Rue des Petits-Champs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

1er, 2e arrts
Rue des Petits-Champs
Image illustrative de l’article Rue des Petits-Champs
La rue des Petits-Champs depuis le croisement de la rue Vivienne, vue dans la direction de l'avenue de l'Opéra.
Situation
Arrondissements 1er
2e
Quartiers Palais-Royal
Gaillon
Vivienne
Début 1, rue de la Banque et rue La Vrillière
Fin 26, avenue de l'Opéra
Morphologie
Longueur 450 m
Largeur 12 m
Historique
Création 1634
Dénomination Arrêté du
Ancien nom Rue Bautru
rue Neuve-des-Petits-Champs
Géocodification
Ville de Paris 7302

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue des Petits-Champs

La rue des Petits-Champs est une voie des 1er et 2e arrondissements de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte ce nom car elle a été ouverte, au XVIIe siècle, à travers les champs.

Historique[modifier | modifier le code]

Elle est ouverte en 1634 lors de la construction de l'hôtel du cardinal de Richelieu, sous le nom de « rue Bautru », puis « rue Neuve-des-Petits-Champs », par évocation de la voisine rue Croix-des-Petits-Champs.

Benoît Binet, le perruquier du roi Louis XIV y demeurait. L'expression « avoir une drôle de binette » est traditionnellement reliée à l'extravagance des perruques que Binet créa pour le Roi-Soleil mais son origine est incertaine[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • Nos 4 et 6 : au rez-de-chaussée de ces deux immeubles se trouvait la maison d'éditions musicales Heugel, entre la Restauration et 1975, non loin de l'Opéra qui se trouvait alors à l'emplacement du square Louvois[2] .
  • No 5 : immeuble datant du XVIIe siècle et donnant sur le passage des Deux-Pavillons qui fut ouvert en 1853.
  • No 8 : hôtel Tubeuf, abritant le département des Estampes et de la Photographie et celui des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de France.
  • No 39 : immeuble de l'époque révolutionnaire, inscrit aux monuments historiques, qui fut achevé par le père de Jean-Baptiste Corot en 1809[3].
  • No 44 : c'est ici que fut construit en 1661, pour Hugues de Lionne, ministre des Affaires étrangères de Louis XIV, l'hôtel de Lionne, dit aussi « hôtel de Lionne-Pontchartrin », par l'architecte Louis Le Vau et l'entrepreneur Michel Villedo[4]. L’hôtel a été détruit en 1827 pour réaliser le passage Choiseul et élargir la rue de Ventadour.
  • No 45 : à l'angle avec la rue Sainte-Anne se trouve l'hôtel Lully, construit par l'architecte Daniel Gittard pour le compositeur Jean-Baptiste Lully, en 1670. Le musicien y vécut jusqu'en 1683. Le bâtiment est orné d'instruments de musique sur la rue Sainte-Anne et de mascarons sur la rue des Petits-Champs.
  • Nos 46-50 : hôtel Langlée, construit par Gérard Huguet pour Claude Langlée. Il fut vendu en 1708 par la nièce de ce dernier à Claude Le Bas de Montargis. Law en fit l'acquisition en 1718 et l'échangea en 1720 contre l'hôtel Tubeuf situé au no 8 de la rue, qui appartenait au duc de Mazarin. En 1738, il est loué à René Herault, puis au comte de Coigny en 1741. En 1758, le financier Pâris de Montmartel le lègue en 1766 à son fils le marquis de Brunoy. Le duc d'Orléans en fit l'acquisition en 1782 pour sa fille, la duchesse de Bourbon, mais le lui reprit pour le vendre à Simon Le Normant qui le céda à l'État.
  • No 52 : le sieur Chéron y avait son atelier à l'enseigne Tabletier du Roi. Il exposa en 1819 des objets faits au tour, d'une grande délicatesse et d'un travail parfait, tous les articles de tabletterie, boîtes d'écailles garnies en or, damiers, trictracs, boîtes à quadrilles, jeux d'échecs, dés à jouer et à coudre[5].
  • No 61 : immeuble dont le balcon en fer forgé et ses supports sont inscrits comme monuments historiques[6].
  • No 69 : de la rue Neuve-des-Petits-Champs se trouvait, en 1836, la Maison Drouet, marchand papetier. On y vendait aussi des livres[réf. nécessaire].
  • No 83 : fabrique de chapeaux d'Émile Liez qui était un collectionneur averti. Son nom est resté intimement lié à l'iconographie et à l'histoire de la mode.

Roman[modifier | modifier le code]

C'est dans la rue des Petits-Champs que Léo Malet a placé l'agence Fiat Lux du détective Nestor Burma.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. « Binette : étymologie de « binette» », sur www.cnrtl.fr (consulté le 12 novembre 2017).
  2. Andrée Jacob, « Dans le deuxième arrondissement, les livres chassent les hommes », Le Monde, 22 avril 1975.
  3. Notice no PA00086008, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. « L'hôtel Lionne-Ponchartrin »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), www.dgtpe.minefi.gouv.fr.
  5. Collectif, Bazar Parisien ou Annuaire raisonné de l'industrie des premiers artistes et fabricans de Paris, Paris, 1821, au bureau du Bazar Parisien, 16, rue des Quatre-Fils, p. 96.
  6. Notice no PA00085931, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :