Malcolm Gladwell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Malcolm Gladwell

Malcolm Gladwell, né le , est un journaliste au New Yorker, écrivain et conférencier. Il est né en Angleterre, sa famille a émigré au Canada et il vit aujourd'hui aux États-Unis.

Il s'inspire de travaux d'universitaires en psychologie ou sociologie pour écrire des livres de vulgarisation à destination du grand public. Certains de ses livres sont devenus des best-sellers traduits en plusieurs langues, mais sont aussi critiqués, le plus souvent car ils encourageraient une forme de pensée paresseuse (lazy thinking). En 2005 il a été mentionné dans le Time 100 en tant que personne influente[1].

Gladwell adhère au conseil des fiduciaires de la RAND Corporation en 2015.[2]

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Gladwell est né en 1963, à Foreham, dans le Hampshire, en Angleterre. Lui et sa famille déménagent au Canada, dans la ville d’Elmira, en Ontario, au Canada, en 1969. Son père, Graham Gladwell, né en Angleterre, est un ingénieur devenu professeur de mathématiques à l’Université de Waterloo. Il a publié cinq livres portant sur les mathématiques. Sa mère, Joyce Gladwell, est d’origine jamaïcaine. Elle a œuvré en tant que psychothérapeute, et a aidé à établir le Woolwich Counselling Centre à Elmira. Elle est l’autrice du livre Brown Face, Big Master. Il a aussi un grand frère, Graham.

Durant son enfance, Malcolm Gladwell a fréquenté l’école Park Manor Senior Public School, où il a croisé le chemin de l’enseignant Jim de Bock, qui a exercé une grande influence sur lui : « Jim de Bock m’a encouragé à suivre mes idées, et non à contempler ce que le monde pense.[3] »

À l’école secondaire Elmira District Secondary School, Gladwell a cette fois-ci rencontré l’enseignant Bill Exley, une autre figure importante de son parcours, qui lui a notamment enseigné l’importance de la précision lorsqu’on écrit. L’intérêt de Gladwell pour le monde journalistique prend aussi racine à cette école secondaire. Il y créé, avec Bruce Headlam et Terry Martin, le journal Ad Hominem : a Journal of Slander and Critical Opinion. À cette époque, il remporte aussi différents honneurs. Il est déclaré un des dix grands orateurs de son école et il a été champion du 1 500 mètres à la course.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Il a étudié l’histoire à l’Université de Toronto et, par la suite, est devenu journaliste. Il a fait ses premières armes avec le magazine politique conservateur The American Spectator, en Indiana. C’est en 1987 qu’il joint les rangs du Washington Post, s’intéressant principalement à l’économie et à la science. En 1996, il travaille pour le New Yorker.

Depuis, il a publié cinq livres qui tous mélangent la culture populaire et le savoir académique. Ses ouvrages sont même recommandés dans plusieurs compagnies et écoles de commerce. Son premier ouvrage, Le point de bascule (The Tipping Point), s’est écoulé à 1,7 millions de copies en Amérique du Nord, et La force de l'intuition (Blink) à 1,3 millions d’exemplaires.[4] En 2005, il est nommé « L’une des personnes les plus influentes » par le Times Magazine. La popularité de ses livres l’a mené à devenir conférencier, notamment pour Google, Microsoft et Hewlett Packard. Il oeuvre encore à titre de conférencier, principalement aux États-Unis d'Amérique.

Livres[modifier | modifier le code]

Malcolm Gladwell aura en septembre 2019 six livres à son actif. Se trouvent ici les titres québécois et français de ses oeuvres (lorsqu'il y a lieu).

Éditions québécoises[modifier | modifier le code]

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

  • Le point de bascule: Comment faire une différence avec de très petites choses, Flammarion, "Clés des champs", 2016. Titre original : The Tipping Point: How Little Things Can Make a Big Difference (2000)
  • La Force de l'intuition: Prendre la bonne décision en deux secondes édition Pocket (2007), édition Robert Laffont (2006). Titre original: Blink: The Power of Thinking Without Thinking, (2005)
  • Tous winners! Comprendre les logiques du succès, Flammarion, "Clés des champs", 2018. Titre original: Outliers: The Story of Success, édition Little Brown And Cie (2009).
  • La loi de David et Goliath: pourquoi nos points faibles sont nos meilleurs atouts, Flammarion, "Clés des champs", avril 2019. Titre original : David And Goliath : Underdogs, Misfits and the Art of Battling Giants (2015).

