Pascal Perrineau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pascal Perrineau
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Pascal Perrineau (né en 1950 à Tours) est un politologue français et un spécialiste de sociologie électorale. Il a été le directeur du CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris, (Sciences Po, CNRS) entre 1994 et 2013. Il est professeur des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po Paris) où il a la charge de plusieurs cours sur le vote, l'analyse des comportements et des attitudes politiques, la science politique et l'extrême droite en France et en Europe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Pascal Perrineau a enseigné à l'Institut d'études politiques de Grenoble[réf. souhaitée], à l'Université François Rabelais de Tours[1], et à Sciences Po Paris. Il est l'auteur des nombreux ouvrages et articles sur les comportements politiques, les élections, les idées politiques françaises[2]. Ses recherches portent principalement sur l'analyse des élections, l'étude de l'extrême droite en France et en Europe ainsi que sur l'interprétation des nouveaux clivages à l'œuvre dans les sociétés européennes[3].

Il est chargé du domaine « Fait politique » aux Presses de Sciences Po avec Janine Mossuz-Lavau[4].

Dans les années 1970, il a été secrétaire de section du Parti socialiste à Nancy, y rencontrant notamment Dominique Strauss-Kahn et Jack Lang[5].

Il est l'un des premiers analystes politiques à identifier les changements sociologiques de l'électorat du Front national en le présentant notamment, dès 1996, comme le « premier parti ouvrier de France ». Il avance alors : « Aujourd'hui, l'enracinement devient véritablement populaire, avec une très forte représentation ouvrière[6]. »

Il prédit en 2001 que la gauche sera avantagée par le déplacement de la présidentielle avant les législatives[7].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le symptôme Le Pen : radiographie des électeurs du Front national, Paris, Fayard, coll. « L'espace du politique », , 256 p. (ISBN 2-213-59984-X, présentation en ligne).
  • (dir.) Avec Colette Ysmal, Le vote surprise. Les élections législatives des 25 mai et 1er juin 1997, Paris, Presses de Sciences po, « Chroniques électorales », 1998 (ISBN 2-7246-0734-1).
  • (dir.) Avec Bertrand Badie, Le citoyen. Mélanges offerts à Alain Lancelot, Paris, Presses de Sciences Po, 2000. (ISBN 2-7246-0793-7).
  • (dir.) Avec Pierre Bréchon et Annie Laurent, Les cultures politiques des Français, Paris, Presses de Sciences po, 2000 (ISBN 2-7246-0802-X).
  • (dir.) Les croisés de la société fermée : l'Europe des extrêmes droites, La Tour-d'Aigues, Éditions de l'Aube, 2001 (ISBN 2-87678-624-9).
  • (dir.) Avec Dominique Reynié, Dictionnaire du vote, Paris, Presses universitaires de France, 2001 (ISBN 2-13-051345-X).
  • (en) (éd.) Avec Gérard Grunberg et Colette Ysmal, Europe at the Polls: The European Elections of 1999, New York et Basingstoke (GB), Palgrave, 2002 (ISBN 0-312-23895-9).
  • (dir.), Le désenchantement démocratique, La Tour-d'Aigues, Éditions de l'Aube, « Monde en cours. Essai », 2003 (ISBN 2-87678-848-9).
  • (dir.) Avec Colette Ysmal, Le vote de tous les refus. Les élections présidentielle et législatives 2002, Paris, Presses de Sciences Po, « Chroniques électorales », 2003 (ISBN 2-7246-0907-7).
  • (dir.) Avec Luc Rouban, Politics in France and in Europe, New York, Palgrave Macmillan, 2009.
  • (dir.), Avec Luc Rouban, La solitude de l'isoloir. Les vrais enjeux de 2012, Paris, Autrement, 2011.
  • Le choix de Marianne Fayard, 2012 (ISBN 2-21365-419-0).
  • (dir), La décision électorale en 2012, Paris, Armand Colin/Recherches, 2012.
  • (dir), Le vote normal. Les élections présidentielle et législatives d'avril-mai-juin 2012, Paris, Presses de Sciences Po, 2013.
  • La France au Front : essai sur l'avenir du Front national, Paris, Fayard, , 229 p. (ISBN 978-2-213-68103-0, présentation en ligne).

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • À Christel Peyrefitte, Des rides à l'âme, avant-propos de Bella Cohen, Pascal Perrineau et Jean-Marie Rouart, Paris, Gallimard, 1997 (ISBN 2-07-074863-4).
  • À Virginie Martin, Toulon sous le Front national, Paris, Denoël, 1998.
  • À Hans-Georg Betz, La droite populiste en Europe. Extrême et démocrate ?, traduit de l'anglais par Geneviève Brzustowski, Paris, Autrement, « CEVIPOF-Autrement », 2004 (ISBN 2-7467-0451-X).
  • À Christophe Piar, Comment se jouent les élections. Télévision et persuasion en campagne électorale, Paris, INA éditions, 2012[8].

Débat[modifier | modifier le code]

  • Anne Muxel, Les jeunes et la politique : débat avec Pascal Perrineau, Paris, Hachette, « Questions de politique », 1996. (ISBN 2-01-235225-1).

Multimédia[modifier | modifier le code]

  • Participation au documentaire de Nicole Weyer, La guerre culturelle du Front national, interview par Laurence Mermoud ; participants : Pascal Perrineau, Marie-Pascale Bonnal, Pierre-André Taguieff, Jacques Bompard, Gérard Paquet et al., Genève, Télévision suisse romande, 1997 ; Paris, Ateliers de diffusion audiovisuelle, 1997. 1 cass. vidéo (VHS) (30 min), coul. (SECAM).
  • Participations au documentaire de William Karel, Histoire d'une droite extrême. Deuxième partie, Denis Barbier, comp. ; Jean-Claude Dauphin, voix ; participants : Jean-Yves Camus, Pierre Milza, Pascal Perrineau et al., Paris, Cinétévé, Centre national de documentation pédagogique, La Sept, 2000. Institut national de l'audiovisuel, 1 cass. vidéo (VHS) (52 min), couleur avec séquences en noir et blanc (SECAM).
  • La France dans le boudoir, documentaire vidéo d'Alessandro Mercuri et Haijun Park (24 min) diffusé sur ParisLike, 2012 (ISSN 2117-4725)

Décorations[modifier | modifier le code]

(2016)[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]