Édouard-Zotique Massicotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Édouard-Zotique Massicotte
Edouard-Zotique Massicotte.jpg

Édouard-Zotique Massicotte

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
E.Z. Massicotte, à gauche, au bureau des archives du Palais de justice, en 1911

Édouard-Zotique Massicotte (1867-1947) est un historien, un archiviste et un journaliste canadien, frère de l'illustrateur québécois Edmond-Joseph Massicotte[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 24 décembre 1867 à Sainte-Cunégonde[2] (aujourd'hui annexé à Montréal). Édouard-Zotique Massicotte complète des études en droit.

Il s'intéresse très jeune au folklore québécois (dès 1883) alors qu'il commença déjà à recueillir des chansons dans la région de Montréal. En 1917, il rencontra Marius Barbeau et, avec lui, poursuivit sa collecte de chansons à Montréal et dans la région de Trois-Rivières.

Il recueillit quelque 5000 versions de chansons et récits. En même temps, il publia un nombre considérable d'articles et d'ouvrages se rapportant aux traditions et coutumes ainsi qu'à la petite histoire du Québec. Ses travaux lui assurèrent une renommée qui se traduisit par son élection (1920) à la Société royale du Canada, laquelle lui décerna sa médaille d'or Tyrrell (1936). Avec Marius Barbeau, il collabora aux premières Soirées du bon vieux temps (1919).

Il pratiqua longtemps le journalisme et s'intéressera aussi à l'histoire (surtout de Montréal) et la recherche archivistique.

Responsable des recherches au Palais de justice de Montréal, il était connu pour son travail hermétique, fouillant le sens des objets anciens provenant du régime français. Il publie de nombreux articles dans le Bulletin des recherches historiques de Pierre-Georges Roy.

Il fut membre fondateur de l'École littéraire de Montréal (1895) et fut nommé archiviste du district judiciaire de Montréal en 1911[3].

Il est décédé à Montréal le 8 novembre 1947 à l'âge de 79 ans [4]. Texte et musique et certains enregistrements de ces chansons ont été déposés au Musée national du Canada (Musée canadien des civilisations) ainsi qu'à la Bibliothèque de la Ville de Montréal. L'historien Robert-Lionel Séguin s'est notamment inspiré de son œuvre.

Les fonds d'archives d'Édouard-Zotique Massicotte et de Léon Trépanier et Édouard-Zotique Massicotte sont conservés au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[5].

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Albums de rues
  • La cité de Sainte-Cunégonde de Montréal : notes et souvenirs, Montréal, J. Stanley Houle, éditeur, 1893 - lire en ligne
  • Le droit civil canadien résumé en tableaux synoptiques, Montréal, C. Théorêt, éditeur, 1896 - lire en ligne
  • La famille Massicotte : histoire, généalogie, portraits, Montréal, 1896
  • Conteurs canadiens-français du XIXe siècle avec préface, notices et vocabulaire, Montréal, C. O. Beauchemin et fils, libraires-imprimeurs, 1902 - lire en ligne
  • Athlètes canadiens-français : recueils des exploits de force, d'endurance, d'agilité, des athlètes et des sportsmen de notre race, depuis le XVIIIe siècle : biographies, portraits et anecdotes, Montréal, Librairie Beauchemin, 1909
  • Miettes d'histoire canadienne, Montréal, Librairie Beauchemin, 1913
  • Mœurs, coutumes et industries canadiennes-françaises, Montréal, Librairie Beauchemin, 1913 - lire en ligne
  • Édouard-Zotique Massicotte et Régis Roy (1864-1944), Armorial du Canada français, Montréal, Beauchemin, (lire en ligne)
  • Anecdotes canadiennes illustrées, Montréal, Librairie Beauchemin, 1928
  • Mémento historique de Montréal, Ottawa, Société royale du Canada, 1933
  • Cent fleurs de mon herbier : études sur le monde végétal à la portée de tous ; suivies d'un Calendrier de la flore de la province de Québec (1906) - lire en ligne
  • Monographie de plantes canadiennes : suivies de croquis champêtres et d'un calendrier de la flore de la province de Québec (1899) - lire en ligne
  • Arrêts, édits, ordonnances, mandements et règlements conservés dans les archives du palais de justice de Montréal (1918) - lire en ligne - lire en ligne
  • Montréal ; le bon vieux temps (1916) - lire en ligne - lire en ligne
  • Les cousins du député : comédie de mœurs canadiennes en quatre actes (1896) - lire en ligne
  • Contes canadiens (1919) - lire en ligne

Revues et journaux[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]