Ordino-Arcalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ordino-Arcalis
Vue aérienne de la station.
Administration
Pays Drapeau d'Andorre Andorre
Paroisse Ordino
Site web www.vallnord.com
Géographie
Coordonnées 42° 37′ 55″ nord, 1° 29′ 58″ est
Massif Pyrénées
Altitude maximum 2625 m
Altitude minimum 1950 m
Ski alpin
Domaine skiable Vallnord (non relié)
Remontées
Nombre de remontées 30 (+ 5 tapis)
Téléphériques 1
Télécabines 2
Télésièges 12
Téléskis 11
Débit 39180 skieurs/heure (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 41
Noires 5
Rouges 16
Bleues 16
Vertes 4
Total des pistes 63 km
Neige artificielle
Canons 271
Superficie 23 km2
Géolocalisation sur la carte : Andorre
(Voir situation sur carte : Andorre)
Ordino-Arcalis
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées
(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Ordino-Arcalis

Ordino-Arcalis est une station de sports d'hiver des Pyrénées située en Andorre. Avec Pal-Arinsal, elle fait partie du domaine skiable Vallnord. Elle est frontalière avec la France par la commune d'Auzat (vallée de Vicdessos) en Ariège.

Géographie[modifier | modifier le code]

La station est située à 2 000 mètres d'altitude environ, dans la paroisse d'Ordino, uniquement accessible par la route CG-3. Un projet de liaison routière touristique vers la vallée de Soulcem, en France (commune d'Auzat) par le port de Rat est inachevé. En grande partie réalisée côté andorran avec un début de tunnel à 2 370 m d'altitude sur une longueur d'environ 200 mètres jusqu'au point frontière, la liaison est plus longue et plus délicate à finaliser côté français du fait de couloirs d'avalanches.et de 600 m de tunnel restant.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station a ouvert le après consultation la même année des électeurs de la paroisse d'Ordino. Les premiers aménagements sont réalisés dans le cirque d'Arcalis et la Coma del Forat, versants nord propices à l'accumulation de neige. En 1988, la station s'étend sur 500 ha.

Dès la création de la station, il est choisi de ne construire qu'un bâtiment de service sur le site avec restaurant, location de matériel, centre de premier secours, et de privilégier l'hébergement plus bas dans la vallée[1].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Le lieu est doté depuis le d'un belvédère, dit « mirador solaire de Tristaina », en forme de promenoir circulaire de 25 mètres de diamètre. Ce belvédère de 32 tonnes a été construit à l'aide d'hélicoptères[2].

Cyclisme sur route[modifier | modifier le code]

Profil de l'ascension[modifier | modifier le code]

L'ascension vers Arcalís, longue de 10,5 km, débute au village d'El Serrat (1 505 m)[3]. La pente est plutôt régulière avec une moyenne de 6,9 % pour un dénivelé positif de 724 m (+784 m, −60 m)[3]. Les pourcentages les plus élevés se trouvent au début de la montée avec une pente de 8,8 % sur le premier kilomètre[3]. Le parking de la station d'Arcalís est situé à une altitude de 2 229 m[3].

Il est ensuite possible de poursuivre l'ascension par une route non goudronnée jusqu'au tunnel du port de Rat. Cette extension rallonge l'ascension d'environ 2,5 km[4] et offre un dénivelé positif de 134 m[5] soit une pente moyenne d'un peu plus de 5 %.

Arrivées du Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Arrivées du Tour d'Espagne
Édition Étape Vainqueur de l'étape
Tour d'Espagne 2000 10e étape (Sabadell - Ordino-Arcalis) Félix Cárdenas
Tour d'Espagne 2001 12e étape (CLM) (OrdinoOrdino-Arcalis) José María Jiménez
Tour d'Espagne 2005 10e étape (La Vall d'en Bas - Ordino-Arcalis) Francisco Mancebo
Tour d'Espagne 2007 10e étape (Benasque - Ordino-Arcalis) Denis Menchov

Arrivées du Tour de France[modifier | modifier le code]

Arrivées du Tour de France
Édition Étape Vainqueur de l'étape
Tour de France 1997 10e étape (Luchon - Ordino-Arcalis) Jan Ullrich
Tour de France 2009 7e étape (Barcelone - Ordino-Arcalis) Brice Feillu
Tour de France 2016 9e étape (Vielha - Ordino-Arcalis) Tom Dumoulin

L'ascension a été classée « Hors catégorie » pour le grand prix de la montagne lors des trois passages du tour de France.

