Rugles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rugles
Mairie et église Saint-Germain de Rugles
Mairie et église Saint-Germain de Rugles
Blason de Rugles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement d'Évreux
Canton Breteuil
Intercommunalité Communauté de communes Normandie Sud Eure
Maire
Mandat
Denis Guitton
2014-2020
Code postal 27250
Code commune 27502
Démographie
Gentilé Ruglois
Population
municipale
2 334 hab. (2014)
Densité 166 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 23″ nord, 0° 42′ 39″ est
Altitude Min. 171 m
Max. 236 m
Superficie 14,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Rugles

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Rugles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rugles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rugles

Rugles est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Ses habitants se nomment les Ruglois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rugles appartient au pays d'Ouche, dans le sud de l'Eure. Elle est située dans la vallée de la Risle, un affluent de la Seine.

Communes limitrophes de Rugles[1]
Saint-Antonin-de-Sommaire Ambenay Ambenay
Saint-Antonin-de-Sommaire Rugles[1] Bois-Arnault
Chéronvilliers
Saint-Martin-d'Écublei (Orne) Saint-Martin-d'Écublei (Orne)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ruga, Rugia au XIe siècle et Ruglae au XIIe siècle. Ces formes montrent, si elles sont justes, que le "L" est apparu tardivement. Altération possible du bas-latin ruga > rue[2]. Sans rapport avec le latin regules, comme l'indiquent les formes anciennes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne église Notre-Dame.

La ville abrite deux églises : l'église Saint-Germain, du XIVe siècle, et surtout l'église Notre-Dame-Outre-L'Eau, certainement antérieure au XIe siècle pour une partie de ses assises, considérée comme une des plus anciennes églises de France[réf. nécessaire].

Rugles fut occupée par les Anglais de 1417 à 1450. En 1590, elle fut un refuge pour les Ligueurs et fut dévastée et pillée.

La pierre métallique de son sous-sol permit à Rugles d'être un centre très important de l'industrie des épingles puis des aiguilles. De nombreuses entreprises (aujourd'hui fermées) le long de la Risle ont contribué à la production massive de ces deux articles.

En 1827, un certain Fouquet, fabricant d'aiguilles en cuivre, est cité par Adolphe Blanqui dans Histoire de l'Exposition des produits de l'industrie française en 1827 ce qui atteste la présence de cette activité à Rugles à l'époque[3].

En 1857, à Rugles 2 500 ouvriers travaillaient à la fabrication des épingles et 3 600 à la fabrication des clous, en particulier la pointe de Paris, clou très solide, servant à la fabrication des charpentes de bateaux. Rugles fut à cette époque la capitale de la Pointe de Paris"[4],[5].

Économie[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui Rugles perpétue la tradition de l'industrie des métaux en abritant deux entreprises de transformation du métal par laminage, dont une appartenant au groupe Areva, et spécialisée dans la construction de plaques en zirconium permettant l'assemblage de combustible nucléaire pour les réacteurs à eau pressurisée (REP), à eau bouillante (REB) et les réacteurs expérimentaux[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Rugles

Ces armes peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

d'argent aux trois quintefeuilles de gueules

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Denis Guitton Nouveau Centre  
mars 2001 2008 Denis Guitton UDF  
mars 1995 2001 Jacques Lacombe    
mars 1977 1995 André Couturier    
mars 1971 1977 Bernard Vion    
mars 1959 1971 Albert Huille    
mars 1945 1959 Alfred Saussay    
mars 1944 1945 André Bruno    
mars 1942 1944      
mars 1940 1942 Jean Brunel    
mars 1937 1940 Pierre Marquis    
mars 1929 1937 Louis Echalard    
mars 1928 1929 Alfred Bouillon    
mars 1926 1928 Aldophe Despres    
mars 1921 1926 Louis Echalard    
mars 1896 1921 Alfred Bouillon    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 334 habitants, en diminution de -1,73 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 150 1 546 1 575 1 800 1 990 2 132 2 050 2 036 1 972
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 898 1 853 1 867 1 648 1 724 1 689 1 794 1 736 1 732
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 814 1 816 1 925 1 953 2 286 1 987 1 846 2 293 2 400
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
2 609 2 688 2 644 2 539 2 416 2 549 2 410 2 350 2 334
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Germain.
Chapelle Saint-Denis d'Herponcey.
  • Chapelle Saint-Denis-d'Herponcey, XIIe – XIIIe siècles,  Inscrit MH (1990) (arrêté du 1er octobre 1990) [13]
  • Le Petit Château

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

On lui prête « l'invention » de l'industrie des épingles, des laminoirs et tréfileries du cuivre. Il semble improbable qu'il soit à l'origine du développement de l'industrie de la fabrication d'épingles. Ce serait oublier la fondation de la tréfilerie de Rugles, au Moulin-à-Papier, attribuée à Nicolas Le Forestier ou à son gendre, Baptiste Letellier vers 1640[16], la réunion des maîtres de Forges à l'hôtel de la Coupe d'Or, le 11 mai 1644, pour s'entendre entre eux avant de soumissionner[17], le mémoire rédigé par Jean-Rodolphe Perronet en 1740[18], la visite, pour le compte de Diderot, d'Alexandre Deleyre avant 1755[17], la prétendue venue d'Adam Smith entre 1764 et 1766, etc.
  • Gaston Colomès, 1877-1936, adjoint au maire, commandant, conseiller d'arrondissement, chevalier de la Légion d'honneur.
  • André Treton, Ruglois d'adoption, a joué le rôle de « Lebrac »[19] dans le film La Guerre des boutons en 1961. Né en 1948 décédé le 30 Octobre 2015 à l'âge de 67 ans.
  • Albert Lecocq, historien de Rugles[20].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154)
  3. Histoire de l'Exposition des produits de l'industrie française en 1827.
  4. “Les forges de Normandie, l’histoire du fer en Normandie” - http://www.normannia.info/pdf/desloges1903.pdf.
  5. http://www.rugles.fr/pages/m1/4-SAISONS-HIVER-2009.pdf (source bulletin municipal de Rugles 2009).
  6. "Rugles, fabrication de produits plats" - site officiel d'Areva - http://www.areva.com/FR/activites-970/rugles-fabrication-de-produits-plats.html
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. a et b « Clocher d'une part et l'église Saint-Germain de Rugles d'autre part », notice no PA00099539, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Église Notre-Dame-outre-l'Eau (ancienne) », notice no PA00099540, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Chapelle Saint-Denis-d'Herponcey », notice no PA00099634, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. [PDF]Notice sur le site du Palais-Bourbon
  15. Être confrère et franc-maçon à la fin du XVIIIe siècle
  16. Amand Desloges, Les forges de Normandie, origine de la fabrication du fer en Normandie - [PDF]
  17. a et b Dito.
  18. Le Coût de revient des épingles en Normandie au XVIIIe siècle, Jean-Louis Peaucelle, Professeur à l’IAE de Paris, 1999
  19. Site Mémoire de Rugles
  20. Notes historiques sur Rugles, Page de Garde, 1996.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :