Saint-Loup-sur-Aujon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Loup-sur-Aujon
Saint-Loup-sur-Aujon
Carte postale ancienne de la fête patronale en 1906.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Intercommunalité Communauté de communes d'Auberive Vingeanne et Montsaugeonnais
Maire
Mandat
Claire Colliat
2014-2020
Code postal 52210
Code commune 52450
Démographie
Gentilé Barochais, Barochaises
Population
municipale
142 hab. (2017 en diminution de 12,35 % par rapport à 2012)
Densité 7,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 21″ nord, 5° 05′ 23″ est
Altitude Min. 300 m
Max. 448 m
Superficie 19,33 km2
Élections
Départementales Canton de Villegusien-le-Lac
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Saint-Loup-sur-Aujon
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Saint-Loup-sur-Aujon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Loup-sur-Aujon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Loup-sur-Aujon

Saint-Loup-sur-Aujon est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est. En 1972, les communes de Courcelles-sur-Aujon et Ériseul ont fusionné avec Saint-Loup-sur-Aujon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Loup-sur-Aujon
Giey-sur-Aujon Ternat
Saint-Loup-sur-Aujon Vauxbons
Arbot Bay-sur-Aube Rochetaillée

Histoire[modifier | modifier le code]

Courcelles fut jusqu'au XVIIIe siècle le centre d'une baronnie, Courcelotte. En 1245, Simon de Châteauvillain fait construire, au bord de l'Aujon, un château fort entouré de larges fossés. Le puissant baron de Courcelotte est aussi seigneur de Ternat et de Chameroy. Pendant des siècles, ce château est occupé par les seigneurs de Plaine, puis par la famille de Saulx, tous vassaux du seigneur d'Arc-en-Barrois. Le dernier propriétaire est, en 1789, le duc de Penthièvre. La baronnie de Courcelotte fait partie de la Bourgogne.

En 1377, une charte d'affranchissement est donnée à Saint-Loup-sur-Aujon. Elle fut abandonnée en 1470 à cause des guerres.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Jean Deschanet    
  En cours Claire Colliat    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2017, la commune comptait 142 habitants[Note 1], en diminution de 12,35 % par rapport à 2012 (Haute-Marne : -3,57 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
160160192203214233269276276
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
270310252286267262243287263
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
182168207223194213213183122
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017
105178196180144153170147142
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges du château fort de Courcelles-sur-Aujon (contreforts).
  • Couvent de Saint-Loup. Le couvent a été fondé en 1836 par Aspasie Petit (1799-1877) qui en devient la supérieure sous le nom de Mère Marie de Jésus. La congrégation des Filles du Cœur-Immaculé de Marie accueille des jeunes filles afin de pourvoir à leur instruction et à leur éducation.

L'œuvre se développe rapidement. Dans les années 1850 est créé, dans la commune voisine, l'orphelinat de Courcelles-sur-Aujon. Des établissements sont également créés à Morey et à Brachay.

En 1875, une chapelle néo-gothique remplace l'ancienne.

En 1966, la congrégation fusionne avec les Filles de la sagesse. Le couvent perd sa vocation d'enseignement pour devenir un lieu de retraite. À partir de 1984, il accueille également des Annonciades Célestes, du fait de la fermeture du couvent de ces dernières à Langres. Ces communautés sont rejointes en par les Bénédictines de Jésus Crucifié. Malgré tout, le déclin est constant et maintenir de si grands bâtiments devient très lourd humainement et financièrement.

En janvier et , les Bénédictines et les Annonciades quittent Saint-Loup, du fait de leur trop faible effectif et de l'état de santé des Sœurs. Les Filles de la sagesse leur emboîtent le pas. Fort heureusement, en s'implante officiellement la communauté contemplative des Bénédictines adoratrices du Sacré-Cœur de Montmartre de Tyburn à la demande de Monseigneur Philippe Gueneley, alors évêque du lieu. Le couvent de Saint-Loup est aujourd'hui un lieu de retraite spirituelle où les retraitants peuvent suivre les offices de la communauté et participer à l'adoration eucharistique. Ils peuvent également jouir du cadre très agréable de Saint-Loup-sur-Aujon.

En 2020, la communauté compte six religieuses. Un aumônier est attaché à demeure.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre Bizot de Fonteny (1825-1908), maire de Courcelles-sur-Aujon de 1867 à 1870, et ancien sénateur de la Haute-Marne, repose dans le cimetière attenant à l'église du village. Dans le caveau familial reposent également sa femme, son père Jean-Baptiste Bizot de Fonteny (1780-1859), chevalier de la Légion d'honneur, garde du corps du roi Charles X, et plusieurs de ses descendants. Une plaque commémorative a été posée sur ce même caveau à la mémoire du colonel René Michel, époux d'une des petites-filles du sénateur, officier de la Légion d'Honneur, décédé en déportation en 1945 (pour faits de résistance) au camp de Dora, en Allemagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]