Pál Schmitt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans le nom hongrois Schmitt Pál, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Pál Schmitt, où le prénom précède le nom.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schmitt.
Pál Schmitt
Pál Schmitt, en 2011
Pál Schmitt, en 2011
Fonctions
Président de la République de Hongrie[N 1]

(1 an, 7 mois et 27 jours)
Élection
Premier ministre Viktor Orbán
Prédécesseur László Sólyom
Successeur László Kövér (intérim)
János Áder
Président de l'Assemblée nationale

(2 mois et 23 jours)
Législature VIe
Prédécesseur Béla Katona
Successeur László Kövér
Vice-président du Parlement européen

(9 mois et 29 jours)
Élection
Président Jerzy Buzek
Législature VIIe
Biographie
Nom de naissance Schmitt Pál
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Budapest (Hongrie)
Nationalité hongroise
Parti politique Fidesz
Conjoint Katalin Makray
Religion Catholique

Signature de Pál Schmitt

Pál Schmitt
Présidents de la République de Hongrie

Pál Schmitt ([ˈpaːl], [ˈʃmit]), né le à Budapest, est un sportif, diplomate et homme d'État hongrois, président de la République de 2010 à 2012.

Escrimeur de haut niveau, il obtient deux médailles d'or lors des Jeux olympiques de 1968 et de 1972 ainsi que plusieurs autres récompenses sportives. Après une carrière diplomatique, il devient vice-président du Fidesz en 2003, après avoir tenté, sans succès, de se faire élire maire de Budapest. Un an plus tard, en 2004, il est élu député européen sous les couleurs de ce parti puis, en 2010, est élu député à l'Assemblée nationale hongroise, dont il devient le président pour quelques mois seulement puisqu'il est ensuite élu président de la République de Hongrie avec l'appui du Premier ministre Viktor Orbán.

Impliqué dans une affaire de plagiat, il doit démissionner le , quelques jours après que l'université Semmelweis lui ait retiré son doctorat, tout en protestant de son innocence. C'est un proche d'Orbán, János Áder, qui lui succède après un intérim exercé par le président de l'Assemblée nationale, László Kövér.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

C'est au cours des années 1960 que Pál Schmitt entame sa carrière sportive dans l'escrime. Il fut médaillé d'or olympique en 1968 et 1972.

En 1983, il est nommé secrétaire général du Comité olympique hongrois, avant d'en prendre la direction six ans plus tard, jusqu'en 2010, date de son élection au Parlement hongrois.

Entre 1995 et 1999, Schmitt assuma, par ailleurs, la charge de vice-président du Comité international olympique.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]
  • Médaille d'or, Jeux olympiques Médaille d'or à l'épée par équipe en 1968
  • Médaille d'or, Jeux olympiques Médaille d'or à l'épée par équipe en 1972
Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Entre 1983 et 1989, Pál Schmitt est le secrétaire général du Comité olympique hongrois, dont il devient le président en 1989 après la chute du régime communiste. Plus tard, en 1993, il entame une carrière diplomatique après avoir été nommé ambassadeur de la République de Hongrie en Espagne jusqu'en 1997 puis, de 1999 à 2002, en Suisse.

En 2002, Pál Schmitt commence une carrière politique en présentant sa candidature à l'élection municipale de Budapest, mais il est sèchement battu par le maire sortant Gábor Demszky, malgré le soutien du Fidesz, qui s'était rangé derrière sa candidature. Un an plus tard, malgré cet échec, il est désigné vice-président du parti, sur la proposition de l'ancien Premier ministre Viktor Orbán dont il devient un proche.

À la faveur des élections européennes du mois de , il est élu député européen pour la Hongrie sous les couleurs du Fidesz ; réélu cinq ans plus tard, lors du scrutin du , il est ensuite désigné vice-président du Parlement européen.

Profitant de la large victoire de la droite élections législatives des 11 et , Pál Schmitt est élu député et obtient rapidement le soutien d'Orbán pour prendre la présidence de l'Assemblée nationale, un poste stratégique qu'il obtient le , quelques semaines avant l'élection présidentielle du pour laquelle il est désigné candidat par la majorité parlementaire, constituée du Fidesz et du KDNP.

