Jean Stern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le journaliste, voir Jean Stern (journaliste).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stern.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Stern.
Jean Stern
Biographie
Naissance
Décès
(à 87 ans)
Paris
Nationalité
Activités
Escrimeur, banquier, écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Louis Stern (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Autres informations
Propriétaire de
Arme
Grade militaire
Conflit
Distinctions
Liste détaillée
Officier de la Légion d'honneur
Croix militaire
Médaille interalliée de la Victoire (d)
Chevalier de l'ordre de Léopold
Officier de l’Instruction publique (d)
Médaille d'or olympique (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean Stern (, Paris - , Paris) est un banquier, homme de lettres et escrimeur français, ayant pour arme l'épée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du banquier Louis Stern (1844-1900) et d'Ernesta de Hierschel, et petit-fils d'Antoine Jacob Stern, il épouse en 1904, à Bruxelles, Claude Lambert, fille du baron Léon Lambert et de la baronne Zoé Lucie Betty de Rothschild[1].

Banquier, il est propriétaire-éleveur de chevaux de course et de haras (haras de Saint-Pair-du-Mont), ce qui le conduit à présider plusieurs sociétés de courses de chevaux, notamment celle de Chantilly.

Il est sacré champion olympique d'escrime en épée par équipes aux Jeux olympiques d'été de 1908 à Londres.

Il sert comme capitaine de cavalerie, au 3e régiment de hussards, durant la Première Guerre mondiale.

Il se consacre par la suite aux lettres sous le pseudonyme de Maurice Serval et devient membre de la Société d'histoire littéraire de la France.

Il est fait officier de la Légion d'honneur (1952), officier de l'Instruction publique et chevalier de l'ordre de Léopold, distingué par la Military Cross et de la Médaille interalliée de la Victoire[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les courses de Chantilly sous la Monarchie de Juillet (1913)
  • Sites balzaciens. Au pays de la Grenadière (1928)
  • La Rabouilleuse ; Les Sites et les gens (1911)
  • Autour d'un roman de Balzac : Les Chouans (1921)
  • Autour de Balzac. "Le Lys dans la vallée" (1927)
  • Autour de Balzac : "César Birotteau" (1931)
  • Une amie de Balzac, Mme Marbouty (1925)
  • Autour d'Eugénie Grandet : d'après des documents inédits (1924)
  • Une amie de Balzac : Mme. Marbouty (1925)
  • Pendons la crémaillère ! (1912)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Meuwissen, Richesse oblige: la Belle époque de sgrandes fortunes, 1999
  2. « Cote 19800035/366/49143 », base Léonore, ministère français de la Culture

Sources[modifier | modifier le code]

  • Biographies des principales personnalités françaises décédées au cours de l'année, Hachette, 1964
  • Augustin Hamon, Les maîtres de la France, Volume 3, 1938

Lien externe[modifier | modifier le code]