaine d'années (avec Children's ITV sur ITV), Dominique Poussier propose "une émission entièrement sans animateurs". Seules, des voix enfantines scandent le titre de l'émission: « T. F. Ouais » (le logo du programme étant celui de la chaîne déformé, le 1 devenant un point d'exclamation, pouvant se lire avec toutes sortes de sons selon le contexte, mais le plus souvent un « Ouais »). Le nouvel habillage conçu par l'agence américaine Pittard & Sullivan. Toute une équipe est réunie autour de Dominique Poussier et notamment trois auteurs réalisateurs qui vont dès lors imaginer tous les inter-programmes qui donnent à la "mini chaîne dans la chaîne" qu'est TF! son ton et son esprit.

Une voix adulte (Bruno Choël, voix française de Johnny Depp dans Pirates des Caraïbes et Ewan McGregor dans Star Wars) est choisie pour incarner la chaîne dans les différents éléments d'habillage.

L'interactivité avec les jeunes spectateurs s'exerce désormais, lors de concours ou d'opérations spéciales comme celles organisées lors de l’élection présidentielle de 2007, où des enfants sont intervenus sur le sujet. TFou a d'ailleurs été primé par la Fondation pour l'enfance pour son opération « Parce qu'on est tous différents », sur la tolérance (Réalisation Nicolas Sedel, Franck Salomé et Fernando Worcel).

Outre ce changement important de forme, par rapport au Club Dorothée, les dessins animés présentés sont complètement modifiés. Les séries japonaises, telles que Nicky Larson, Les Chevaliers du Zodiaque, Dragon Ball Z et Sailor Moon, ainsi que les sitcoms signées AB Productions qui ont fait la gloire du Club Do' sont zappées de l'Unité Jeunesse. Les sitcoms AB (signées AB Productions), ne disparaissent pas pour autant de la chaîne, et la série inédite Pour être libre autour des 2Be3, fait partie des évènements de la rentrée de TF1 en . Par ailleurs, les matinées de la chaîne proposent des rediffusions des sitcoms à succès d'AB Productions (Les années FAC, Premiers Baisers, La Philo selon Philippe, Hélène et les garçons, Le miracle de l'amour, Les Filles d'à côté…), ils ont été remplacées par des programmes majoritairement européens, à l'image du Docteur Globule, Spirou (déjà diffusé) ou Papyrus. La production de TF! Jeunesse est laissée à une production interne à TF1 (Protécréa). La régie publicitaire est également gérée par TF1.

Le seul point commun avec le Club Dorothée serait la programmation, tous les jours à la sortie de l'école, avec une programmation étendue le mercredi matin et le mercredi après-midi. Les émissions matinales restent titrées Salut les Toons ! mais arborent le logo de TF!. Néanmoins assez vite, seules les émissions matinales subsistent[3], dans un contexte plus concurrentiel, il est vrai. Dorothée proposait une émission avant l'école, après l'école, et le mercredi toute la matinée et tout l'après-midi. Si TF1 propose à partir de septembre 1997 les mêmes cases horaire, avec la diffusion chaque après-midi d'une série inédite, Beetleborgs, dès janvier 1998, cette case de fin de journée disparaît malheureusement pour des raisons publicitaires[4] et TF1 se contente de quatre heures d'émission pour la jeunesse le mercredi matin, et de deux heures le matin en semaine.

Le phénomène Pokémon et le renouveau de TF! Jeunesse[modifier | modifier le code]

En plus de programmes européens inédits, la chaîne peut s'appuyer sur les accords avec le groupe Nickelodeon (qui lui permet de diffuser Hé Arnold !) ou les nouvelles saisons des Power Rangers apparus dans le Club Dorothée depuis 1993. Mais c'est seulement avec l'arrivée des Pokémon en 1999 (Anime japonais) que la chaîne va retrouver des audiences égales à celles du Club Dorothée[réf. nécessaire]. Surfant sur cette vague, les Digimon font rapidement leur apparition[5].

Si nombre de séries se succèdent, sans pour autant marquer les esprits, quelques programmes porteurs d'audience apparaissent également : Franklin, Jimmy Neutron, Totally Spies!, Sonic le rebelle, Hé Arnold !, et permettent à l'émission de rebondir, alors que le phénomène Pokémon décline dès le printemps 2001, et de résister à Yu-Gi-Oh! ou Sakura (sur M6) notamment. Le 1er septembre 2003, l'émission Salut les Toons ! disparaît définitivement pour laisser toute la place à TF! Jeunesse, et le nouveau duo Pat et Stanley assure une certaine continuité au sein du programme jeunesse de TF1, même s'ils ne présentèrent pas les dessins animés.

