Élections législatives hongroises de 2010

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections législatives hongroises de 2010
386 sièges de l'Assemblée nationale de Hongrie
(Majorité absolue : 144 sièges)
et
Type d’élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 8 016 935
Votants 5 165 006
64,36 %
Orban Viktor Portrait.jpg Fidesz-MPSz-KDNP – Viktor Orbán
Voix 2 706 292
52,73 %
 +10,7
Sièges obtenus 263  +99
Mesterházy Attila 2009-12-14.JPG MSzP – Attila Mesterházy
Voix 990 428
19,30 %
 −22,4
Sièges obtenus 59  −127
Vona Gabor.jpg Jobbik – Gábor Vona
Voix 855 436
16,67 %
Sièges obtenus 47  +47
SchifferAndras.jpg LMP – András Schiffer
Voix 258 078
7,48 %
Sièges obtenus 16  +16
Premier ministre
Sortant Élu
Gordon Bajnai
MSzP
Viktor Orbán
Fidesz-MPSz

Les élections législatives hongroises de 2010 (2010-es magyarországi országgyűlési választások) se sont déroulées les 11 et , afin d'élire les 386 députés de la sixième législature de l'Assemblée nationale (Országgyűlés). Le scrutin s'est soldé par la large victoire de la Fidesz-Union civique hongroise (Fidesz-MPS) et la déroute du Parti socialiste hongrois (MSzP), au pouvoir depuis 2002.

Contexte : crise politique et économique[modifier | modifier le code]

Peu après les élections de 2006, le Premier ministre socialiste Ferenc Gyurcsány avait reconnu avoir menti sur l'état des finances publiques du pays pour se faire réélire, au cours d'une réunion à huis clos du MSzP. Ses propos se sont par la suite retrouvés sur la place publique, déclenchant d'importantes manifestations se transformant en émeutes[1] et le boycott de l'Assemblée nationale par la Fidesz-MPS.

Affiches électorales

Le gouvernement de centre gauche, constitué du MSzP et de l'Alliance des démocrates libres (SzDsZ), avait alors fait adopter un important plan de rigueur budgétaire, dont une partie a ensuite été annulée par référendum d'initiative populaire, ce qui a conduit à la dissolution de la coalition gouvernementale[2]. Le chef du gouvernement a finalement choisi de démissionner, et a été remplacé par le ministre de l'Économie, Gordon Bajnai, un ancien entrepreneur sans étiquette désigné au moyen d'une motion de censure constructive votée par le MSzP, la SzDsZ et le Forum démocrate hongrois (MDF).

La situation économique du pays s'est brutalement détériorée sous l'effet de la crise économique mondiale. La récession s'est établie à 6 % du produit intérieur brut (PIB) en 2009, le taux d'inflation dépassait les 4 %, de même que celui du chômage se maintenait au-dessus de 10 % de la population active, le déficit budgétaire représentant encore 7 % du PIB, et la dette publique 65 %[3].

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale de Hongrie comprend trois cent quatre-vingt-six députés, élus pour un mandat de quatre ans selon un mode de scrutin mixte, proportionnel et majoritaire, en deux tours et à trois niveaux différents. 176 députés sont élus au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, chacun dans une circonscription électorale. En outre, uniquement lors du premier tour, les électeurs votent, dans vingt circonscriptions correspondant aux dix-neuf comitat et à la capitale, Budapest, pour une liste de candidats, les 146 sièges à pourvoir étant répartis à la proportionnelle par circonscription entre les listes ayant franchi le seuil de 5 % des suffrages exprimés. Enfin, les 64 élus restants sont désignés à l'issue du second tour, au niveau national, par utilisation du total national des voix n'ayant pas permis d'élire des candidats, au niveau uninominal ou départemental.

