Giresun (province)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la ville, voir Giresun.
Giresun (province)
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Région de la mer Noire
Capitale Giresun
Indicatif téléphonique international +(90)
Plaque minéralogique 28
Démographie
Population 426 686 hab. (2015)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 34′ 47″ nord, 38° 35′ 40″ est
Superficie 715 100 ha = 7 151 km2
Localisation
Province de Giresun sur la carte de Turquie
Province de Giresun sur la carte de Turquie

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Giresun (province)

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Giresun (province)
Liens
Site de la province Giresun Valiliği
Sources
« Index Mundi/Turquie »

La province de Giresun (en turc : Giresun; en grec : . Κερασούντα, Pharnacia, Choerades; en laze et géorgien : გირესუნი) est une des 81 provinces (en turc : il, au singulier, et iller au pluriel) de la Turquie.

Sa préfecture (en turc : valiliği) se trouve dans la ville éponyme de Giresun.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la côte sud de la mer Noire, dans la région du Pont, sa superficie est de 6 934 km2. Son climat pontique est de type subtropical humide (Köppen: Cfa ).

Histoire[modifier | modifier le code]

La province connut la colonisation grecque et perse du VIe siècle av. J.-C. avant d’appartenir au royaume du Pont et d’être, en -70, prise par les Romains de Lucullus. Dans l’Antiquité tardive, elle fait partie de l’Empire romain d'orient , qui l’intègre dans le thème des Arméniaques. En 1204/1205, elle passe sous le contrôle de l’Empire de Trébizonde mais après l’invasion mongole de l’Anatolie par Tamerlan et ses descendants établis en Iran, plusieurs tribus turques et turkmènes s’installent dans l’arrière-pays de Giresun et en 1458 le pays passe aux mains du sultan ottoman Mehmed II. Petit à petit, pour échapper au « haraç » (double-capitation) et à la « pédomazoma » (enlèvement des garçons pour le corps des janissaires) les habitants chrétiens adoptent l’islam et la langue turque, de sorte qu’en 1923 (expulsion des chrétiens selon le traité de Lausanne) les non-musulmans ne représentaient pas plus de 15 % de la population.

Démographie[modifier | modifier le code]

Au recensement de 2000, la province était peuplée d'environ 523 819 habitants, soit une densité de population d'environ 112 hab./km2.

Administration[modifier | modifier le code]

La province est administrée par un préfet (en turc : vali)

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La province est divisée en 16 districts (en turc : ilçe, au singulier).

Liens externes[modifier | modifier le code]