Réserve écologique J.-Clovis-Laflamme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Réserve écologique J.-Clovis-Laflamme
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
10,15 km2
Administration
Type
Catégorie UICN
Identifiant
Création
Administration
Site web

La réserve écologique J.-Clovis-Laflamme est une réserves écologiques du Québec située à Sainte-Hedwidge et à Lac-Ashuapmushuan au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Ce territoire de 10 km2 protège des écosystèmes représentatifs des hautes collines de la rivière Trenche. Elle est caractérisé des des jeunes forêts marquées par des incendies de forêt. On y retrouve aussi une forêt plus ancienne d'épinette blanche. Elle a été créée en 1991.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la réserve honore L'abbé Joseph-Clovis-Kemner Laflamme (1849-1910), pionnier de la géologie au Québec. Il a ensigné à l'université Laval et a publibé de nombreux travaux sur les tremblements de terre et sur les régions de Charlevoix et du Saguenay-Lac-Saint-Jean[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La réserve écologique J.-Clovis-Laflamme est situé à 30 km au sud-ouest de Roberval[2]. Elle a une superficie de 1 015 ha[3]. Elle est situé sur le territoire de la municipalité de Sainte-Hedwidge et le territoire non-organisé de Lac-Ashuapmushuan. Elle est enclavée dans la zec de la Lièvre[2]. De plus, elle partage ses limites avec la réserve de biodiversité des Buttes-et-Buttons-du-Lac-Panache, les deux ensemble formant un noyaux de conservation de près de 140 km2[4].

Le relief de la réserve est ondulé au nord-est pour s'accentuer vers le sud-ouest pour culminer à près de 470 m. Le substrat rocheux est composé majoritairement de migmatite d'origine précambrienne. Ces roches sont recouvert de till, généralement épais dans le bas des pentes et mince sur les sommets. Les sols sont généralement bien drainé[2].

Flore[modifier | modifier le code]

La végétation de la réserve est dominé par des forêts de pin gris (Pinus banksiana), d'épinette noire (Picea mariana), de bouleau à papier (Betula papyrifera) et de peuplier faux-tremble (Populus tremuloides). Les forêts actuelles son relativement jeunes (entre 30 à 50 ans), le feu ayant grandement marqué le territoire. Quelques secteurs ont été épargnés, on y retrouve la pessière blanche à épinette rouge et sapin, qui forme une forêt âgé de plus de 80 ans[2].

Faune[modifier | modifier le code]

Les nombreux lacs, ruisseaux et milieux humides offrent des conditions favorables à la faune. On y rencontre fréquemment l'orignal (Alces americanus), le lièvre d'Amérique (Lepus americanus) et la gélinotte huppée (Bonasa umbellus)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La réserve écologique J.-Clovis-Laflamme a été créé par décret le [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Réserve écologique J.-Clovis-Laflamme », sur Commission de toponymie (consulté le 10 octobre 2020).
  2. a b c d et e « Réserve écologique J.-Clovis-Laflamme - MELCC », sur www.environnement.gouv.qc.ca (consulté le 11 octobre 2020)
  3. « Réserve écologique », Registre des aires protégées au Québec, sur Ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, (consulté le 10 octobre 2020), p. 3.
  4. Gouvernement du Québec 2019, p. 5.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gouvernement du Québec, Plan de conservation, réserve de la biodiversité des Buttes-et-Buttons-du-Lac-Panache, Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Direction des aires protégées, , 19 p. (lire en ligne).