Roland Giguère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Roland Giguère
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions
Archives conservées par

Roland Giguère, né le à Montréal et mort dans la même ville le , est un écrivain, peintre et graveur québécois[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Montréal en 1929 et figure majeure de l’histoire littéraire et artistique du Québec, Roland Giguère est un artiste multidisciplinaire, à la fois poète et éditeur, peintre et graveur faisant l'objet de nombreuses expositions au Canada ainsi qu'à l'étranger[2]. Son œuvre accorde une importance particulière à l’histoire politique, sociale et culturelle du Québec[3].

Roland nous laisse en héritage son esprit de résistance et d'invention. Sa vie est exemplaire en ce que le poète nous a appris, par son œuvre, le sens de la création[4]. - Jean Royer

De 1947 à 1950, Roland Giguère étudie à l’Institut des arts graphiques sous le mentorat d’Arthur Gladu (artisan typographe) et d’Albert Dumouchel (graveur). Sa passion du livre passe par la poésie mais aussi par la conception graphique du livre[3],[5]. « Giguère travaille avec une intensité rare, avec une maîtrise du métier qui s'est sans cesse raffinée et raffermie avec les années »[6]. Avant ses 20 ans, Roland Giguère fonde les Éditions Erta qui marque la milieu de l'édition expérimental des années 1950. Il y publie de la poésie ainsi que des gravures et des sérigraphies qui illustrent ses recueils. Roland Giguère valorise la collaboration, les petits tirages ainsi que la distribution à petite échelle[7],[8]. À propos de son travail poétique et graphique, Roland Giguère mentionne, dans une entrevue avec Jean Basile :

Le recueil imprimé n'est pour moi qu'une extension de la poésie en général car être poète, c'est avant tout un état d'âme, une disposition. - Roland Giguère[9].

En 1956, il ouvre sa propre imprimerie qui donnera lieu à la publication d'une œuvre célèbre de Gaston Miron, La Marche à l’amour, illustré par Léon Bellefleur[3].

Sa démarche d'écriture est avant-gardiste. Il participe à la revue Phases réunissant des artistes et auteurs du dadaïsme, du surréalisme et du futurisme qui viendront influencer sa pratique[3].

En plus de publier de la poésie, des livres d'artistes et de signer des textes et illustrations dans des catalogues d'exposition, Roland Giguère collabore à différentes revues telles que Edda (Bruxelles), Odradek (Liège), Place Publique, Amérique française, La Barre du jour, Possibles, Liberté (Montréal) et Estuaire (Québec). Ses œuvres ont été traduites en anglais ainsi qu'en espagnol. De plus, de 1970 à 1975, il anime un atelier de recherche graphique à l'Université Laval. Il occupe, durant cette période, la fonction de vice-président de l'Association des graveurs du Québec[2].

Roland Giguère reçoit de nombreux prix littéraires, tels que le Prix France-Canada, le Prix de poésie des Concours littéraires du Québec. le Grand Prix littéraire de la Ville de Montréal, le Prix Paul-Émile Borduas, la Médaille de l'Académie des lettres du Québec et le prix Athanase-David. En 1974, il refuse le Prix du Gouverneur général pour des raisons politiques[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Faire naître, illustrations Albert Dumouchel, édition limitée à 100 ex. num., Montréal, Éditions Erta, 1949, 1 portefeuille.
  • Les nuits abat-jour, avec images de Albert Dumouchel, Montréal, Éditions Erta, 1950, 1 portefeuille.
  • 3 pas, avec 4 gravures de Conrad Tremblay, Montréal, Éditions Erta, 1950, 18 p.
  • Le poème mobile, poème écrit en collaboration par Théodor Koenig et Roland Giguère le 25 mai 1950 sur une distance de 362 milles Boston-Montréal, Montréal, Éditions Erta, 1950, 8 p.
  • Midi perdu, dessins de Gérard Tremblay, Montréal, Éditions Erta, 1951, 1 feuille pliée.
  • Les armes blanches, avec 6 dessins de l'auteur, Montréal, Éditions Erta, 1954, 28 p.
  • L'âge de la parole : poèmes, 1949-1960, Montréal, Editions de l'Hexagone, 1965, 170 p.
  • Forêt vierge folle, Montréal, Editions de l'Hexagone, Collection Parcours, 1978 (réédition, 1988), 219 p. (ISBN 2892950317)
  • Temps et lieux, poésie, avec douze sérigraphies de l'auteur et un dessin de Gérard Tremblay, Montréal, Editions de l'Hexagone, 1988, 81 p. (ISBN 2890063038)
  • L'âge de la parole: poèmes, 1949-1960, préface de Jean Royer, Montréal, Éditions de l'Hexagone, 1991, 169 p. (ISBN 2892950643)
  • Cœur par cœur, Montréal, Édition de l'Hexagone, 2004, 68 p. (ISBN 2-89006-651-7)
  • L'âge de la parole : poèmes, 1949-1960, introduction de Catherine Morency et préface de Jean Royer, Montréal, Typo, une société de Québecor média, 2013, 179 p. (ISBN 9782892953923)

