Tunceli (province)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tunceli
kurde : Dêrsîm
Tunceli (province)
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Anatolie orientale
Capitale Tunceli
Préfet Mustafa Taşkesen
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 62
Démographie
Population 82 498 hab. (2017[1])
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 39° 12′ 53″ nord, 39° 28′ 17″ est
Superficie 777 400 ha = 7 774 km2
Localisation
Localisation de Tunceli
Province de Tunceli sur la carte de Turquie

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Tunceli

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Tunceli
Liens
Site de la province www.tunceli.gov.tr
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Tunceli (prononcé [tun.d͡ʒɛ.'li] ; en zazaki et en kurmandji Dêrsim ; en arménien occidental Տէրսիմ ; en arménien oriental Դերսիմ) est une province de Turquie dont la préfecture se trouve dans la ville éponyme de Tunceli. Sa population est majoritairement kurde et alévie[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Empire ottoman, le sandjak (district) de Dersim a appartenu au vilayet d'Erzurum puis formé une province distincte (vilayet de Dersim) de 1875 à 1888 avant d'être rattaché au vilayet de Mamouret-ul-Aziz. Son chef-lieu était Hozat.

Pendant la Première Guerre mondiale, dans le cadre du génocide arménien, la plupart des Arméniens de la province sont exécutés par des Turcs ottomans. Dans le même temps, de nombreux Kurdes sauvent des Arméniens en les cachant, et les protégeant[3]. Avant le génocide, cette province comptait environ 15 000 Arméniens et 157 lieux de culte arménien[4].

Mustafa Kemal Atatürk et Sabiha Gökçen devant la Maison du Peuple à Pertek (Pertek Halkevi), le 17 décembre 1937, après la fin des opérations militaires de Dersim (Dersim Harekâtı).

Entre 1936 et 1938, la révolte menée par Seyid Riza est fortement réprimée par l'armée turque de Mustafa Kemal, et mène au massacre de Dersim qui coûte la vie à près de 40 000 Kurdes-Alévis[5]. Sabiha Gökçen, une des sept filles adoptives de Mustafa Kemal et la première pilote militaire au monde, participe militairement au bombardement des civils kurdes de Tunceli[6].

Anciennement appelés Dersim la ville et la province ont été renommés d'autorité en 1937 Tunceli (Tunç - eli « main de bronze » en turc) par l'État turc après une répression violente organisée par le pouvoir kémaliste[7]. Selon Pırgiç Gültekin, Président de l’Association pour les Arméniens du Dersim, l'origine du nom Dersim proviendrait du nom de la ville de Daylam situé en Iran, Khorassan.

Dans les années 1970, İbrahim Kaypakkaya, l'un des fondateurs du Parti communiste de Turquie/marxiste-léniniste (TKP/ML) tente de fonder une guérilla dans la région[8].

Depuis 2015, des affrontements ont lieu entre l'armée et le PKK ainsi que d'autres groupuscules d'extrême-gauche [8]. La région a très majoritairement voté "NON" au référendum constitutionnel du 16 avril 2017 (80,4% de "NON" dans la région, 90,1% à Ovacık) [8].

Géographie[modifier | modifier le code]

La superficie de la province est de 7 774 km2.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la province de Tunceli
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
82 55482 87183 07483 24183 43383 64083 84984 02286 449
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
83 06176 69985 06286 27685 42886 52786 07682 19382 498
Entre 2000 et 2006 les chiffres sont basés sur des estimations de l'Institut statistique de Turquie. Depuis 2007, les chiffres proviennent de l'ADNKS (système d'inscription au registre d'état civil basé sur l'adresse).
(Sources : [1])

Personnalités nées à Tunceli[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les premiers recensements dans la nouvelle République turque sont réalisés à partir de 1927, et les recensements au nom de Tunceli débutent en 1940 (avant le 25 décembre 1935, Pülümür était rattaché à Erzincan et les sept autres disticts de Tunceli étaient rattachés à Elâzığ ; dans cette province d'Elâzığ, le district de Tunceli s'appelait Kalan)[réf. à confirmer][9].

Évolution démographique[10],[11],[12],[13]
Année 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1997 2000 2005 2007
Population totale 140 468 154 175 157 293 164 591 157 974 151 906 133 584 86 268 93 584 79 176 84 022
Population urbaine 19 645 - - - - - 50 799 55 405 54 476 - 54 369
Population rurale 120 823 - - - - - 82 785 30 863 39 108 - 29 653

Administration[modifier | modifier le code]

La province est administrée par un préfet. Le 11 juin 2009, Mustafa Taşkesen (1965-) est nommé préfet de Tunceli, succédant ainsi à Mustafa Yaman (2007-2009)[14]. (en turc : vali)

Liste des préfets de Tunceli depuis 1975

  • Kemal Bozbay (1975-1978)
  • Namık Günel (1978-1979)
  • Ümmet Önalan (1979-1980)
  • Hakkı Borataş (1980-1982)
  • Kenan Güven (1982)
  • Cengiz Bulut (1986-1988)
  • Arif Atilla Osmançelebioğlu (1991)
  • Erdi Batur (1991-1992)
  • Aslan Yıldırım |(1992-1993)
  • Atıl Üzelgün (1993-1997)
  • Mehmet Ali Türker (1997-2000)
  • Mustafa Erkal (2000)
  • Ali Cafer Akyüz (2003)
  • Mustafa Erkal (2004)
  • Mustafa Yaman (2007-2009)
  • Mustafa Taşkesen (2009-2012)
  • Hakan Yusuf Güner (2012-)

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La province est divisée en huit districts (en turc : ilçe au singulier) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (tr) « Données démographiques », sur Le site de l'Institut statistique de Turquie (consulté le 24 juin 2018).
  2. Marie Le Ray, « Associations de pays et production de locality : la « campagne Munzur » contre les barrages », sur European Journal of Turkish Studies, (consulté le 18 octobre 2012)
  3. Leslie A. Davis, Yves Ternon et Anne Terre, La province de la mort : Archives américaines concernant le génocide des Arméniens (1915), Éditions Complexe, 1994, (ISBN 2-87027-523-4), p. 210.
  4. Raymond Haroutioun Kévorkian, Le Génocide des Arméniens, Odile Jacob, Paris, 2006 (ISBN 2-7381-1830-5), p. 341.
  5. (en) David McDowall, A modern history of the Kurds, I. B. Tauris, 2004, (ISBN 978-1-85043-416-0), p. 209.
  6. Sabiha Gökçen, la fille d'Atatürk participe aux massacres des civils Kurdes http://www.hvkk.tsk.tr/PageSub/Kurumumuz/Tarihce/TarihtenYansimalar.aspx?pid=031119829
  7. (tr) Oral Çalışlar, « Dersim'den Tunçeli'ne », sur radikal.com.tr, (consulté le 24 septembre 2015)
  8. a b et c Turquie : les alévis ou la gauche étouffée, Le Monde, 15 juillet 2017
  9. (tr)http://web.firat.edu.tr/cografya/eg/nfus1.htm
  10. (tr) www.yerelnet.org.tr
  11. (tr)http://www.superfrm.org/turkiye-nufus-sayimi-ve-istatistikleri-turkiyedeki-illerin-nufuslari-t-5962.html
  12. [(tr)http://www.zaman.com.tr/haber.do?haberno=808477
  13. (tr)http://www.evrensel.net/05/07/20/toplum.html
  14. http://www.tunceli.gov.tr/page.asp?id=88

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]