Réserve de biodiversité Kakinwawigak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Réserve de biodiversité Kakinwawigak
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Adresse
Coordonnées
Superficie
243,1 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Administration
Type
Catégorie UICN
Création
Administration

La réserve de biodiversité Kakinwawigak est une réserve de biodiversité situé au Témiscamingue au Québec (Canada). Cette aire protégée de 243 km2 a été créé dans l'objectif de protégée un échantillon représentatif de la province naturelle des basses-terres de l'Abitibi. Elle a été créée en 2019 et est administré par le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la réserve fait référence à la présence sur le territoire de la réserve de la Première Nation de Long Point avant son déplacement à Winneway. Le nom fait référent à une pointe qui s'avance dans le lac des Quinze. « kakinwawigak » signifie « longue pointe » en algonquin[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La réserve de biodiversité Kakinwawigak est localisée à 35 km au nord-est de Ville-Marie et à 25 km à l'est de Winneway[2]. Elle a une superficie de 243,1 km2[3]. La réserve est située dans les municipalités de Laverlochère-Angliers, de Rémigny et de Moffet, situées dans la municipalité régionale de comté du Témiscamingue, en Abitibi-Témiscamingue[2].

Relief et Géologie[modifier | modifier le code]

Le relief de la réserve est composée d'une plaine légèrement inclinée vers le nord ponctuée de buttes et de buttons. L'altitude y est en moyenne à 284 m avec une variation allant de 218 à 373 m. La réserve est située dans la province de Supérieur (en) du Bouclier canadien. Elle est composée de roches archéennes âgées de 2,5 milliard d'années. Elles sont composées principalement de roches d’origine intrusive comme des granitoïdes et du granit au nord. À l'extrémité est, près des lacs Beaudry et Gérin-Lajoie, le socle est plutôt composée de paragneiss[4].

À la fonte de l'inlandsis laurentidien, il y a 8 500 ans le socle rocheux est recouvert par le lac glaciaire Barlow-Ojibway qui le recouvre d'une épaisse couche de limons et d'argiles glacio-lacustres. L'action des vagues du lac a ensuite dégagée les sommets les plus élevés des buttes. Elle est traversée par deux eskers qui sont dans un axe nord-est / sud-ouest[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La réserve est située dans le bassin versant de la rivière des Outaouais. La rivière marque elle même la limite sud de la réserve sous la forme du lac des Quinze. Seul cinq des lacs de la réserves ont un nom, soit en ordre décroissant les lacs Gérin-Lajoie (1,54 km2), des Guêpes (1,34 km2), du Vieux-Leblanc (0,31 km2), Roger (0,17 km2) et à Donat (0,09 km2). La superficie des 350 plan et cours d'eau du territoire ne recouvrent 2 %[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Kakinwawigak est un climat continental de type subpolaire doux, subhumide à longue saison de croissance. La température moyenne annuelle varie de 1,9°C à 4,5°C. Les précipitations annuelles sont de l'ordre de 800 à 1 359 mm et la saison de croissance annuelle est de 180 à 209 jours[4].

Flore[modifier | modifier le code]

La réserve est située dans le domaine bioclimatique de la sapinière à bouleau jaune. Les forêts recouvre 88 % du territoire. Ces dernières sont composées à 70 % de forêts mélangées. Les résineux en recouvre 25 % et les feuillues seulement 5%. Les principaux peuplements sont celles d'épinette noire et de sapin baumier, qui recouvrent les basses-terres limono-argileuses et qui partage ses plaines avec le bouleau à papier et les peupliers, selon la perturbation. Les buttes au nord et au sud sont occupé par le bouleau jaune, qu'elles partagent avec les érable à sucre. La topographies variée de la réserve favorise la diversité des peuplement. On y retrouve des peuplements de pin blanc et le pin rouge sur les versants escarpés et les milieux sablonneux, le thuya occidental sur les affleurements rocheux et les parois, le pin gris en millieu sablonneux et le mélèze laricin dans les endroits mal drainés, en bordure des tourbières[6].

Les forêts sont équilibrés entre différentes classes d'âge. Les jeunes peuplements représentent 36 % des forêt, les regroupement d'âge moyen 20 % et le couvert forestier âgé de plus de 80 ans 40 %. Il y a eu aucun inventaire exhaustif de la flore de la réserve de biodiversité Kakinwawigak. La ceinture argileuse de l'Abitibi et du Nord-Est ontarien renferme 1 000 taxons de plantes vasculaires, 125 espèces de lichens, 30 espèces d'hépatiques et 159 espèces de bryophytes[7].

