Peter von Kant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Peter von Kant

Réalisation François Ozon
Scénario François Ozon
Musique Clément Ducol
Acteurs principaux
Sociétés de production Foz
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 85 minutes
Sortie 2022

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Peter von Kant est un film français écrit, produit et réalisé par François Ozon, sorti en 2022.

Il s'agit de l'adaptation de la pièce de théâtre Les Larmes amères de Petra von Kant (Die bitteren Tränen der Petra von Kant) de Rainer Werner Fassbinder, déjà portée à l'écran dans un film sorti en 1972[1].

Le film fait l'ouverture de la Berlinale 2022[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970 à Cologne, Peter von Kant est un réalisateur de cinéma d'une quarantaine d'années qui connaît un succès croissant. Ayant vécu une histoire d'amour difficile, il habite à présent avec son assistant Karl, qui lui est totalement dévoué alors qu’il le maltraite.

Par l'intermédiaire de Sidonie, actrice célèbre qu'il a fait débuter autrefois, il rencontre le jeune et bel Amir. Amoureux de lui très rapidement, il le prend en charge et lui donne le premier rôle dans un film. Toutefois, Amir le quitte pour aller retrouver sa femme, causant le désespoir de Peter. Grâce au soutien de sa mère, il trouvera la force de se remettre de cette nouvelle rupture.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données d'Unifrance.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

En , le magazine Satellifax révèle que François Ozon est en train de tourner un nouveau film sur l'adaptation de la pièce de théâtre Les Larmes amères de Petra von Kant (Die bitteren Tränen der Petra von Kant) de Rainer Werner Fassbinder (1971), déjà transposée au grand écran sous le même titre par son auteur en 1972[1] — c'est sa deuxième adaptation sur l'univers de Fassbinder après Tropfen auf heiße Steine pour Gouttes d’eau sur pierres brûlantes (2000), et qu'il produit lui-même avec sa société Foz. En ce même mois, on rapporte que le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) aide à financer son long métrage grâce aux détails assez rares du fait que le réalisateur ait donné le titre au masculin et que la distribution soit entièrement féminine par rapport à l'original[3].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

En , on apprend que François Ozon travaille avec Isabelle Adjani pour la première fois et avec Denis Ménochet pour la troisième fois, après Dans la maison (2012) et Grâce à Dieu (2018)[1].

Hanna Schygulla, qui interprète le rôle de la mère du personnage principal, jouait dans Les Larmes amères de Petra von Kant le rôle de la jeune Karin, équivalent d'Amir.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu en à Paris, dans un appartement, pour une durée de cinq semaines[1],[3].

Musique[modifier | modifier le code]

Isabelle Adjani interprète l'une des chansons du film, Jeder tötet was er liebt (en français, « chacun tue ce qu'il aime »). Il s'agit d'un hommage au cinéma de Fassbinder, cette chanson ayant été chantée en anglais (Each Man Kills The Things He Loves), par Jeanne Moreau dans Querelle, le dernier film du réalisateur.

En outre, on entend In My Room des Walker Brothers, utilisée dans le film de Fassbinder Les Larmes amères de Petra von Kant, ainsi que Comme au théâtre de Cora Vaucaire.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Peter van Kant
Score cumulé
SiteNote
Allociné3.6 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Dernières Nouvelles d'Alsace5 étoiles sur 5
L'Obs4 étoiles sur 5
Les Inrockuptibles4 étoiles sur 5
Marianne4 étoiles sur 5
Ecran Large3 étoiles sur 5
Le Parisien3 étoiles sur 5
Le Monde2 étoiles sur 5
Cahiers du cinéma2 étoiles sur 5

En France, le site Allociné recense une moyenne de 36 critiques presse de 3,6/5[4].

La presse est très positive quant à cette nouvelle réalisation de François Ozon. Pour Dernières Nouvelles d'Alsace, le long métrage est « un huis clos magistral » avec un « Denis Ménochet au sommet »[5]. 20 Minutes souligne également le jeu d'acteur de Denis Ménochet : « l’acteur atteint un palier supplémentaire en incarnant un cinéaste solitaire et tyrannique inspiré par Rainer Werner Fassbinder »[6]. « Subtil et puissant » pour Franceinfo Culture, l'Obs complète en ces termes : « la mise en scène (est faite) avec autant de culot que de finesse, d’empathie que de distanciation, « Peter von Kant » est porté à un haut niveau d’incandescence par un Denis Ménochet « hénaurme » et à poil, qui semble à la fois brûler les planches et s’immoler par le feu de la passion »[7]. Pour Les Inrockuptibles, Peter van Kant n'est « ni un pastiche ni une copie. Plutôt, d’un film à l’autre, « une belle infidèle », selon le précepte baudelairien de la traduction. Un exercice d’admiration réussi car oscillant entre osmose et distance ».

Dans les critiques plus négatives, on peut entre autres celle des Cahiers du cinéma : « malgré ses références constantes à la vie et à l’œuvre du cinéaste allemand, difficile de voir en ce Peter von Kant un réel hommage, tant Fassbinder y est vidé de sa substance ». Le Monde estime, lui, que le film a « les allures d’un film déguisé, accessoirisé, tout en surface, qui ne cherche pas à creuser une intimité formelle avec son modèle »[8]. Pour le site Critikat.com, « parce qu’il répond au dérisoire par la seule dérision, Ozon finit par désamorcer toute émotion »[9].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pour le premier jour de son exploitation en France, le film se place en seconde position du box-office avec 14 088 (dont 3 657 en avant-première), pour 196 copies, derrière Les Minions 2 (603 500) et devant le documentaire Ennio (6 827)[10]. Pour sa première semaine d'exploitation, le film ne réussit pas à se faire une place dans le top 10 du box-office français avec seulement 42 675 entrées, derrière Arthur, malédiction et ses 49 397 tickets[11].

Distinction[modifier | modifier le code]

Sélection[modifier | modifier le code]

  • Berlinale 2022 : sélection officielle, en compétition, film d'ouverture

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Catherine Balle, « Cinéma : après Sophie Marceau, François Ozon tourne avec Isabelle Adjani », sur Le Parisien, .
  2. https://www.la-croix.com/Culture/Berlinale-2022-Francois-Ozon-ouverture-dune-edition-raccourcie-2022-01-13-1201194667.
  3. a et b Fabien Lemercier, « L'avance sur recettes du CNC pour Peter von Kant de François Ozon », sur Cineuropa.org, (consulté le ).
  4. Peter von Kant sur Allociné (consulté le 6 juillet 2022).
  5. « Un amour de grand cinéma », sur Dernières Nouvelles d'Alsace, (consulté le )
  6. Caroline Vié, « « Peter Von Kant » : Denis Ménochet n’a pas craint de se mettre à nu pour François Ozon », sur 20 Minutes, (consulté le )
  7. François Forestier, Jérôme Garcin, Sophie Grassin, Xavier Leherpeur et Nicolas Schaller, « « Peter von Kant », « After Yang », « Music Hole »… Les films à voir (ou pas) cette semaine », sur L'Obs, (consulté le )
  8. « « Music Hole », « Ennio », « L’Esprit sacré »… Les films à l’affiche cette semaine », sur Le Monde, (consulté le )
  9. Sylvain Blandit, « Dérision de nous, dérisoires », sur critikat.com (consulté le )
  10. Brigitte Baronnet, « Box-office : Les Minions 2 bat un énorme record pour son 1er jour France », sur allocine.fr, (consulté le ).
  11. Brigitte Baronnet, « Box-office France : Les Minions 2 parmi les meilleurs démarrages de 2022 », sur Allociné, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]