Roland Giguère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roland Giguère
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Roland Giguère, né le à Montréal et mort dans la même ville le , est un écrivain, peintre et graveur québécois. Il est aussi fondateur et éditeur des éditions erta.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié la gravure à l'École des arts graphiques de Montréal, il fonde en 1949, les Éditions Erta, spécialisées dans la publication de livres d'art et de poésie. La même année, ses premiers poèmes paraissent dans diverses revues.

De 1954 à 1963, il réside à Paris où il est inscrit à l'École Estienne des arts et industries graphiques et à L'Ermitage, l'atelier de gravure de Johnny Friedlaender. Il participe aussi aux activités du groupe Phases et du mouvement surréaliste.

Il collabore en carrière à plusieurs revues, dont Edda (Bruxelles), Odradek (Liège), Amérique française, La Barre du jour, Possibles, Liberté et Estuaire.

Responsable d'un atelier de recherche graphique à l'Université Laval ee 1970 à 1975, il devient à cette époque vice-président de l'Association des graveurs du Québec. Ses peintures et ses gravures font alors l'objet de plusieurs expositions au Canada et à l'étranger.

En 1966, Roland Giguère reçoit le Prix Québec-Paris], le Prix de poésie des Concours littéraires du Québec et le Grand Prix littéraire de la Ville de Montréal pour L'Âge de la parole, aujourd'hui un classique de la poésie québécoise.

Indépendantiste militant, il est à l'origine du logo du Parti québécois, dont la première version remonte à 1968.

En 1974, il refuse le prix du Gouverneur général qu'il a obtenu pour La Main au feu.

Il est lauréat du Prix Paul-Émile-Borduas pour l'ensemble de son oeuvre plastique en 1982 et, pour son œuvre littéraire, il reçoit la Médaille de l'Académie des lettres du Québec en 1995 et le prix Athanase-David en 1999.

En novembre 2012, le chanteur québécois Thomas Hellman a sorti un livre-disque dans lequel il met treize poèmes de Roland Giguère en musique, tirés des recueils L'Âge de la parole et Temps et Lieux[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1957 : Le défaut des ruines est d'avoir des habitants
  • 1957 : Lieux exemplaires
  • 1963 : Adorable femme des neiges, suivi de L'Immobile et l'Éphémère
  • 1965 : L'Âge de la Parole : poèmes 1949-1960
  • 1969 : La main du bourreau finit toujours par pourrir
  • 1973 : La Main au feu : 1949-1968
  • 1975 : Abécédaire[2]
  • 1978 : Forêt Vierge Folle : poésie
  • 1988 : Temps et Lieux : poésie et sérigraphie
  • 1997 : Illuminures
  • 2004 : Cœur par Cœur

Honneurs[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

Le fonds d'archives de Roland Giguère est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dépêche de La Presse canadienne, « Thomas Hellman met en musique la poésie de Roland Giguère », dans le quotidien La Presse, le 22 novembre 2012.
  2. Livre d'artiste sur volumen (10 mètres long environ) tiré en 100 exemplaires aux éditions Erta. Deux exemplaires originaux de l'Abécédaire sont accessibles à la Bibliothèque des livres rares et collections spéciales à l'Université de Montréal (cote: PS 8513 I38 A72 1975)
  3. Fonds Roland Giguère (MSS416) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Liens externes[modifier | modifier le code]