Oppidum des Caisses de Jean-Jean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean-Jean.

Oppidum des Caisses de Jean-Jean
Oppidum des Caisses de Jean-Jean
Murs adossés au rempart est.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Blason région fr Provence-Alpes-Côte d'Azur.svg Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département
Blason département fr Bouches-du-Rhône.svg
Bouches-du-Rhône
Commune Blason de la ville de Mouriès (13).svg Mouriès
Protection  Inscrit MH (1937)
Coordonnées 43° 42′ 41,5″ nord, 4° 52′ 45″ est
Altitude 106 m

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Oppidum des Caisses de Jean-Jean
Oppidum des Caisses de Jean-Jean

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Oppidum des Caisses de Jean-Jean
Oppidum des Caisses de Jean-Jean
Histoire
Époque VIe – Ier siècles av. J.-C.

L'oppidum des Caisses de Jean-Jean est un site archéologique situé au nord de la commune de Mouriès, dans les Bouches-du-Rhône. Il remonte à l'époque protohistorique. Il a fait l'objet des fouilles de l'archéologue Fernand Benoit de 1935 à 1942[1],[2]. Il s'agit d'un oppidum situé dans une cuvette entourée de deux barres rocheuses calcaires[3] au nord et au sud qui se rejoignent à l'est pour former une acropole[1]. Des fortifications de plusieurs époques y ont été identifiées, attestant du peuplement de cet oppidum du VIe au Ier siècle av. J.-C.[3]

Le site a été inscrit aux monuments historiques par un arrêté du [4]. Il est accessible au moyen d'un itinéraire balisé[5].

Situation[modifier | modifier le code]

Une des maisons dégagées (Ier siècle av. J.-C.).

L'oppidum se situe dans la partie la plus orientale de l'acropole, barré au nord, au sud et à l'est par d'imposantes barres rocheuses. La partie ouest présente une élévation naturelle donnant sur une esplanade dégagée de 300 mètres de long. Chacune des deux extrémités de cet espace est constituée d'un rempart, de telle sorte que le village, protégé par ces deux murs, se trouve dans une position quasi imprenable[6]. Fernand Benoit a pu constater que le mur contigu au village se trouve sur un talus artificiel ou qui, du moins, a été aménagé. Il compare ce rempart à celui de l'oppidum d'Ensérune (Hérault) que longe un chemin de ronde auquel sont accolées les premières maisons du castrum[2]. L'oppidum est relié aux autres sites contemporains des Alpilles par des chemins menant notamment au castellas de Maussane et à celui d'Aureille[7].

Lors de ses fouilles entre 1933 et 1938, Fernand Benoit s'est notamment intéressé à l'espace entre les deux remparts où il n'a pas trouvé de murs d'habitation, notamment au pied de la falaise sud, mais de la céramique indigène, ce qui semble indiquer que la période d'habitation la plus intense se situe entre le Ve et le IIe siècle av. J.-C.. Le plateau de l'est, lui, « paraît être couvert d'habitations[8] » contiguës au rempart. Cette affirmation est confirmée par les dégagements des quatre habitations que l'on peut aujourd'hui constater. Ces maisons présentent des murs de 1,50 à 2 m de haut. On les date du Ier siècle av. J.-C. sans plus de précision. Les archéologues ont trouvé dans ces maisons des morceaux de dalles de couverture avec larmiers en remploi ainsi qu'un graffito marqué d'un mot grec : « ουρρεο »[9]. Selon Fernand Benoit, les substructions de ces maisons datent des Ve – IVe siècles av. J.-C.. Elles ont été relevées quelques siècles plus tard, ainsi que l'attestent les petits bronzes au taureau, monnaie de Marseille, trouvées dans ces maisons, sans joint de taille, mais à l'aide de brique d'adobe[9].

Stèles[modifier | modifier le code]

Lors de ses fouilles, Fernand Benoit découvre des stèles en calcaire « de Saint-Rémy[10] », selon lui, utilisées en remploi dans le rempart. Ces stèles, de 1,80 m de hauteur, « portent des gravures de chevaux, parfois avec un personnage radié[2]. » Ces stèles sont aujourd'hui conservées à Arles. Le décor est gravé de chevaux ainsi que de cavaliers héroïsés portant des javelots et des signes pectiformes[11]. Après les découvertes de F. Benoit, d'autres stèles ont été mises au jour au pied du rempart en 1965, puis en 1985-1986[12].