Trois ans plus tard, en 2006, TF1 perd la licence Pokémon et Gulli l'obtient. Grand bouleversement, Pokémon devient la série-phare de Gulli et TF1 accuse le coup. Mais Tfou est toujours impliqué dans Pokémon puisqu'en 2007 sort un DVD intitulé Les aventures des Pokémon (où peuvent être visionnés trois films Pokémon inédits). En 2009, Pokémon recommence à être diffusé sur TF1.

La récupération du succès[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2001, la diffusion quotidienne du titre Le Waka, dès juin 2001, du duo de souris virtuelles Bob & Vanessa, lui permet d'atteindre — sans aucune autre promotion — la 8e place des ventes de singles en France, faisant même mieux que le « tube de l'été » promu par la chaîne[6]. En 2004, le duo de Pat et Stanley fait une reprise du Lion est mort ce soir et connaît lui aussi un certain succès. En 2006, c'est au tour de Dora l'exploratrice, un des grands succès d'audience de TF!, de sortir un disque avec un certain succès, compte tenu de la crise du marché du disque.

Après avoir créé tfou.fr, 1er site jeunesse de TF1, en 2000[7], le groupe TF1 lance la chaîne Tfou sur le bouquet satellitaire TPS en s'inspirant du concept de TF!, mais la chaîne vise un public plus adolescent, là où TF! tente aussi de séduire les plus jeunes. En 2007, le logo TF! est remplacé par celui de Tfou TV (sans le rond à l'arrière du logo).

Logos[modifier | modifier le code]

Le premier logo ressemble fortement au logo de la chaîne TF1. Le 27 août 2001, le logo est modernisé, variant selon les couleurs, dépendant des dessins animés et l'habillage évolue en plus de l'arrière-plan en deux couleurs. L'émission TF! Jeunesse fait sa dernière émission le dimanche 31 décembre 2006. Le lundi 1er janvier 2007, elle devient Tfou.

Programmation[modifier | modifier le code]

À ses débuts, du lundi au samedi matin, les dessins animés sont diffusés dans le bloc de Salut les toons.

De septembre à , l'émission était diffusée le mercredi après-midi mais elle a malheureusement disparu, faute de recettes publicitaires[4].

Le Mercredi, TF! Jeunesse s’appelle TF Mercredi.

Le week-end, TF! Jeunesse s'appelle TF Week-end.

Le dimanche, TF! Jeunesse était diffusée seulement jusqu'à h car l'émission suivante était le Club Disney, et ce dès le 3 janvier 1999.

Programmes diffusés[modifier | modifier le code]

Émissions[modifier | modifier le code]

Le site internet[modifier | modifier le code]

Tfou.fr est le site jeunesse de TF1, créé en 2000.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.wikiclubdo.net
  2. http://albanweb.perso.sfr.fr/clubdohistorique/index.html
  3. TF! Jeunesse obtient une audience – et surtout une part de marché – bien plus inférieure, à celle du Club Dorothée[réf. nécessaire].
  4. a et b Dominique Poussier : « TF1 a préparé l’après-Dorothée dès 1994 » : Quand vous avez lancé TF! Jeunesse, vous disposiez d’une émission le mercredi après-midi. Elle a disparu après Noël 1997. Pourquoi ? - J’en étais très triste ! C’est une question de publicité… Les annonceurs qui financent les programmes jeunesse sont en nombre limité. Il y a les fabricants de jouets, entre octobre et décembre, et l’alimentaire le reste de l’année. La chaîne a fait un calcul rapide : le bloc du mercredi après-midi ne générait pas suffisamment de recettes publicitaires. En mettant des séries pour la ménagère de moins de 50 ans, ça générait plus d’argent. C’est tout simple.
  5. Si le succès de cette seconde série est déjà bien moindre, les autres chaînes s'engouffrent sur le créneau des animés mettant en scène une quête (Sakura sur M6) ou s'appuyant sur des produits dérivés à collectionner (Beyblade sur France 3)
  6. . Il serait hypocrite d'accuser la chaîne de « matraquage », France 3 ayant procédé de même avec le générique des Nouvelles aventures de Lucky Luke par Antoine de Caunes
  7. Recherche archive.org pour tfou.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]