Sainte-Barbe (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Barbe.

Sainte-Barbe
Sainte-Barbe (Vosges)
Église et monument aux morts.
Blason de Sainte-Barbe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Raon-l'Étape
Intercommunalité Communauté de communes de la région de Rambervillers
Maire
Mandat
Christophe Lemesle
2014-2020
Code postal 88700
Code commune 88410
Démographie
Gentilé Barbutien(ne)s
Population
municipale
282 hab. (2015 en augmentation de 1,44 % par rapport à 2010)
Densité 9,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 50″ nord, 6° 43′ 24″ est
Altitude 360 m
Min. 286 m
Max. 476 m
Superficie 30,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Barbe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Barbe

Sainte-Barbe est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Barbutiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Barbe est une commune du département des Vosges, située sur les contre-forts du massif des Vosges. Elle s'étend sur 30,4 km2, en grande partie couverts de forêts.

Le village se situe à 350 m d'altitude et le point culminant de la commune est à 476 m.

C'est sur la commune de Sainte-Barbe qu'est située la source de la Belvitte (un affluent de la Mortagne). 48° 22′ 36″ N, 6° 44′ 59″ E

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En août 1914, 105 maisons et l'église furent incendiées par les Allemands[1].

La commune a été décorée le 30 août 1920 de la croix de guerre 1914-1918[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, les finances communales était constituées ainsi[3] :

  • total des produits de fonctionnement : 152 000 , soit 531  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 180 000 , soit 630  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 45 000 , soit 157  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 61 000 , soit 212  par habitant ;
  • endettement : 0 , soit 0  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 18,01 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 5,99 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 18,11 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 22,65 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
janvier 2000 mars 2014 André Cherrier    
mars 2014 en cours Christophe Lemesle    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 282 habitants[Note 1], en augmentation de 1,44 % par rapport à 2010 (Vosges : -2,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
421465572637717726736804780
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
755763734722667627599577669
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
581450507472395331339356321
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 - -
292267251251281277282--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Barbe.
  • L'église actuelle de Sainte-Barbe, construite à partir de 1848[8], remplace l'église romane primitive qui se trouvait dans un lieu-dit excentré de Sainte-Barbe, "le Bout du Dessus"[9]. Elle doit être reconstruite après avoir été incendiée par les Allemands lors de la Bataille de la Chipotte en août 1914[10]. Lors de la reconstruction de l'église à partir de 1927, des carreaux en grès flammés de Rambervillers sont insérés en cartouche sur le maître-autel et les fonts baptismaux[11]. Les carreaux en forme d'algues insérés sur le maître-autel sont de l'artiste Jacques Grüber, qui a créé cette forme en 1905, d'après le catalogue commercial n°4 édité par la Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers[12]. Lors de cette reconstruction, les vitraux, aux couleurs éclatantes, ont été réalisés par les ateliers de Georges Janin, maître-verrier à Nancy. Les figures de la foi apparaissant sur ces vitraux sont évocatrices du contexte idéologique de l'entre-deux-guerres : Jeanne d'Arc et Thérèse de Lisieux incarnent respectivement l'union du patriotisme et de la foi, et la résistance face à la mort et la souffrance[13].
  • Monument aux morts[14],[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Sainte-Barbe
Blason de Sainte-Barbe Blason Taillé: au 1er de sinople à la tour d'or, ouverte du champ et ajourée de sable brochant sur une masse de mineur d'or posée en barre, au 2e de gueules au casque Adrian taré de profil d'or, brochant sur deux marteaux du même passés en sautoir; à la cotice en barre d'argent chargée de l'inscription « SAINTE-BARBE » de sable, brochant sur la partition.
Détails

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sainte Barbe, Un quartier détruit (Nord Ouest) le 25 août 1914
  2. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  3. « Les comptes de la commune » [archive du ], sur alize2.finances.gouv.fr (consulté le 23 novembre 2016).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. archives de Sainte-Barbe conservées aux archives départementales des Vosges, 2 O 435
  9. association Traits de mémoire (préf. Fernand Grosjean), Canton de Rambervillers, Conseil Général des Vosges, , article sur Sainte-Barbe
  10. Nicole Fick-Michel, « Sainte-Barbe, village martyr de la Grande Guerre », Au Bord de la Mortagne, Rambervillers, no 53 « Sainte-Barbe village martyr! »,‎ , p. 18 (ISSN 0247-8889)
  11. Marie-Claude Ferry-Cuny, Les grès d'Alphonse Cytère : A Rambervillers, sur le chemin de l'Ecole de Nancy (Catalogue de l'exposition 2009 au Musée de la Terre de Rambervillers), l'Atelier Arts et Histoire de Rambervillers & les Amis de la Faïence ancienne de Lunéville Saint-Clément, , 64 p. (ISBN 978-2-9532727-0-3), p. 61
  12. Francine Bertrand (préf. Antoinette Faÿ-Hallé), Grès Flammés de Rambervillers : Art Nouveau dans les Vosges, Epinal, Musée Départemental d'Art Ancien et Contemporain d'Epinal, , 176 p., p. 106 et 163
  13. Marie-Hélène Saint-Dizier, « Jeanne d'Arc, figure emblématique de la Grande Guerre : La symbolique de l'iconographie commémorative à Ménil et Sainte-Barbe », Au Bord de la Mortagne, no 51,‎ , p. 29 et 30
  14. Monument aux Morts
  15. Monument aux morts : Conflits commémorés 1914-18 et 1939-45 Indochine (46-54)