L'oppidum est-il le site de l'antique Tericiae ?[modifier | modifier le code]

La carte de Peutinger fait référence à un lieu nommé Tericias (Tericiae).

La Table de Peutinger (Tabula Peutingeriana ou Peutingeriana Tabula Itineraria), appelée aussi « Carte des étapes de Castorius », copie du XIIIe siècle d'une ancienne carte romaine où figurent les routes et les villes principales de l'Empire romain qui constituaient le cursus publicus fait référence à un lieu qu'elle dénomme Tericias, forme dative de Tericiae. D'est en ouest, depuis Aix-en-Provence jusqu'au Rhône, on y lit les noms suivants : Aquis Sextis XVIII Pisavis XVIII Te[r]icias[13]. Ces indications localisent Tericiae sur le territoire de la commune de Mouriès, un peu à l'ouest du village. Mais de nombreux chercheurs se sont interrogés quant à son identification, son nom latin n'étant semble-t-il pas passé dans un toponyme moderne. Et l'on pourrait logiquement s'interroger quant à savoir s'il ne faudra pas voir dans l'oppidum des Caisses de Jean-Jean le site de l'antique Tericiae.

C'est un dénommé Villevieille, antiquaire à Montpellier qui, le premier, a proposé de voir en Tericiae l'antique Mouriès. L'historien-préfet, Christophe de Villeneuve-Bargemon (1824), localise la ville sur la propriété de Jean-Jean[14]. En 1884, Isidore Gilles propose le quartier de la Castelette, situé entre le village de Mouriès et les Caisses de Jean-Jean. Depuis 1895 et les études de L. Rochetin, il semble établi qu'il faille voir Tericiae en contrebas de l'oppidum[15]. Selon Fernand Benoit, une fois la paix romaine installée en Basse-Provence, la population de l'oppidum serait descendue dans la plaine qu'elle aurait colonisée, donnant naissance à la ville de Tericiae[6]. Benoit propose même un site précis, entre les Caisses, le Castellas, le Mazet et le hameau des Baumettes[16]. Pour Patrice Arcelin, en revanche, la coexistence des Caisses et de Tericiae témoignent de la création de quartiers périphériques aux habitats antiques dans toutes les Alpilles ; on observe le même phénomène à Saint-Rémy-de-Provence, dès le VIe siècle av. J.-C., avec le peuplement du mont Gaussier en retrait de Glanum[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mouriès et l'histoire », sur le site de l'office de tourisme de Mouriès.
  2. a b et c Fernand Benoit, « Note relative aux fouilles de Mouriès (oppidum des Caisses), canton de Saint-Rémy, arrondissement d'Arles », dans Comptes-rendus des séances de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 83, no 6, novembre-décembre 1939, p. 621-623, séance du 8 décembre.
  3. a et b « Remparts et stèles de l'oppidum des Caisses de Jean-Jean », dans Guy Barruol (dir.) et Nerte Dautier (dir.), Les Alpilles : Encyclopédie d'une montagne provençale, éd. Les Alpes de Lumière, Forcalquier, 2009, 347 p. (ISBN 978-2-906162-97-6), p. 147.
  4. Notice no PA00081387, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  5. « Les ressources, hier et aujourd'hui », dans Guy Barruol (dir.) et Nerte Dautier (dir.), Les Alpilles : Encyclopédie d'une montagne provençale, op. cit., p. 120.
  6. a et b Fabienne Gateau (dir.) et Michiel Gazenbeek (dir.), Les Alpilles et la Montagnette, coll. « Carte archéologique de la Gaule » (no 13/2), éd. Académie des inscriptions et belles-lettres, ministère de la Culture et de la Communication, ministère de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, diff. Fondation Maison des sciences de l'homme, Paris, 1999, 464 p. (ISBN 2-87754-059-6), p. 210.