Principaux partis et chefs de file[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file Résultat en 2006
Parti socialiste hongrois
Magyar Szocialista Párt
Attila Mesterházy 186 députés
Fidesz-Union civique hongroise - Parti populaire démocrate-chrétien
Fidesz – Magyar Polgári Szövetség - Kereszténydemokrata Néppárt
Orban Viktor Portrait.jpg Viktor Orbán 164 députés
Forum démocrate hongrois
Magyar Demokrata Fórum
Sin foto.svg Lajos Bokros 11 députés
Mouvement pour une meilleure Hongrie
Jobbik Magyarországért Mozgalom
Vona Gabor.jpg Gábor Vona 0 députés
La politique peut être différente
Lehet Más a Politika
SchifferAndras.jpg András Schiffer 0 députés

Résultats[modifier | modifier le code]

Élections législatives hongroises de 2010, premier tour: candidat en première position:
██ = majorité gagnée par Fidesz-MPSz-KDNP(119)
██ = pluralité, Fidesz-MPSz-KDNP (56)
██ = pluralité, MSzP (1)
Élections législatives hongroises de 2010, premier tour: candidat en deuxième position
██ = MSzP (112)
██ = Jobbik (60)
██ = Association pour Somogy (1)
██ = Fidesz-MPSz-KDNP (1)
██ = candidat indépendant (2)
répartition finale:
██ =Fidesz-MPSz-KDNP
██ = MSzP
Parti Scrutin uninominal Scrutin départemental Total sièges
Suffrages Sièges +/- Suffrages  % +/- Sièges +/-
Fidesz-MPSz-KDNP 2 175 312 119 en augmentation 91 2 706 292 52,73 % en augmentation 6,98 87 en augmentation 16 206
MSzP 1 088 374 0 en diminution 34 990 428 19,30 % en diminution 26,45 28 en diminution 41 28
Jobbik 836 774 0 N/A 855 436 16,67 % en augmentation 16,67 26 en augmentation 26 26
LMP 259 220 0 N/A 383 876 7,48 % en augmentation 7,48 5 en augmentation 5 5
TOTAL (participation : 64,20 %) 4 359 680 119 en augmentation 53 4 936 032 96,11 % N/A 146 N/A 265

Second tour[modifier | modifier le code]

Parti Scrutin uninominal Liste nationale Total sièges
Suffrages Sièges +/- Sièges +/-
Fidesz-MPSz-KDNP 620 232 54 en augmentation 14 3 en diminution 24 57
MSzP 326 361 2 en diminution 62 29 en augmentation 12 31
Jobbik 141 415 0 N/A 21 en augmentation 21 21
LMP 43 437 0 N/A 11 en augmentation 11 11
TOTAL (participation : 46,64 %) 4 359 680 57 en diminution 53 64 N/A 121[4]

Répartition finale[modifier | modifier le code]

Parti Uninominal +/- Listes +/- Total +/-
Fidesz-MPSz-KDNP 173 en augmentation 105 90 en diminution 6 263 en augmentation 99
MSzP 2 en diminution 96 57 en augmentation 31 59 en diminution 127
Jobbik 0 N/A 47 en augmentation 47 47 en augmentation 47
LMP 0 N/A 16 en augmentation 16 16 en augmentation 16
Indépendants 1 ± 0 ± 1 en stagnation
TOTAL 176 N/A 210 N/A 386 N/A

Analyse[modifier | modifier le code]

À l'occasion de ce scrutin, la Hongrie prend un brusque virage à droite avec l'écrasante victoire de la Fidesz-Union civique hongroise de l'ancien Premier ministre, Viktor Orbán, qui dépasse la majorité des deux tiers nécessaire pour procéder à des révisions constitutionnelles. Ce sentiment est confirmé au vu du score du Mouvement pour une meilleure Hongrie, formation d'extrême droite qui réalise une percée fulgurante et talonne le Parti socialiste hongrois. Celui-ci, malgré sa tentative de renouvellement en présentant un jeune chef de file n'étant pas impliqué dans les scandales de la majorité sortante, n'a pu éviter une terrible déroute en perdant plus des deux tiers de ses élus, payant le prix de la rigueur budgétaire, des difficultés économiques et des mensonges de Ferenc Gyurcsány. La surprise vient en revanche du parti écologiste et libéral Une autre politique est possible, qui réussit son entrée au Parlement, que quittent en revanche les libéraux de l'Alliance des démocrates libres.

bulletin de vote

Conséquences[modifier | modifier le code]

À la suite de ces élections, Viktor Orbán a de nouveau été appelé à former le gouvernement, constituant son cabinet le 29 mai. L'une de ses premières mesures a été d'octroyer le droit à un passeport et à la nationalité hongroise à la diaspora dispersée dans les pays voisins, entraînant de féroces critiques de la part du gouvernement de Slovaquie notamment. Quelques mois après le scrutin, le président de l'Assemblée, Pál Schmitt, a été facilement élu à la présidence de la République du fait de la majorité qualifiée détenue par son parti, la Fidesz.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]