ClamAV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ClamAV
Logo

Résumé d'une analyse
Résumé d'une analyse

Développé par ClamAV Team[1]
Première version 8 mai 2002
Dernière version 0.99.2 ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
État du projet Développement actif
Écrit en C, C++
Environnements Multiplate-forme
Langues Anglais
Type Antivirus
Politique de distribution Gratuit
Licence GPLv2[3],[4]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.clamav.netVoir et modifier les données sur Wikidata

ClamAV (« Clam AntiVirus »), est un logiciel antivirus pour systèmes UNIX. Il est généralement utilisé avec les serveurs de courriels pour filtrer les courriels. ClamAV est l'un des rares antivirus disponible sous GNU/Linux et MacOS. Les virus ciblés sont majoritairement des virus s'attaquant au système d'exploitation Microsoft Windows, et non pas aux systèmes sur lesquels ClamAV s'installe.

Le moteur antivirus est la bibliothèque libclamav, écrite en C, C++.

Évolutions[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Découvrez comment la « wikifier ».
Ancien logo de ClamAV.

La base de données des virus connus est basée sur celle de l'ancien projet libre antivirus OpenAntiVirus ; celle-ci contenait environ 7 000 signatures.

En février 2005, la base de données est de 30 000 souches connues.

Début avril 2006, elle atteint les 50 000 souches connues.

Le , la base de données atteint 100 000 logiciels malveillants connus[5].

En août 2007, ClamAV est l'un des meilleurs antivirus du marché, classé au cours d'un test public second derrière Kaspersky[6],[7].

Le , ClamAV est racheté par la société Sourcefire[8], société qui a déjà acquis Snort. Sourcefire dit vouloir offrir du support et de la formation à ClamAV dès le dernier trimestre 2007. Sourcefire affirme que ClamAV restera sous licence GPL[9]. Pour l'équipe de développement de ClamAV, cette acquisition par Sourcefire offrira des moyens supplémentaires financiers et humains, et surtout une excellente base de signatures.

Début septembre 2007, il dépasse la barre des 150 000 logiciels malveillants reconnus.

Début février 2008, il dépasse la barre des 200 000 logiciels malveillants reconnus.

Début décembre 2008, plus de 450 000 logiciels malveillants reconnus.

Début décembre 2009, la barre des 650 000 logiciels malveillants reconnus est dépassée.

Le , la barre du million est dépassée : 1 000 066 signatures exactement[10].

Le , Tomasz Kojm (initiateur du projet), Alberto Wu, Luca Gibelli et Edwin Török quittent Sourcefire[11].

Le 23 juillet 2013, Cisco acquiert la société Sourcefire pour un montant de 2,7 milliards de dollars[12].

Le 28 juillet 2014, ClamAV affiche 3 510 301 signatures.

Le 1 mars 2017, ClamAV affiche 5 902 241 signatures.

libclamav[modifier | modifier le code]

libclamav est la bibliothèque moteur de ClamAV, utilisée dans d'autres logiciels. C'est un logiciel libre écrit en C et distribué selon les termes de la licence publique générale GNU.

Interfaces graphiques[modifier | modifier le code]

Différentes interfaces graphiques sont disponibles :

Utilisation de ClamAV en milieu professionnel[modifier | modifier le code]

ClamAV est utilisé dans la future version[Quand ?] des pare-feu Check Point « NGX VPN-1 Edge Embedded » ainsi que dans les pare-feu Barracuda Network et SecuriteInfo.com, en tant qu'antivirus filtrant les flux en transit.

Nous retrouvons aussi cet antivirus dans les applications Netasq, EdenWall, RadicalSpam et LinkGate (Sysun Secure).

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]