  7. Y. Marcadal, « Les oppida des Alpilles », in Les Alpilles, op. cit., p. 146.
  8. Fernand Benoit, Rapport de 1938, inédit, cité in « Carte archéologique de la Gaule », op. cit., p. 213.
  9. a et b « Carte archéologique de la Gaule », op. cit., p. 213.
  10. L'archéologie moderne est moins formelle quant à l'origine du calcaire de ces stèles. Tout au plus peut-on noter des coïncidences avec les stèles de Glanum (Saint-Rémy-de-Provence) et de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts).
  11. « Carte archéologique de la Gaule », op. cit., p. 212.
  12. Yves Marcadal, « Les nouvelles stèles cultuelles des Caisses de Saint-Jean à Mouriès (B.-du-Rh.) », in Documents d'archéologie méridionale, Lattes, n° 15, 1992, p. 174-176.
  13. « Une agglomération secondaire antique près de Mouriès : Tericiae ? », dans Guy Barruol (dir.) et Nerte Dautier (dir.), Les Alpilles : Encyclopédie d'une montagne provençale, op. cit., p. 156.
  14. Ch. de Villeneuve-Bargemon, Statistique du département des Bouches-du-Rhône avec atlas, II, Marseille, A. Ricard, 1824, p. 1159.
  15. « Tericiae. Une des stations de la voie aurélienne dans la Haute-Provence », L. Rochetin, in Mémoires de l'Académie de Vaucluse, Avignon, vol. XIV, 1895, p. 18-34.
  16. Fernand Benoit, « La voie d'Italie en Espagne à l'époque d'Auguste sur le territoire d'Arles », in Revue des études anciennes, Bordeaux, vol. 40, 1938, p. 142, 143.
  17. « Le peuplement des Alpilles durant l'âge du Fer », in Les Alpilles, encyclopédie d'une montagne provençale, P. Arcelin, op. cit., p. 143.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L. Rochetin, « TERICIAE, une des stations de la voie Aurélienne dans la Haute Provence », dans Mémoires de l'Académie de Vaucluse, 1895, p. 18-34 (lire en ligne)
  • Adrien Guébhard, « Commission d'étude des enceintes préhistoriques et fortifications anhistoriques », Bulletin de la Société Préhistorique de France, t.4, 1907 p.26 ([PDF] en ligne).
  • Pierre de Brun, « Le cimetière gallo-grec de Servannes, près de Mouriès (Bouches du Rhône) », in Provincia, XIII, 3-4, 1933, p.149-162 (en ligne).
  • Fernand Benoit, « Oppida de Provence », Revue archéologique, 6e série, vol. IV,‎ , p. 191-193 (JSTOR 41748394, lire en ligne).
  • Fernand Benoit, « Carte (partie occidentale) et texte complet du département des Bouches-du-Rhône », Paris, éd. Leroux, 1936, p. 118-119 (Forma Orbis Romani, Carte archéologique de la Gaule romaine, V).
  • Emile Espérandieu, « Sanctuaire préromain des Caisses», in Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, tome 11, suppl., 1937, p. 17-18 (en ligne).
  • Fernand Benoit, « Note relative aux fouilles de Mouriès (oppidum des Caisses), canton de Saint-Rémy, arrondissement d'Arles », Comptes rendus des séances de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 83, n° 6, 1939, p. 621-623 (en ligne).
  • Fernand Benoit, « Des chevaux de Mouriès aux chevaux de Roquepertuse. Recherches sur l'art et le symbolisme funéraire de la vallée du Rhône avant la conquête romaine », Préhistoire, X, 1948, p.137-210 (en ligne).
  • Fernand Benoit, « L'héroisation équestre », Annales de la Faculté des Lettres, Nouvelle série n°7, Aix-en-Provence, Ophrys éd., 1954.
  • Fernand Benoit, « Le développement de la colonie d'Arles et la centuriation de la Crau », Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Vol. 108, tome 1, 1964, pp. 156-169 (en ligne).
  • Jacques Brémond, Jean-Claude Richard, « Monnaies antiques de l'oppidum des Caisses de Saint-Jean à Mouriès (Bouches-du-Rhône) », Cahiers numismatiques, vol. 16, n° 62, 1979, p. 311-314.
