Philopatrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La philopatrie est la tendance de certains individus à rester ou à instinctivement revenir à l'endroit où ils sont nés, pour se reproduire (sur terre, ou sous l'eau). Ce phénomène qui a été observé chez de nombreux vertébrés[1] est important à prendre en compte pour la protection de certaines espèces en danger de disparition, comme certains requins, et notamment pour les grands migrateurs qui peuvent en outre être vulnérabilisés par une dégradation de leurs corridors biologiques.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ce nom provient du grec philos, se traduisant par « aimer », et du latin patria, se traduisant par « pays du père »[2].

Vulnérabilité spécifique[modifier | modifier le code]

Ces espèces sont particulièrement vulnérables à certains changements (souvent anthropiques) de leur environnement. Même si le milieu ne leur convient plus, par ce qu'il s'est dégradé ou parce qu'occupé par une espèce invasive... ils vont ccontinuer à chercher à s'y reproduire, avec alors un mauvais succès de reproduction, ce qui peut conduire à une régression ou extinction de l'espèce.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Caroline Ash, Sharks Love Their Country, Mol. Ecol. 10.1111/mec.12583 (2013)
  2. https://www.vetofish.com/definition/philopatrie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) A. Roulin, « Philopatrie chez la chouette effraie Tyto alba », Nos oiseaux, 1997, no 22(1), p. 55-56

Liens externes[modifier | modifier le code]