Saipol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saipol
logo de Saipol

Création 1983
Personnages clés Philippe Tillous-Borde, fondateur
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Président : Yves Delaine
DG : Jean-Baptiste Bachelerie
Activité Transformation des oléagineux : production d'huiles brutes et raffinées, de tourteaux, de biodiesel et de glycérine végétale
Société mère Avril
Filiales Expur

Saipol Méditerranée

Effectif 570 en 2012
Site web www.sofiproteol.com/groupe/societes-du-groupe/saipolVoir et modifier les données sur Wikidata

Capitalisation 37.094.336 €
Chiffre d’affaires 1,58 milliard d’euros en 2009, 1,67 milliard d’euros en 2010, 2,35 milliard d’euros en 2011, 2,714 milliard d’euros en 2012
Evolution du chiffre d’affaires par rapport à 2011 : +15,0 %

Saipol S.A.S. ou Société Agro Industrielle de Patrimoine Oléagineux est une entreprise agroalimentaire française spécialisée dans la transformation des graines oléagineuses (colza, tournesol) pour la production d'huiles (brutes et raffinées) et de tourteaux d'oléagineux (alimentation animale), de biodiesel (marque Diester) et de glycérine végétale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création pour restructurer la filière oléagineuse française[modifier | modifier le code]

Saipol a été créé en 1983 par Sofiprotéol (établissement financier de la filière des huiles et protéines végétales, devenu Avril en 2015) pour reprendre et structurer l'outil de transformation des graines oléagineuses en difficultés à cette époque suite au dépôt de bilan du CNTA (Comptoir National Technique Agricole) en août 1983.

1992 : démarrage à Grand-Couronne d'une unité de trituration des graines de colza et de raffinage d'huiles végétales.

1995 : démarrage sur le site de Grand-Couronne d'une première unité de production de biodiesel de taille industrielle (120 000 tonnes), inaugurée par le premier ministre Alain Juppé en octobre de la même année[1].

Développement vers l'aval et biodiesel[modifier | modifier le code]

Saipol fait l'acquisition en 2003 de la société Lesieur, pour 175 millions d'euros, et se développe ainsi vers l'aval[2].

En 2008, Lesieur fait l'acquisition de la Société Générale Condimentaire (production de sauces et de condiments) qui appartenaient à Campbell[3].

De 2004 à 2008, Saipol développe les capacités de production de biodiesel des sites industriels pour répondre au plan biocarburants français. Saipol, qui produit du biodiesel sous la marque Diester lance un programme d'investissement pour augmenter ses capacités de production et construire des unités de production de biodiesel à Grand-Couronne, Bassens, Sète[4], Montoir-de-Bretagne, Cappelle-la-Grande et Le Mériot.

Depuis 2008[modifier | modifier le code]

En 2010, Saipol acquiert la société Expur, implantée dans le bassin de production d'oléagineux de l'Europe de l'Est et de la mer Noire.

En juillet 2013, le groupe Sofiprotéol annonce la fermeture des sites industriels de Venette (trituration / estérification)[5] et de Cappelle-la-Grande (estérification) pour la fin de l'année, le groupe faisant face à une surcapacité de production de biodiesel en Europe, une forte concurrence sur ce marché et des retards dans l'application des objectifs d'incorporation annoncés au niveau européen.

En 2013/2014, Lesieur est réintégré au sein de la holding du groupe Sofiprotéol (pôle végétal).

En mai 2016, Saipol annonce une réduction de la production de biodiesel dans un contexte de prix du pétrole bas, une surcapacité du marché européen du biodiesel et d'importations européennes de biodiesel produit à partir d'huiles végétales usagées[6].

En 2016, Saipol ouvre un bureau commercial à Singapour pour le développement de son offre d'huile végétale en Asie.

Environnement[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, Saipol a installée des chaudières biomasse fonctionnant avec des coques de tournesol sur plusieurs de ses sites. C'est notamment le cas à Lezoux[7], Bassens[8] et Sète. Le site de Grand-Couronne fonctionne grâce à une cogénération biomasse fonctionnant avec des plaquettes forestières[9].

L'investissement dans le décorticage du tournesol à Bassens permet également de produire un tourteau plus riche en protéines végétales et concurrencer le soja importé pour l'alimentation des élevages, souvent OGM.

Chiffres-clé[modifier | modifier le code]

Sites industriels : Saipol est implanté sur 7 sites en France et détient, via sa filiale Expur, un site en Roumanie.

Capacité : Saipol dispose d'une capacité de transformation de l'ordre de 4 millions de tonnes de graines de colza et de tournesol en Europe [10].

Chiffre d’affaires 2009 : 1,58 milliard d’euros.

Chiffre d’affaires 2010: 1,67 milliard d’euros.

Chiffre d’affaires 2011 : 2,35 milliard d’euros.

Chiffre d’affaires 2012 : 2,714 milliard d’euros. Évolution du chiffre d’affaires par rapport à 2011 : +15,0 %

Résultat : en 2014, sur l'EBITDA du groupe Avril de 259 millions d'euros, Saipol participait à hauteur de 28% et Expur à hauteur de 2%[10].

Implantations[modifier | modifier le code]

Saipol détient 7 sites industriels en France : Grand-Couronne (76), Dieppe (76), Le Mériot (10), Lezoux (63), Bassens (33), Sète (34), Montoir-de-Bretagne (44).

En Roumanie, au travers de la filiale Expur, Saipol est présent à Slobozia au sein du bassin de production d'oléagineux de la région.

Les bureaux commerciaux de Saipol sont situés au siège de Saipol à Grand-Couronne, à Paris, à Barcelone (filiale Saipol Méditerranée) et à Singapour (Saipol Asia)[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]