Ünye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ünye
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région de la mer Noire
Province Ordu
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 52
Géographie
Coordonnées 41° 08′ 00″ nord, 37° 17′ 00″ est
Localisation
Districts de la province de Ordu
Districts de la province de Ordu

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Ünye

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Ünye
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Ünye est une ville et un district de la province d'Ordu dans la région de la mer Noire en Turquie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Son climat pontique est de type subtropical humide (Köppen: Cfa ). En 2009 la ville affichait 74.806 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom Oinòe (Οινόη en grec antique) évoque la viticulture et a donné le nom turc Ünye. C'était une colonie de Milet fondée cinq siècles avant notre ère, mais une agglomération existait déjà ici un millénaire auparavant, à l'époque hittite. Sa population était formée de Casquéens « tisseurs de lin et éleveurs de porcs », de Scythes « éleveurs de chevaux » et de Chalybes « forgerons ». L'histoire de la ville est celle de l'Ouest du pays pontique : après la longue période romano-byzantine, Ünye échoit successivement aux Danichmendides de 1086 à 1098, 1141 à 1144 et de 1150 à 1157, au Sultanat de Rum de 1188 à 1204, 1214 à 1228 et de 1230 à 1243, à l'Empire de Trébizonde de 1204 à 1214, 1228 à 1230, 1243 à 1297 et de 1302 à 1346 (pendant ces phases, en 1290, le basileus Ioannis Comnenos y bâtit une grande forteresse encore visible[1]) et au beylicat de Hacıemiroğlu de 1297 à 1302 et de 1346 à 1461 lorsqu'elle devient ottomane[2].

Même si une minorité parmi les habitants adopte l'islam et la langue turque pour échapper au « haraç » (double-capitation sur les non-musulmans) et à la « pédomazoma » (enlèvement des garçons pour le corps des janissaires), la population locale reste en grande partie grecque pontique et arménienne, et elle prospère, au point qu'en 1806 les Lazes musulmans vivant dans les montagnes pontiques attaquent et dévastent Ünye. Les habitants, conduits par l'évêque Mélétios, fuient par la mer vers Sinope[3]. La ville est ensuite repeuplée et reconstruite par des turcs de diverses origines : Yörüks des monts Taurus, Lazes descendus des Alpes pontiques, Tatars expulsés de Crimée ou du Boudjak par l'Empire russe, Karatchaïs et Balkars venus du Caucase. En 1923 la minorité chrétienne encore présente est expulsée vers la Grèce selon le traité de Lausanne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ahmet M. Zehiroğlu, Trabzon İmparatorluğu, 2016 ( (ISBN 978-605-4567-52-2)), p.100
  2. Les dates sont extraites de l'article en anglais et de Hans Erich Stier (dir.), Grosser Atlas zur Weltgeschichte, ed. Westermann 1985, ISBN 3-14-100919-8
  3. Pontic History Timeline 1774 - 1923