Microblog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Logo du site de microblogage Gwibber
Logo du site de microblogage multiservice Gwibber.

Le microblog ou microblogue[1],[2] est un dérivé concis du blog typique du web 2.0 ou web social. Développé à partir de 2006 aux États-Unis, il permet des publications plus courtes que dans les blogs classiques, qu'il s'agisse de textes courts, d'images ou de vidéos embarquées. Les flux d'agrégation sont plus légers que dans les blogs traditionnels et peuvent contenir tout le message. La diffusion peut être restreinte par l'éditeur à un cercle de personnes choisies.

Le but des microblogs est de diffuser plus fréquemment des informations en se limitant au minimum utile, à mi-chemin entre messageries instantanées et blogs. Comme les blogs, ils autorisent un archivage web ; comme les messageries instantanées, ils permettent la diffusion en temps réel d'informations jugées pertinentes par leurs éditeurs.

Historique[modifier | modifier le code]

Des outils de type microblog existaient dès les années 1990, avant même l'apparition du terme « blog ». Les premiers moteurs revendiquant une spécialisation dans ce type de service ont été nommés « tumblelog » le par Why the lucky stiff, un écrivain prolifique ayant participé au langage de programmation Ruby, lorsqu'il décrivait Anarchaia de Christian Neukirchen. Jason Kottke réutilisa ce terme le .

Ce type de blog a ensuite été appelé « microblog » vers 2006. Il devint très populaire avec le service Twitter, créant une forme extrême de microblog en limitant les publications à 140 caractères de texte, un format proche de celui des SMS en téléphonie mobile. Ce service supporte tout de même les liens hypertexte et Tumblr, un microblog plus classique.

Le site Gwibber est un client de microblogage multiservice créé en 2009.

Les services de microblogage[modifier | modifier le code]

Twitter est sans doute le service de microblogage le plus connu en Occident[3] avec 241 millions d'utilisateurs en 2013[4], et un dénombrement indépendant de 192 millions d'utilisateurs actifs donc monétisables fin 2020[5].

D'autres services existent tels identi.ca, Heello, Jaiku (racheté par Google Inc. en 2007), Soup, Tumblr, Yammer, Sina Weibo, Tencent Weibo ou Tencent Q-Zone (zh) (623 millions d'utilisateurs).

Par ailleurs, de nombreux sites internet ou réseaux sociaux populaires tels que Facebook ont développé leur propre service de microblogage.

Le phénomène s'internationalise depuis le début de l'année 2007 avec l'apparition de réseaux de microblogage locaux tels Frazr (France, Allemagne, Espagne), Bloggino (France) ou Zuosa (Chine).

Services décentralisés et/ou fédérés[modifier | modifier le code]

À partir des années 2010 sont apparues des plateformes de microblogage en pair à pair, offrant davantage d'anonymat et une indépendance face aux sociétés utilisant souvent les données personnelles à des fins commerciales. On peut citer :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « microblogue », Le Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le 18 janvier 2020).
  2. Commission d’enrichissement de la langue française, « microblogue », FranceTerme, Ministère de la Culture (consulté le 18 janvier 2020).
  3. (Crouzillacq 2007)
  4. « 15 réseaux sociaux qui ont dépassé les 100 millions d’utilisateurs », (consulté le 28 mai 2014)
  5. (en) « Twitter global mDAU 2020 », sur Statista (consulté le 30 mars 2021)
  6. (en) « Cuckoo: Towards Decentralized, Socio-Aware Online Microblogging Services and Data Measurements », cs.duke.edu (consulté le 28 mai 2014)
  7. (ru) « Site de juick (en russe) »
  8. William Audureau, « Le réseau social Mastodon, un « Twitter plus proche de l’esprit originel » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. (en-US) « ActivityPub - Mastodon documentation », sur docs.joinmastodon.org (consulté le 30 mars 2021)
  10. (en) « Megaphone: Fault Tolerant, Scalable, and Trustworthy P2P Microblogging », ieee.org (consulté le 28 mai 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]