Denis Le Maréchal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Denis Le Maréchal
Fonctions
Député du bailliage d'Evreux

(2 ans, 6 mois et 7 jours)
Gouvernement Assemblée constituante de 1789
Groupe politique Tiers état
Député de l'Eure

(1 an et 21 jours)
Gouvernement Convention nationale
Député à la Chambre des députés des départements

(10 mois et 29 jours)
Gouvernement Seconde Restauration - 1re législature
Maire de Rugles
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Rugles
Date de décès (à 96 ans)
Lieu de décès Rugles (Eure)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Centre
Profession Négociant
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur
députés de l'Eure

Denis Le Maréchal, dit aussi Denis Lemaréchal, né le à Rugles et mort le au même lieu[1], était un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Maréchal est négociant à Rugles au moment de la Révolution française, ville dont il est aussi le maire.

Le 27 mars 1789, il est élu député du tiers état pour le bailliage d'Évreux aux États généraux. Au cours de son mandat, il se fait peu remarquer à la tribune de l'Assemblée, mais travaille avec assiduité au Comité d'aliénation des Domaines. En 1791, il devient secrétaire de l'Assemblée.

Le 4 septembre 1791, son mandat prenant fin, il est élu haut-juré du département de l'Eure.

En , Le Maréchal est élu député de l'Eure à la Convention nationale, le sixième sur onze, avec 353 voix sur 569. D'opinions plutôt royalistes, il siège à droite. Au procès du roi, il se déclare pour l'appel au peuple, bien qu'il soit convaincu que Louis XVI est coupable "de haute trahison contre la liberté du peuple", ainsi que pour la détention et le bannissement à la paix.

Le 27 septembre 1793, alors que la Terreur vient d'être mise à l'ordre du jour, il donne sa démission et reprend son commerce, sans être inquiété par les autorités révolutionnaires.

Il reprend une carrière politique sous le Premier Empire en devenant conseiller général de l'Eure.

Royaliste modéré, il redevient député de l'Eure en , lorsqu'il est élu à la Chambre introuvable dominée par les ultra-royalistes. Il y siège avec les constitutionnels, alors classés au centre gauche.

Non réélu après la dissolution de 1816, Le Maréchal quitte alors la vie politique. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 3 janvier 1821. Il s'éteint en 1851 à l'âge de 96 ans. Il était alors l'un des ultimes survivants de la Constituante et de la Convention.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]