Non édités en français[modifier | modifier le code]

  • What the Dog Saw (2009)
  • Talking to Strangers, sortie septembre 2019. Traduction francophone non disponible pour l'instant.

Critiques[modifier | modifier le code]

Acclamé par certains, il est toutefois la source de certaines critiques. On l’accuse notamment de recourir au sophisme de l’homme de paille (ou de l'épouvantail) pour établir la prémisse de ses livres. Par exemple, Les prodiges (Outliers) vise à déconstruire le concept du self-made man en montrant que le succès d’une personne ne doit pas tellement à ses qualités qu’à la chance qu’elle a eue pour développer son talent. Or le concept du self-made man n’est pas une croyance absolue, ce n’est pas tout le monde qui y adhère.

On lui reproche aussi de trop simplifier les savoirs universitaires, ce à quoi il répond qu’il faut simplifier pour le grand public. Gaby Wood résume ainsi les critiques actuelles : « Journaliste, il est maintenant un phénomène, que l’on révère ou dont on se moque selon les circonstances, quelque part entre le sociologue, le motivateur ou le prêcheur qui offre une source de consolation.[5] »

Citations[modifier | modifier le code]

Sur ses origines canadiennes[modifier | modifier le code]

« Je n’aime pas être réducteur, mais une grande partie de mon idéologie est canadienne. Les Canadiens aiment ce qui est petit, modeste, non? Nous ne croyons pas qu’il faille exhiber nos succès. Nous pensons que le monde est fondamentalement bon. Nous sommes optimistes. Nous croyons qu’il faut prendre soin les uns des autres. Alors, être un Canadien aux États-Unis est quasiment un acte radical en soi.[6] »
Extrait audio

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rachel Donadio. « The Gladwell Effect ». The New York Times. 5 février 2006. Consulté le 12 avril 2019
  • Oliver Burkeman. “ The Details: Being an underdog permits things that might otherwise have seemed unthinkable”. The Guardian, UK, 30 septembre 2013.
  • Gaby Wood. “Malcolm in the Middle”. Sunday Telegraph, UK, 29 septembre 2013
  • Nancy Silcox. “Malcolm Gladwell’s Elmira Roots Run Deep”. Waterloo Region Record, Grand Magazine, vendredi 24 juin 2016, p. G82.
  • Stephen Foley. « Running with the FT Malcolm Gladwell – Author of the Tipping Point and “Blink”. Financial Times, Samedi 20 septembre 2014, p. 44.
  • Richard Ouzounian. “The Outlier of Elmira”. Toronto Star, Entertainment, Samedi 19 octobre 2013, p. E3.
  • « Malcolm Gladwell, penseur chic et (un peu) toc », Courrier international n° 952 (29 janvier au 4 février 2009) p.34-36, traduit du New York Magazine
  • Blogue de Malcolm Gladwell: GladwellTypepad.com
  • Gladwellbooks.com

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rachel Donadio, « The Gladwell Effect », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2018)
  2. (en) Dylan Byers, « Malcolm Gladwell, Soledad O'Brien join RAND Corporation Board of Trustees », sur Politico, le 4 mai 2015.
  3. "Jim de Bock encouraged me to follow my own ideas - not to be beholding to what the world thinks." (in Nancy Silcox)
  4. Données datant de 2006, in Rachel Donadio.
  5. « Once a journalist, he is now a phenomenon, revered and scoffed at in different quarters, somewhere between social scientist, motivationnal speaker and preacher-like source of consolation. » (in Gaby Wood)
  6. "I hate to be this reductive, but an awful lot of my ideology, it's just Canadian. Canadians like small, modest things, right? We don't believe in boasting. We think the world is basically a good place. We're pretty optimistic. We think we ought to take care of each other," he said. "And it so happens that to be a Canadian in America is to seem quite radical." (in Rachel Donadio)

Liens externes[modifier | modifier le code]