  • Yves Marcadal, « Les Caisses. Mouriès (Bouches-du-Rhône) », Les enceintes protohistoriques de Gaule méridionale, B. Dedet, M. Py (éd.), Caveirac, ministère de la Culture, sous-direction de l'archéologie, association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental (ARALO), cahier n° 14, 1985, p. 104-107 (en ligne).
  • Marc Gauthier (dir.), « Informations archéologiques, Provence Côte d'Azur », Gallia, n° 44, vol. 2, 1986, p. 440-443 (en ligne).
  • Robert Royet, Mireille Provansal, Maurice Jorda, « L'histoire «naturelle» d'un site de l'Âge du Fer sur le piémont méridional des Alpilles. Le domaine de Servanne (Bouches-du-Rhône) », in Gallia, n° 47, 1990, p. 57-66 ([PDF]en ligne).
  • Michel Castoldi, Michel Feugère, « Les simpulums », in : M. Feugère, C. Rolley (dir.), La vaisselle tardo-républicaine en bronze, Dijon, 1991, 61-88.
  • Yves Marcadal, « Une salle collective des Caisses de Saint-Jean à Mouriès (B.-du-Rh.) », Documents d'archéologie méridionale, n° 15, 1992, p. 28-30 (en ligne).
  • Yves Marcadal, « Les nouvelles stèles cultuelles des Caisses de Saint-Jean à Mouriès (B.-du-Rh.) », Documents d'archéologie méridionale, n° 15, 1992, p. 174-176 ([PDF] en ligne).
  • Louis Chabot, Robert Cayol, Michèle Aureille, Anna-Marie Germain, Les Pennes-Mirabeau, le Temps Retrouvé, Barbentane, Édition Equinoxe, 1996.
  • Olivier Coignard, Rolland Coignard, Nadine Marcadal, Yves Marcadal, « Nouveau regard sur le sanctuaire et les gravures de l'âge du Fer de l'oppidum des Caisses (Mouriès, B.-du-Rh.) », Documents d'archéologie méridionale, Entremont et les Salyens, Colloque d'Aix-en-Provence, n° 22, 1998, p. 67-83 (en ligne).
  • Yves Marcadal, Jean-Marc Féménias, « Une sépulture remarquable du Ier s. av. J.-C. à Servanes (Mouriès, B.-du-Rh.) », Documents d'archéologie méridionale, n° 24, 1998, p. 185-199 (en ligne).
  • Fabienne Gateau (dir.) et Michiel Gazenbeek (dir.), Les Alpilles et la Montagnette, coll. « Carte archéologique de la Gaule », no 13/2, Paris, éd. Académie des inscriptions et belles-lettres, ministère de la Culture et de la Communication, ministère de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, diff. Fondation Maison des sciences de l'homme, 1999, p. 203-207 et 210-214, 464  p. (ISBN 2-87754-059-6).
  • Florence Verdin, « Territoires, peuples et cités à l'âge du Fer dans le Sud-Est de la Gaule », in Le temps des Gaulois en Provence, Jean Chausserie-Laprée (dir.), Martigues, musée Ziem, 2000, p. 21-25 (ISBN 290844542-5).
  • Yves Marcadal, « Les nécropoles de Mouriès », in Le temps des Gaulois en Provence, p. 244, 246-247.
  • Laurent Olivier, « Les incinérations de Mouriès au Musée des Antiquités nationales », in Le temps des Gaulois en Provence, p.189-190.
  • Michel Rétif, « Les dépôts de La Patouillarde et de Mouriès », in Le temps des Gaulois en Provence, p. 264-265.
  • Philippe Columeau, « Consommation de viande et élevage dans la vallée des Baux de l'âge du Fer au Moyen Âge d'après les vestiges osseux » in Milieu et Sociétés dans la vallée des Baux, Paris, CNRS, Revue Archéologique de la Narbonnaise, 2000, suppl. 31, p.347-357.
  • Yves Marcadal, « Un habitat de plaine du VIe siècle et de la première moitié du VIe siècle av. J.-C. au golf de Servanes (Mouriès, Bouches-du-Rhône) », in Milieu et Sociétés dans la vallée des Baux, Paris, CNRS, Revue Archéologique de la Narbonnaise, 2000, suppl. 31, p. 139-156.
