Réserve écologique du Mont-Gosford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Réserve écologique du Mont-Gosford
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Adresse
Coordonnées
Superficie
307 ha
Administration
Type
Catégorie UICN
Identifiant
Création
Administration
Localisation sur la carte du Canada
voir sur la carte du Canada
Green pog.svg
Localisation sur la carte du Québec
voir sur la carte du Québec
Green pog.svg

La réserve écologique du Mont-Gosford est une réserve naturelle du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté du Granit. Située sur le flanc nord et ouest du mont Gosford, elle protège une sapinière à oxalide de montagne et une sapinière à épinette rouge, des associations forestières rares en Estrie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la réserve écologique reprend le nom du mont Gosford, sur laquelle elle est située[2]. Quant à la montagne, elle a été nommée ainsi en l'honneur de Archibald Acheson, 2e comte de Gosford. Ce dernier a été gouverneur-général de l'Amérique du Nord britannique de 1835 à 1838[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

La réserve écologique est située dans la municipalité de Saint-Augustin-de-Woburn, elle-même située dans la municipalité régionale de comté (MRC) du Granit et la région administrative de l'Estrie. Elle a une superficie de 306,78 km2 et elle couvre les flancs nord et ouest du mont Gosford. L'altitude de la réserve varie entre 720 m pour la partie la plus basse à 1 183 m[2]. Elle est située entièrement dans la zec Louise-Gosford[4].

La réserve est située entièrement dans la zone importante pour la conservation des oiseaux du massif du mont Gosford du fait de la présence de la grive de Bicknell, une espèce endémique du nord-est de l'Amérique du Nord, nichant sur les sommets[5].

Le mont Gosford fait partie du massif des Chain Lakes, un bloc supracrustal faisant partie des montagnes Blanches. Le massif a longtemps été considéré comme une énigme dans la formation des Appalaches. Il est composé de métasédiments et de roches métavolcaniques qui se sont déposés au fond de la rive occidentale de l'océan Iapetus, il y a environ 685 à 483 millions d’années. Il y a 470 millions d'années, des intrusions de magma reliées à un arc volcanique ont provoqué la fusion partielle des sédiments et les ont transformés en diatexite. Les sols de la montagne sont très minces et composés de till[6].

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

Étant donnée sa position dans la montagne, la réserve ne comprend que les étages supérieurs de cette dernière. La partie la plus haute de la montagne, à une altitude supérieure à 950 m, est occupée par une sapinière à oxalide de montagne (Abies balsameaOxalis montana). Les pentes fortes de la montagne sont occupées par la sapinière à épinette rouge (Abies balsameaPicea rubens), un regroupement forestier absent de la Gaspésie et des Laurentides, mais courant dans la portion américaine des Appalaches. Plus bas, la forêt est représentée par la sapinière à bouleau à papier (Abies balsameaBetula papyrifera) et la bétulaie à sapin baumier. Ces regroupements forestiers sont typiques des hauts sommets de la région[7].

La réserve sert de lieu de nidification pour plusieurs espèces généralement associées à la forêt boréale. On y trouve entre autres le tétras du Canada (Falcipennis canadensis), le mésangeai du Canada (Perisoreus canadensis), le bruant fauve (Passerella iliaca) et la paruline rayée (Setophaga striata). Elle sert aussi de lieu de nidification pour la grive de Bicknell (Catharus bicknelli) un oiseau considéré comme vulnérable au Québec et menacé au Canada[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, « Réserve écologique », Registre des aires protégées au Québec, (consulté le 11 mars 2014), p. 7.
  2. a et b Gouvernement du Québec 2013, p. 4
  3. « Mont Gosford », Banque de noms de lieux du Québec, sur Commission de toponymie du Québec (consulté le 9 mars 2014)
  4. a et b Gouvernement du Québec 2013, p. 8
  5. « Massif du mont Gosford », sur IBA Canada (consulté le 22 mars 2009)
  6. Gouvernement du Québec 2013, p. 6
  7. Gouvernement du Québec 2013, p. 7

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gouvernement du Québec, Réserve écologique du Mont-Gosford : Plan de conservation, , 10 p. (lire en ligne)