Livres d'artiste[modifier | modifier le code]

  • Yeux fixes ou l'Ébullition de l'intérieur, Montréal, Éditions Erta, 1951, 18 p.
  • Images apprivoisées, Montréal, Éditions Erta, 1953, 36 p.
  • Le défaut des ruines est d'avoir des habitants, Montréal, Éditions Erta, 1957, 107 p.
  • Adorable femme des neiges, illustré par l'auteur, Châteaunoir, Aix-en-Provence, Éditions Erta, 1959, 12 p.
  • Sculpture africaine = African sculpture, texte français par Roland Giguère, texte anglais par Leon Lippel, Montréal, Lippel Gallery, 1964, 40 p.
  • 12 dessins, Montréal, Graph, 1966, 1 portefeuille.
  • Naturellement : poèmes et sérigraphies, édition limitée à 40 ex., Montréal, Éditions Erta, 1968, n.p.
  • La main au feu : 1949-1968, Montréal, Editions de l'Hexagone, 1973 (réédition, 1987), 145 p. (ISBN 2892950120)
  • Abécédaire, poèmes de Roland Giguère, ornés par Gérard Tremblay, édition limitée à 100 ex., Montréal, Editions Erta, 1975, 1 emboîtage.
  • J'imagine, poèmes de Roland Giguère, avec 10 lithographies de Gérard Tremblay, édition limitée à 50 ex., Montréal, Editions Erta, 1976, n.p
  • 10 cartes postales, Montréal, Éditions Aubes, 1981, 1 portefeuille.
  • A l'orée de l'oeil, cinquante dessins de Roland Giguère accompagnés d'un texte de Gilles Hénault, édition limitée à 1000 ex., Saint-Lambert, Éditions du Noroît, 1981, 109 p. (ISBN 2890180565)
  • Paroles visibles, douze sérigraphies originales de Roland Giguère, édition limitée à 30 ex., Montréal, Éditions Erta, 19883, 1 portefeuille.
  • Les Sorciers de l'Ile d'Orléans, textes de Édouard-Zothique Massicotte, conception, exécution et impression de l'estampe, Roland Giguère, édition limitée à 70 ex., Montréal, Loto-Québec, 1985, 1 portefeuille.
  • Énigmes et autres choses, coordination, Édouard Lachapelle, Montréal, Galerie Frédéric Palardy, 1990, 8 p.
  • Les mines de plomb, onze dessins et un poème de Roland Giguère, Montréal, Éditions du Silence, 1997, 1 portefeuille. (ISBN 2-920180-44-4)
  • Main d'œuvre, Québec, [éditeur non identifié], 1997, 1 feuille.
  • Célébrations, artistes, Jocelyne Aird-Bélanger... et al., édition limitée à 15 ex., Montréal, Conseil québécois de l'estampe, 1998, 1 portefeuille.
  • Retirons de prose, J.F. Dowd, dessins de Roland Giguère, Saint-Hippolyte, Éditions du Noroît, 1999, 83 p. (ISBN 2-89018-427-7)

Collaborations, catalogues d'exposition et autres[modifier | modifier le code]

  • 20 lithographies, Gérard Tremblay, introduction de Roland Giguère, Montréal, Éditions Erta, 1951, 24 p.
  • Les archipels signalés, Jean-René Major, lithographies originales de Roland Giguère, édition limitée à 75 ex., Montréal, Éditions Erta, 1958, 51 p.
  • Pouvoir du noir, Montréal, Musée d'art contemporain, 1966, n.p.
  • La sérigraphie à la colle, par Roland Giguère, rédaction, Louise Dusseault Letocha, photogr., Jean-Pierre Beaudin, Montréal, Editions Formart, 1973, 31 p. (ISBN 0885300149)
  • Barbarie, François Hébert, front. de Roland Giguère, édition limitée à 90 ex., Montréal, Estérel, 1978, 24 p.
  • Arbres, Paul-Marie Lapointe, avec cinq sérigraphies de Roland Giguère, édition limitée à 77 ex., Montréal, Éditions Erta, 1978, 23 p.
  • Le cœur dans l'aile : vingt dessins accompagnés d'un texte de Roland Giguère, Gérard Tremblay, Saint-Lambert, Éditions du Noroît, 1980, 13 p. (ISBN 2890180530)
  • Le crabe, Serge Legagneur, illustrations par Roland Giguère, édition limitée à 60 ex., Montréal, Estérel, 1981, 1 portefeuille. (ISBN 2-920044-17-6)
  • Emploi du temps, Jean-Hugues Malineau, illustré par Roland Giguère, édition limitée à 60 ex., Montréal, Estérel, 1983, 20 p. (ISBN 2920044192)
  • La partie et le tout : lecture de Fernand Ouellette et Roland Giguère, Paul Chanel Malenfant, Québec, Presses de l'Université Laval, Collection Vie des lettres québécoises, 1983, 397 p. (ISBN 2763769462)
  • Tirésias ou Le clair-obscur de la conscience, François d'Apollonia, illustrations de Roland Giguère, Longueuil, Le Préambule, cop., 1985, 27 p. (ISBN 2891330552)
  • Effets personnels, de Pierre Morency, dessins de Roland Giguère, édition limitée à 150 exemplaires, Sillery, Le Tourne-pierre, cop., 1986, 39 p.
  • Les générations d'artistes, suivi d'entretiens avec Robert Roussil et Roland Giguère, Marcel Fournier, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1986, 202 p. (ISBN 2892240638)
  • Roule idéal : journal intimidant, Patrick Coppens, avec huit dessins de Roland Giguère, Saint-Lambert, Éditions du Noroît, Cesson, France, Table rase, cop., 1988, 92 p. (ISBN 2890181774)
  • Quadrature, treize poèmes de Michel Beaulieu accompagnés d'une sérigraphie originale de Roland Giguère suivis d'un texte de Jean Royer, Montréal, Éditions du Silence, 1989, n.p. (ISBN 2920180150)
  • La pensée enchaînée : peintures récentes : l'exposition itinérante de Tin-Yum Lau, texte, Roland Giguère, Montréal, Éditions Galerie Espace, 1991, 26 p.
  • Les oiseaux de neige, Louis Fréchette, choix, introduction et envoi de Claude Beausoleil, dessins originaux de Roland Giguère, Montréal, Éditions du Silence, 1992, 43 p. (ISBN 2-920180-23-1)

