Georges Dayan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Georges Dayan
Defaut 2.svg
Fonctions
Député à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés
Maire
Sénateur de la Cinquième République
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
Nationalité
Lieu de travail
Activité
Autres informations
Parti politique

Georges Dayan, né le à Oran (Algérie) et décédé le , est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille juive d'Oran, Georges Dayan exerce la profession d'avocat dans sa ville natale et fréquente notamment Albert Camus.

Il quitte l'Algérie pour s'inscrire au barreau de Paris en 1947, et commence une carrière politique, comme collaborateur de François Mitterrand, avec qui il est lié d'amitié depuis l'avant-guerre. Il fait partie des rares collaborateurs du futur président à le tutoyer. Il est systématiquement membre des cabinets de ce dernier lorsque celui-ci exerce une responsabilité ministérielle pendant la IVe République.

Il s'engage au sein de l'UDSR dont il est le secrétaire général adjoint de 1952 à 1962.

En 1956, il est nommé Maître des requêtes au Conseil d'État, institution dans laquelle il fera le reste de sa carrière professionnelle.

En 1965, il participe à la création, derrière Mitterrand, de la Convention des institutions républicaines. Il en sera le vice-président entre 1970 et 1971. Il siège aussi à la commission exécutive de la FGDS et, après son élection comme député de la 1re circonscription du Gard en 1967, est vice-président du groupe FGDS à l'Assemblée Nationale.

Il perd cependant son siège en 1968 mais poursuit son implantation électorale dans le Gard, étant élu maire de Caveirac en 1971.

En 1971, il participe au congrès d'Epinay et rejoint donc le Parti socialiste. Il siège ensuite pendant plusieurs années dans les instances dirigeantes de ce parti, notamment au comité directeur.

En 1977, il quitte le Gard pour participer à la campagne municipale à Paris. Il est élu au conseil de Paris dont il préside le groupe des élus socialistes, puis sénateur de Paris.

En 1978, il est victime d'une rupture d'anévrisme, et décède d'une crise cardiaque l'année suivante.

Après la mort de Georges Dayan, François Mitterrand se rendait occasionnellement sur sa tombe au cimetière du Montparnasse, où il vint notamment le 11 mai 1981 au lendemain de sa victoire à l'élection présidentielle[1].

L'ancienne orangerie du château de Caveirac fut baptisée à son nom en 1981 lors d'une visite du Président François Mitterrand. Une avenue de Nîmes fut également baptisée à son nom. François Mitterrand vint en personne l'inaugurer en juin 1982.

Il est l'oncle du journaliste Pierre Bénichou et de Josée Dayan[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les lendemains d'élections des prédécesseurs de Sarkozy, Nouvelobs.com du 11 mai 2007
  2. Les intéressés aux Grosses Têtes, en novembre 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]