Président de la République[modifier | modifier le code]

Pál Schmitt en 2011.

Le , Pál Schmitt est largement élu président de la République de Hongrie à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle, qu'il remporte par 263 voix contre 59 à son unique concurrent, le candidat socialiste et diplomate András Balogh[1]. Son élection, une autre victoire pour Viktor Orbán qui a retrouvé le poste de Premier ministre, était néanmoins acquise d'avance,le Fidesz détenant près de la majorité des deux-tiers de l'Assemblée depuis les récentes élections législatives.

Immédiatement après son élection, Schmitt prévient qu'il voudra « accompagner le gouvernement » dans ses démarches, évitant de faire figure d'« obstacle » à la politique gouvernementale, même s'il promet qu'il travaillera avec sérieux sur le fond de chaque loi. L'opposition ne tarde pas à faire part de ses doutes vis-à-vis de celui qu'elle voit comme un « pantin » manié par le Premier ministre auquel il doit l'ensemble de sa carrière politique.

Il est investi le 6 août suivant durant une cérémonie officielle à l'issue de laquelle son prédécesseur, le respecté László Sólyom, lui transmet ses pouvoirs. Néanmoins, plusieurs partis d'oppositions marquent leur désapprobation en refusant d'assister à l'investiture du président élu.

Le , le président Schmitt promulgue la nouvelle et controversée Loi fondamentale de la Hongrie, qui place le pays en porte-à-faux vis-à-vis de l'Union européenne et du Conseil de l'Europe, qui conteste un texte rigide et trop conservateur selon l'appréciation de ces institutions.

En , la presse hongroise affirme que, selon de nombreuses sources, la thèse soutenue par Pál Schmitt, rédigée en 1992, ne serait en fait qu'un plagiat d'études antérieures ; son titre de docteur d'université lui est, en conséquence, retiré par l'université Semmelweis. Bien qu'il ait déclaré vouloir conserver ses fonctions, il présente finalement sa démission, qu'il annonce lors d'un discours devant le Parlement, le 2 avril[2] ; c'est le président de la Diète, László Kövér, qui, conformément à la Loi fondamentale approuvée, l'an précédent, par les députés de la majorité conservatrice, doit assumer l'intérim du chef de l'État[3],[4],[5].

Après sa démission[modifier | modifier le code]

Pál Schmitt est élu en novembre 2014 Sportif de la nation (hu)[6], titre que seules douze personnes peuvent porter simultanément comme le titre d'Acteur de la nation, et qui lui assure une pension mensuelle de 500 000 forints (1 600 euros à l'époque) s'ajoutant à celle d'ancien président de la République qui est de 1 500 000 forints (4 900 euros)[7].

En octobre 2015, il est élu président d'un groupe d'experts européen créé à l'initiative du commissaire européen Tibor Navracsics pour évaluer le rôle du sport dans les relations extérieures de l'Union européenne[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à la gymnaste artistique Katalin Makray.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pál Schmitt fut successivement « président de la République de Hongrie » (2010-2012), puis « président de la République » de Hongrie (2012). La Loi fondamentale, approuvée par le Parlement hongrois en 2011, fait disparaître les termes « République de Hongrie », au profit de la seule « Hongrie ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Hongrie : le conservateur Pal Schmitt élu président de la République », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Le président hongrois démissionne suite à des accusations de plagiat », sur EurActiv,
  3. Attila Kisbenedek, « Hongrie: accusé de plagiat, le chef de l'Etat finit par démissionner », L'Express,‎ (lire en ligne)
  4. Joëlle Stolz, « Le président Pal Schmitt, le "Borat de la Hongrie", a dû démissionner », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. « Le président hongrois Pal Schmitt démissionne », sur Euronews,
  6. (hu) « Nemzet Sportolója: a tagok Schmitt Pált választották », sur Nemzeti Sport, [« Sportif de la nation : les membres ont élu Pál Schmitt »].
  7. (hu) « Schmitt Pál a nemzet sportolója lehet », sur Mandiner.hu, [« Pál Schmitt pourrait être sportif de la nation »].
  8. (hu) MTI/HVG, « És mi újság Schmitt Pállal? » [« Et quelles nouvelles de Pál Schmitt ? »], HVG,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]