Traduction[modifier | modifier le code]

  • Sculpture africaine = African sculpture, Montréal, Lippel Gallery, 1965, 40 p.
  • Miroir et Lettre à l'évadé = Miror, and, Letters to an escapee, Traduction par Sheila Fischman, Erin, Ontario, Press Porcépic, 1976, 12 p. (ISBN 0888780494 et 0888780486)
  • Dentelle = Indented, Roland Giguère, Gaston Miron, Ralph Gustafson et D.G. Jones, Colorado Springs, Press at Colorado College, cop., 1982, 54 p.
  • L'âge de la parole = L'età della parola, Roma, Bulzoni, 1983, 156 p.
  • Rose & thorn, Traduction par Donald Winkler, Toronto, Exile Editions, 1988, 118 p. (ISBN 0920428584)

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

Le fonds d'archives de Roland Giguère est conservé au centre d'archives de Montréal de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://advitam.banq.qc.ca/notice/526439 » (consulté le )
  2. a b c et d « Recherche - L'Île », sur www.litterature.org (consulté le )
  3. a b c et d « Roland Giguère », sur L'Artothèque (consulté le )
  4. Jean Royer, « Le poète du paysage intérieur », Le Devoir : Écrivains québécois - dossiers (L'Île),‎ , p. A9
  5. Amine Esseghir, « Il était la référence du surréalisme Québécois », Courrier Bordeaux-Cartierville, Vol: 23, No: 33,‎ , p. 6
  6. Michel Beaulieu, « Roland Giguère : Un poète magistral », Les Livres d'ici : Écrivains québécois - dossiers (L'Île),‎ , p. Vol. 4, No. 24
  7. Catherine Lalonde, « Roland Giguère l'enchanté : Thomas Hellman chante le poète », Le Devoir,‎ , F-1
  8. Caroline Montpetit, « Encre et papier », Le Devoir : Écrivains québécois - dossiers (L'Île),‎ , p. F12
  9. Jean Basile, « Temps et lieux, magie et secret », La Presse : Écrivains québécois - dossiers (L'Île),‎ , P. K-1
  10. « Publication du recueil «L'Âge de la parole» de Roland Giguère », sur bilan.usherbrooke.ca (consulté le )
  11. « Advitam - Bibliothèque et Archives nationales du Québec », sur advitam.banq.qc.ca (consulté le )
  12. « Prix du Québec – Prix Paul-Émile-Borduas 2021 », sur Les Prix du Québec (consulté le )
  13. « Gagnants et finalistes précédents des LivresGG », sur Prix littéraires du Gouverneur général (consulté le )
  14. « Le legs de Lord Tweedsmuir », sur La Presse, (consulté le )
  15. « Les Prix littéraires du Gouverneur général, de A à Z », sur l-express.ca, (consulté le )
  16. « Les Prix du Québec - recherche d'un récipiendaire », sur prixduquebec.gouv.qc.ca (consulté le )
  17. « Roland Giguère, lauréat du prix Paul-Émile-Borduas 1982 - Tremblay, Richard-Max », sur Collections | MNBAQ (consulté le )
  18. « Prix et distinctions », Lettres québécoises : la revue de l’actualité littéraire, no 97,‎ , p. 62–62 (ISSN 0382-084X et 1923-239X, lire en ligne, consulté le )
  19. « Prix du Québec – Prix Athanase-David 2021 », sur Les Prix du Québec (consulté le )
  20. « Liste des Lauréates et lauréats du prix Athanase-David », sur bilan.usherbrooke.ca (consulté le )
  21. Festival de la poésie de Montréal, « Festival de la poésie de Montréal (FPM) - Historique », sur Festival de la poésie de Montréal (consulté le )
  22. Fonds Roland Giguère (MSS416) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Liens externes[modifier | modifier le code]