La montée a joué un rôle particulièrement important lors du Tour de France 1997. Lors de la 10e étape, Jan Ullrich est passé à l'offensive sur les pentes d'Arcalis, reléguant loin derrière ses principaux adversaires en montagne : 1 min 08 s à Richard Virenque et Marco Pantani, 2 min 01 s à Francesco Casagrande, et 3 min 23 s à son coéquipier et leader supposé Bjarne Riis. Il prend à cette occasion le maillot jaune qu'il ne quittera plus jusqu'à l'arrivée à Paris, remportant ainsi son premier grand tour.

Tour de Catalogne[modifier | modifier le code]

Passages du Tour de Catalogne
Édition Étape Coureur en tête
1998 7e étape (La Vall de Boí - Ordino-Arcalís) Hernán Buenahora[6]
2007 5e étape (Sornàs - Ordino-Arcalís) Denis Menchov[7]

Randonnée[modifier | modifier le code]

Estany Primer de Tristaina

La station d'Ordino-Arcalis est un point de départ pour des randonnées en été. Le circuit des estanys de Tristaina, constituant l'une des randonnées les plus populaires de l'Andorre, débute au niveau du parking de la station[8]. Depuis la station, il est également possible de rejoindre l'estany de Creussans (à pied ou par le télésiège)[9], le pic de Cataperdís ou encore le pic d'Arcalís[10]. Enfin la station est située sur le sentier de haute randonnée pyrénéenne[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'existence de toponymes désignant des sommets expliqués par le latin arca (« coffre »[12]) comme Grand Arc en Savoie ou Cima al arca en Corse peuvent faire évoquer une origine latine à Arcalís[13].

Le linguiste catalan Joan Coromines affirme que cette approche ne permet pas d'expliquer la terminaison -lís qui est pour lui clairement pré-romane bascoïde[13]. Celle-ci est d'ailleurs retrouvée dans d'autres toponymes pré-romans andorrans tels que Beixalís[14]. D'autres toponymes pyrénéens présumés bascoïdes sont eux aussi composés avec l'élément arca tels que Arcavell (ca) (village de l'Alt Urgell voisin) ou encore Arcalló[13]. Il semble qu'une origine bascoïde puisque expliquer la totalité du toponyme.

Coromines propose de faire dériver arca de erki (« arbuste »)[13]. Battle signale le manque de cohérence de cette hypothèse avec la géographie physique du site d'Arcalís[13]. Il souligne un point commun entre Arcalís, Arcavell et Arcalló qui est la présence d'imposants massifs rocheux dans le paysage[13]. Battle rappelle de ce fait la proposition de Anglada de faire dériver Arcalís de harr- et -gaitz (« pierre énorme ») avec une transformation de la terminaison -itz en -lís qu'il juge plus solide[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gabriel Chapeau, « La station de sports d'hiver d'Ordico-Arcalis en Andorre », Revue de Comminges, vol. 102,‎ , p. 553-556 (lire en ligne sur Gallica)
  2. « En Andorre, un gigantesque mirador construit à 2 700 mètres d'altitude », sur La Dépêche (consulté le ).
  3. a b c et d « Circuits de cyclotourisme en Andorre », sur visitandorra.com (consulté le )
  4. Google Maps
  5. « Port de Rat », sur www.climbbybike.com (consulté le )
  6. (en) « 78th Volta Catalunya, Cat HC - Stage 7 - Vall de Boi - Andorra », sur cyclingnews.com (consulté le )
  7. (en) « 2007 - 87th Volta Ciclista a Catalunya », sur procyclingstats.com (consulté le )
  8. « Sentier de randonnée - Estanys de Tristaina », sur visitandorra.com (consulté le )
  9. « Ruta Verdaguer », sur visitandorra.com (consulté le )
  10. « Randonnée au pic de Cataperdis et au pic d'Arcalis » (consulté le )
  11. (ca) « Mapa Muntanyes d'Andorra - Carte des montagnes andorranes », Govern d'Andorra (consulté le )
  12. arca sur le wiktionnaire
  13. a b c d e f et g (ca) Xavier Planas Batlle, Carles Gascón Chopo, Juan Karlos López-Mugartza et Mikel Belasko, Anàlisi fisiogràfica de topònims andorrans d'arrel prerromana : una visió propera i tècnica del territori a través dels noms de lloc, Govern d'Andorra, (ISBN 978-99920-0-862-1), p. 174 - 180
  14. (ca) Recueil de Travaux, Librairie Droz, , 302– (ISBN 978-2-600-04521-6, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Friebe et Pete Golding, Sommets mythiques : Cyclisme, les 50 cols incontournables d'Europe, GEO, , 224 p. (ISBN 978-2-8104-0296-0), p. 150-153

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :