François Ier de Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François de Lorraine.
François Ier de Lorraine
Titres de noblesse
Seigneur de Mercœur
-
Prédécesseur
Successeur
Duc de Lorraine et de Bar
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 27 ans)
RemiremontVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Mère
Frère
Sœur
Conjoint
Enfants
Lorraine Arms 1538.svg

François Ier, duc de Lorraine et de Bar, fils d'Antoine, duc de Lorraine et de Bar, et de Renée de Bourbon-Montpensier, né à Nancy le , mort à Remiremont le , régna pendant 363 jours de 1544 à 1545.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titré marquis de Pont-à-Mousson en qualité de prince héritier, il passa une partie de son enfance à la Cour de France (il était le filleul du roi François Ier).

Dès 1527, il est fiancé à Anne de Clèves mais le jeune âge des futurs époux et la conversion du duc de Clèves au protestatisme provoquèrent la ruptue des fiançailles. la princesse Anne fut mariée en 1540 au roi Henri VIII d'Angleterre.

Aussi, afin de conserver l'équilibre entre la France et l'Empire, le duc Antoine de Lorraine fit-il épouser à son héritier une nièce de l'empereur Charles Quint, Christine de Danemark.

La nièce de l'empereur[modifier | modifier le code]

Fille du roi déchu Christian II de Danemark et d'Isabelle d'Autriche qui mourut prématurément en 1525, la princesse avait été élevée par sa tante, la reine douairière de Hongrie, gouvernante des Pays-Bas.

Elle était à peine âgée de 14 ans que son oncle, l'empereur Charles Quint, lui fit épouser François II Sforza, duc de Milan. La gouvernante avait tout fait pour épargner à sa jeune nièce un mariage qu'elle considérait comme une abomination mais l'empereur, soucieux de consolider son influence en Italie, était resté sourd à ses objurgations. Le vieux duc de Milan était proche de sa fin. Le mariage ne dura que quelques mois et ne fut même pas consommer. La duchesse douairière de Milan, veuve de 14 ans, revint vivre à Bruxelles.

Elle y épousa le 10 juillet 1541 l'héritier des duchés Lorrains.

Entre France et Empire[modifier | modifier le code]

Les années 1540 marquent une évolution dans les conflits entre Valois et Habsbourg : le roi de France François Ier ayant renoncé à l'Italie, les champs de bataille entre les deux belligérants se déplacent plus au nord, et le Duché de Lorraine devient un champ de bataille potentiel incitant les ducs à mener une politique de neutralité pacifique.

Ainsi, tandis que le duc Antoine négocie avec Charles Quint pour que la Lorraine et le Barrois soient épargnés par les conflits, l"empereur décrète les duchés "Libres et non incorporables" à l'Empire en 1542. Le prince François entreprend la même démarche auprès du roi de France qui est son parrain mais sans succès, et les troupes impériales pénètrent dans les duchés au printemps 1544 pour attaquer préventivement la Champagne.

Le duc Antoine meurt peu après, le , et François lui succède. Il poursuit la politique paternelle de neutralité entre la France et l'Empire (sa sœur a été mariée au prince de Châlon, favori de l'empereur, qui meurt au siège de Saint Dizier dès juillet 1544).

Le prince de la paix[modifier | modifier le code]

Le jeune souverain sert d'intermédiaire entre les deux puissants monarques. Il joue notamment un rôle important dans les négociations qui aboutissent le 18 septembre 1544 à la paix de Crépy-en-Laonnois, mais le duc meurt neuf mois plus tard à l'âge de 27 ans ayant régné moins d'un an et laissant trois enfants en bas âge dont un fils âgé de deux ans pour lui succéder sous la régence de sa veuve Christine de Danemark et de son frère Nicolas, évêque de Metz.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

François Ier épousa à Bruxelles le Christine de Danemark (1521 † 1590), fille de Christian II roi de Danemark et d'Isabelle d'Autriche, (sœur de l'empereur Charles Quint), veuve de François II Sforza, duc de Milan, qui fut corégente pour son fils de 1545 à 1552.

Ils eurent :

(† 1598),

Ascendance[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]