Saint-Marcel (Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Marcel.

Saint-Marcel
Saint-Marcel (Savoie)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Albertville
Canton Moûtiers
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Tarentaise
Maire
Mandat
Daniel Charrière
2014-2020
Code postal 73600
Code commune 73253
Démographie
Gentilé Saint-Marcelins
Population
municipale
615 hab. (2015 en diminution de 7,24 % par rapport à 2010)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 56″ nord, 6° 33′ 36″ est
Altitude Min. 495 m
Max. 1 600 m
Superficie 8,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Saint-MarcelÉcouter est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village, à 600 mètres d’altitude, est situé dans la vallée de la Tarentaise où coule l'Isère, entre Moûtiers (à 5 km) et Bourg-Saint-Maurice (à 23 km). La commune est traversée par la RN 90, axe très fréquenté en hiver car il permet d'accéder à de nombreuses stations de ski. Curiosités géographiques :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Saint-Marcel fait très probablement référence à Marcel de Chalon († 177 ou 179), un prêtre originaire de Lyon, martyr et mort à Chalon[1].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Sent Marcél (ORB)[2]. La forme graphie de Conflans est inconnue[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean-Pierre Mirande ... ...
mars 2014 en cours Daniel Charrière ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2015, la commune comptait 615 habitants[Note 1], en diminution de 7,24 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
267304303341428470413445414
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
426384396409424382675595834
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
6706287947857799251 1021 045921
1982 1990 1999 2006 2011 2015 - - -
778770678692645615---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  1. Pomblière Saint Marcel est l'unique site de production de MSSA (Métaux Spéciaux) qui fabrique du sodium. L'usine, dite « La Volta » a été créée en 1898 et produit du sodium depuis 1923. En 1906, elle a permis la création de la première ligne à haute tension française, pour alimenter en électricité le Tramway de Lyon, via le réseau de la Société Grenobloise de Force et Lumière sur une distance de 180 km, encore jamais atteinte en Europe, sur deux fils en laiton d'un diamètre de six millimètres.
  2. La société InPACT, leader occidental de la production de substrat semiconducteur de phosphore d'indium.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château Saint-Jacques
Le château Saint-Jacques, installé sur le roc Pupim, mentionné au XIIe siècle (donation de 1186), détruit en 1600[7]
  • Manoir de la Pérouse
Le manoir de la Pérouse est une ancienne maison forte du XIIIe siècle.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

La commune obtient sa première fleur au concours des villes et villages fleuris en 2017[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henry Suter, « Saint-Marcel », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 19 novembre 2016).
  2. a et b Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Étienne-Louis Borrel, Les monuments anciens de la Tarentaise (Savoie), Paris, Ducher, , 334 p. (lire en ligne), p. 141-148
  8. « > Toutes les communes fleuries - Site officiel des Villes et Villages Fleuris, label de qualité de vie et de développement du tourisme vert », sur www.villes-et-villages-fleuris.com (consulté le 31 janvier 2018)