Faune[modifier | modifier le code]

Il n'y a eu aucun inventaire spécifique de la faune pour la réserve de biodiversité. Dans la littérature, les espèces caractéristique de la sapinière à bouleau jaune sont le lièvre d'Amérique (Lepus americanus), l'ours noir (Ursus americanus), l'écureuil roux (Tamiasciurus hudsonicus), le castor du Canada (Castor canadensis), le rat musqué (Ondatra zibethicus), le porc-épic d'Amérique (Erethizon dorsatum), la martre d'Amérique (Martes americana), la belette pygmée (Mustela nivalis), le pékan (Martes pennanti), le vison d'Amérique (Neovison vison), le coyote (Canis latrans), le loup gris (Canis lupus), la loutre de rivière (Lontra canadensis), le lynx du Canada (Lynx canadensis), l'orignal (Alces americanus), le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) et sept espèces de chauves-souris. Une cinquantaine d'espèces de Mammifères serait présente dans l'ouest de l'Abitibi-Témiscamingue[7].

Il y aurait selon les inventaires 150 espèces d'oiseaux en Abitibi-Témiscamingue, dont plusieurs fréquenteraient la réserve. On recense aussi 22 espèces de l'herpétofaune en Abitibi-Témiscamingue. Finalement aucun inventaire n'a été fait pour les lacs, ces derniers étant de faibles envergures[7].

On y retrouve quelques espèces fauniques menacées, vulnérables ou susceptibles de l'être dans la réserve. On y a recencé entre autre le martinet ramoneur (Chaetura pelagica), le troglodyte à bec court (Cistothorus platensis), le pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus), la chauve-souris argentée (Lasionycteris noctivagans), la chauve-souris rousse (Lasiurus borealis), la chauve-souris cendrée (Lasiurus cinereus) et le le campagnol des rochers (Microtus chrotorrhinus) autour de la réserve de biodiversité[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au sud-est de la réserve se trouve l'ancien village algonquin de Longue-Pointe. Le village comprenait un comptoir de la Compagnie de la Baie d'Hudson et une mission fondée par les Oblats de Marie-Immaculée en 1884[9]Les Algonquins abandonnent le site durant les années 1920, en raison de la construction de barrages sur la rivière des Outaouais.[réf. souhaitée]. Le site ne comprend plus qu'un cimetière algonquin et les vestige d'une chapelle construite en 1891[9]. Ces derniers se sont établit sur les rives de la rivière Winneway durant les années 1930. En 1950, à la suite de la construction d'une route reliant Belleterre à Laforce que l'on décide de fonder le village de Winneway[10].

En , le gouvernement du Québec donne le statut temporaire à la réserve, connu alors comme la réserve de biodiversité projetée du lac des Quinze. En 2007, le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs confie au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) le mandat de tenir des consultations publique sur le projet de création de quatre réserve de biodiversités en Abitibi-Témiscaminque. Celui-ci remet son rapport le au ministère. Ce dernier était favorable à donner un statut permanent à la réserve du lac des Quinze[11]. Lors de la mise en protection temporaire, la réserve avait une superficie de 159 km2. Le rapport du BAPE suggérait que l'on devrait évaluer la possibilité d'y ajouter des zones d’intérêts adjacente avant de lui conférer un statut permanent[2]. Cette dernière a finalement obtenu son statut d'aire protégée permanente le [12].

Usage[modifier | modifier le code]

La réserve de biodiversité Kakinwawigak comprend 65 baux d'abris sommaire (camp de chasse), six baux de villégiature et un bail de pourvoirie à droit non exclusif. La réserve de biodiversité chevauche 11 terrains de piégeage. La chasse sportive y est aussi pratiqué. La réserve est parcouru par très peu de chemins forestiers et certain secteur son même inaccessible par voie terrestre. Un parcours de canot-camping longe le sud et le sud-ouest de la réserve[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec 2018, p. 4-5.
  2. a b et c Gouvernement du Québec 2018, p. 5.
  3. « Réserve de biodiversité », Registre des aires protégées du Québec, sur http://www.environnement.gouv.qc.ca (consulté le 18 octobre 2020), p. 1.
  4. a b et c Gouvernement du Québec 2018, p. 6.
  5. Gouvernement du Québec 2018, p. 7.
  6. Gouvernement du Québec 2018, p. 7-8.
  7. a b et c Gouvernement du Québec 2018, p. 8.
  8. Gouvernement du Québec 2018, p. 9.
  9. a et b Gouvernement du Québec 2018, p. 10.
  10. « Winneway: Fiche descriptive », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 21 octobre 2020)
  11. Gouvernement du Québec 2018, p. 4.
  12. « 113-2019 Statut permanent de la réserve de biodiversité Kakinwawigak, le règlement sur cette réserve et son plan de conservation », Gazette officielle du Québec, vol. 151, no 9,‎ , p. 519-520 (lire en ligne).
  13. Gouvernement du Québec 2018, p. 10-11.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gouvernement du Québec, Plan de conservation, réserve de biodiversité Kakinwawigak, Québec, ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Direction des aires protégées, , 26 p. (lire en ligne).