Saint-Sulpice-Laurière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sulpice.

Saint-Sulpice-Laurière
Saint-Sulpice-Laurière
L'église du bourg (XIIIe siècle).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Ambazac
Intercommunalité Communauté de communes Élan Limousin Avenir Nature
Maire
Mandat
Jean-Michel Peyrot
2014-2020
Code postal 87370
Code commune 87181
Démographie
Gentilé Saint-Sulpicien Saint-Sulpicienne[1]
Population
municipale
833 hab. (2015 en diminution de 3,81 % par rapport à 2010)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 13″ nord, 1° 28′ 18″ est
Altitude Min. 332 m
Max. 623 m
Superficie 14,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-Laurière

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-Laurière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-Laurière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-Laurière
Liens
Site web www.saint-sulpice-lauriere.fr/

Saint-Sulpice-Laurière (Sent Superis en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Sulpice-Laurière est située à l'est du département de la Haute-Vienne, elle est arrosée par le Rivalier, affluent de l'Ardour.

Situation de la commune de Saint-Sulpice-Laurière en Haute-Vienne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Sulpice-Laurière[2]
Bersac-sur-Rivalier Laurière
Saint-Sulpice-Laurière
Saint-Léger-la-Montagne Jabreilles-les-Bordes

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

À la gare de Saint-Sulpice-Laurière s'arrêtent les trains TER Nouvelle-Aquitaine des lignes Limoges-Vierzon et Limoges-Montluçon.

Le bourg de Saint-Sulpice est contourné par la route départementale 914 qui permet de rejoindre, par le col de la Roche (456 m), l'autoroute A20, en traversant La Jonchère où l'on trouve le seul feu tricolore du canton et en contournant Ambazac.

Histoire[modifier | modifier le code]

À un kilomètre au nord-ouest du Col de la Roche, Saint-Sulpice-Laurière est situé dans un endroit stratégique et il est au pied du camp gallo-romain du Maillorat (oppidum du Châtelard sur la commune de Jabreilles-les-Bordes).

Par contre il se trouvait niché dans une cuvette au centre des Monts d'Ambazac et le climat y était rude et peu propice à l'agriculture. Aussi au début du XIXe siècle Saint-Sulpice n'était qu'un petit village en marge de Laurière, qui était deux fois plus peuplé.

Cette situation changea à partir de 1844 quand les promoteurs du chemin de fer décidèrent d'y établir dans un premier temps la « gare de Laurière » (future Gare de Saint-Sulpice-Laurière), sur le trajet Vierzon-Limoges, c'est-à-dire Paris-Toulouse, puis un nœud ferroviaire permettant la jonction avec une autre ligne vers Guéret et Montluçon. Cet embranchement nécessita l'établissement d'un important dépôt de machines à vapeur et d'une rotonde pour que les trains allant de Limoges à Guéret puissent manoeuvrer. Ces activités demandèrent une main d'oeuvre conséquente et l'on vit, entre 1861 et 1921, la population de Saint-Sulpice presque tripler (passant de 764 à 1 959 habitants).

Avec le remplacement du train à vapeur par le train pendulaire le Dépôt perdit sa nécessité. À sa place a été installé un parc EMS (Équipement Mobile de Sécurité) mais il réclame beaucoup moins de personnel, d'où un relatif dépeuplement et déclin de Saint-Sulpice.

Cependant, du fait de ses commerces, du collège et d'une bonne desserte ferroviaire, le village reste le centre d'activités du canton.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Sulpice-Laurière (Haute-Vienne).svg

Les armoiries de Saint-Sulpice-Laurière se blasonnent ainsi :

De sinople à la cotice en barre d'or chargée d'une cotice en barre de gueules surchargée de l'inscription en capitales aussi d'or SAINT SULPICE LAURIERE et accompagnée, en chef, de 3 vaches couchées d'argent, 2 contournées, la troisième plus grosse brochant en partie sous celle de dextre, et, en pointe, de l'église du lieu aussi d'argent ; au chef cousu d'azur chargé de 3 feuilles de ginkgo biloba d'or penchés à dextre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maire[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Gérard Lardy    
mars 2014 2020 Jean-Michel Peyrot[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 833 habitants[Note 1], en diminution de 3,81 % par rapport à 2010 (Haute-Vienne : -0,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
570599601673668699714750781
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7687641 0561 0571 3111 3371 4641 4241 502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6311 6061 8401 9591 9581 9381 8501 8951 789
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 5821 4591 3301 2001 046881941866833
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Sulpice : appelée église du bourg, elle date du XIIIe siècle et est classée monument historique depuis le [8]. Elle est adossée à un clocher-donjon du XIe qui avait vraisemblablement un usage militaire défensif.
  • Église Notre-Dame-de-la-Voie : construite au XXe siècle près de la gare de Saint-Sulpice-Laurière grâce à la volonté du père Fredon et la participation financière des paroissiens. Elle fut construite parce que l'église du bourg était trop éloignée de celui-ci et de moins en moins fréquentée. Pour remercier la Vierge Marie d'avoir fait un miracle en sauvant de la mort les ouvriers et le chef de chantier lors de l'éboulement d'un tunnel en 1849, une statue avait déjà été offerte à la Vierge. Cette statue fut d'abord hébergée dans l'église du bourg puis trouva sa place dans la nouvelle église. La première pierre fut posée en 1955 ; le chantier fut interrompu et repris en 1963 pour se terminer le 22 mars 1964 ; elle fut bénie le . On y trouve aussi une bannière des cheminots qui avait été bénie le 4 mai 1913 lors d'une importante cérémonie.
  • La Font-du-Loup : ancienne fontaine-lavoir.
  • Étang de la papeterie sur le Rivalier.
  • Gare de Saint-Sulpice-Laurière et sa plantation de ginkgo biloba.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Le comédien Jack Ary y est né et est enterré dans le cimetière communal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Perrier, Georges Astier. « Saint-Sulpice-Laurière : un avenir incertain », dans Limousin-Magazine no 56, novembre 1965, vol. 50, no 1, Norois, 1966, p. 279–281 (Compte rendu).
  • José Banaudo, Fabrice Lanoue, « St.Sulpice-Laurière », Sur les rails du Limousin, éditions de Borée, 160 pages, 2003 (ISBN 9782844942043), p. 72–73 (extrait)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chronique du Temps Passé à Saint-Sulpice-Laurière de Gérard DUMONT (COPYMEDIA)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]