Singles (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Singles.
Singles
L'église Saint-Nazaire de Singles.
L'église Saint-Nazaire de Singles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Le Sancy
Intercommunalité Communauté de communes Dômes Sancy Artense
Maire
Mandat
Jean-Claude Bruel
2014-2020
Code postal 63690
Code commune 63421
Démographie
Population
municipale
167 hab. (2014)
Densité 8,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 08″ nord, 2° 32′ 21″ est
Altitude Min. 534 m
Max. 830 m
Superficie 20,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Singles

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Singles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Singles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Singles
Liens
Site web mairie-singles.fr/public

Singles est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Singles est bordée à l'ouest par la Dordogne et au sud par son affluent, la Burande. Un autre affluent de la Dordogne arrose le territoire communal, la Mortagne qui reçoit son principal affluent le Beautourne, en limite orientale de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Singles est limitrophe de six autres communes, dont une dans le département de la Corrèze.

Communes limitrophes de Singles
Messeix Avèze
Savennes Singles Tauves
Confolent-Port-Dieu
(Corrèze)
Larodde

Histoire[modifier | modifier le code]

Les mentions successives du nom de cette commune sont Cengles (1075-1095), Cingulis (1096) puis Cingles (1789).

Singles, longtemps dépendance de l'abbaye de Sauxillanges, eut également affaire aux seigneurs de La Tour.

Communauté avant 1787, puis commune, Singles voit en 1914-1918, soixante de ses citoyens tomber au champ d'honneur[1].

Le 13 octobre 1943, la commune de Singles était le théâtre d'une opération de police dirigée par le SD de Vichy visant à neutraliser les maquis implantés dans la région (ainsi que dans les camps du groupement 22 des chantiers de jeunesse implantés à Messeix et à Savennes). Cette opération, menée sur dénonciation, conduisait à l'assassinat d'Ernest Guillaume à Perret ainsi qu'à l'arrestation de Jean Ranvier à Serre et du maire de Singles Léger Fouris à la Guinguette.

Depuis décembre 1993, Singles fait partie de la communauté de communes Sancy-Artense.

Économie[modifier | modifier le code]

Les plateaux de Singles sont consacrés à l'élevage.

Singles a eu un passé minier : plomb argentifère (XVIIIe siècle) et charbon (jusqu'en 1950) ; depuis quelques années, orpaillage sur la Burande. Son camping, ses profondes vallées sauvages, la proximité de la retenue de Bort-les-Orgues, la visite des anciens sites miniers sont autant d'atouts pour le tourisme.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1904 1909 Pardoux Fouris    
         
1929 1943 Léger Fouris    
1971 2001 Espinasse Raymond Socialiste Maire
         
mars 2001 (réélu en mars 2014) en cours Jean-Claude Bruel[2]   Paysagiste

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 167 habitants, en diminution de -1,76 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
933 749 1 027 920 978 1 081 1 058 1 086 1 099
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 031 1 075 1 020 1 016 1 051 1 111 1 107 1 110 1 070
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 158 1 073 1 119 828 863 603 598 562 450
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
376 342 321 265 214 210 205 170 167
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La vallée de la Burande au niveau du lac de Bort-les-Orgues et de sa confluence avec la Dordogne, entre Larodde à gauche et Singles à droite.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léger Fouris (1895-1944), maire de Singles de 1929 à 1943, résistant déporté mort au camp de concentration de Buchenwald.
  • Dom Bernard-Jacques Thiel, bénédictin luxembourgeois, réfugié ayant échappé de peu à la Gestapo en 1941, nommé, en 1943, curé de Singles, dont il fera le sujet d'un ouvrage.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dom Bernard-Jacques Thiel, Singles et les paroisses avoisinantes, Impr. Régionale, Clermont-Ferrand, 1949 ; Le livre d'histoire, Audencourt, , 240 p.
  2. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 4 juillet 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Église paroissiale Saint-Nazaire », notice no IA63000050, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 15 juillet 2014.