  • Robert Royer, Florence Verdin, « Servanes à Mouriès ou les faubourgs de l'oppidum des Caisses de Saint-Jean », in Milieu et Sociétés dans la vallée des Baux, Paris, CNRS, Revue Archéologique de la Narbonnaise, 2000, suppl. 33, p. 157-180.
  • Robert Royer, « Servanes : les éléments constitutifs des habitations des VIe et IIe-Ier siècles av. J.-C. », in Milieu et Sociétés dans la vallée des Baux, op. cit., p.181-182.
  • Jean-Claude Richard, Yves Marcadal, « Nouvelles monnaies de Mouriès», in Milieu et Sociétés dans la vallée des Baux, p.245-259 (en ligne).
  • Alain Ferdière, « Milieu et sociétés dans la vallée des Baux - Études présentées au Colloque de Mouriès [11-12 mai 1996] », Revue archéologique du Centre de la France, n° 40, 2001, p. 310-311 (en ligne).
  • Philippe Chapon, Louis Martin, Armelle Guilcher, Yves Marcadal, M. Poguet, «Les Alpilles : un inventaire archéologique après le passage du feu », Aix-en-Provence, Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte-d'Azur, 2001.
  • G. Buret, « Les disques perlés en bronze de Gaule méridionale (VIe-IIe s. av. J.-C.) », in C. Landes et al. (dir.), Les Étrusques en France, Archéologie et collections, Lattes, 2003, p. 55-57.
  • Nadine Marcadal, Yves Marcadal, Jean-Louis Paillet, Marc Heijmans, Isabelle Villemeur, Philippe Columeau, « La nécropole protohistorique et gallo-romaine de Servanes-Cagalou (Ier s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C.) à Mouriès (Bouches-du-Rhône) : sépultures et monuments funéraires », Documents d'Archéologie Méridionale, n° 26, 2003, p. 251-348 (en ligne).
  • Patrice Arcelin, « Les prémices du phénomène urbain à l'âge du Fer en Gaule méridionale : les agglomérations de la basse vallée du Rhône », Gallia, vol. 61, 2004, p. 223-269 (en ligne).
  • Patrice Arcelin, André Rapin, « L'iconographie anthropomorphe de l'âge du Fer en Gaule méditerranéenne », Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, vol. 24, 2003, p. 183-219 (en ligne).
  • Yves Marcadal, Jean-Louis Paillet (collab. Alexandra Roche), « Le système défensif (suite) de l'oppidum des Caisses de Jean-Jean à Mouriès, Bouches-du-Rhône) : Le rempart occidental R5 du quartier bas du versant sud de l'oppidum (3e campagne de fouille) », D.F.S. Fouille programmée, S.R.A. Provence-Alpes-Côte d'Azur, 2005.
  • Dominique Garcia, « La Gaule méridionale », in C. Goudineau (dir.), Religion et Société en Gaule, Éditions Errance, 2006, p.135-163.
  • Dominique Garcia, Philippe Gruat, Florence Verdin, « Les Habitats et leurs territoires dans le sud de la France aux IVe-IIIe s. av. J.-C», in La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du 27e colloque international de l'Association française pour l'étude de l'Âge du Fer (AFEAF) (Clermont-Ferrand, 29 mai - 1er juin 2003), 2007, p. 227-236 ([PDF] en ligne).
  • Alexandra Roche, « La céramique culinaire modelée à la fin du Ier s. av. J.- C. dans la chaîne des Alpilles (B.-du-Rh.) : Productions et imitations, nouvelles données, Cultures, Économies, Sociétés et Environnement du début de la Préhistoire au Moyen-Âge : travaux en cours », in C. Defrasne et T. Lachenal (dir.), Actes de la 4° table ronde des jeunes chercheurs en archéologie de la MMSH, Aix-en-Provence, 15 mai 2009 (en ligne).
  • Jean Gasco, « La question actuelle des fortifications de la fin de l’âge du Bronze et du début de l’âge du Fer dans le midi de la France », Documents d'Archéologie méridionale », 2009, vol. 32, p. 17-32 (en ligne).
  • Michel Py, « Stèles, pilers et bustes du 1er âge du Fer » in La sculpture gauloise méridionale, Paris, Éditions Errances, Actes Sud, 2011, p. 15-54 (ISBN 978-2-87772-468-5) (en ligne).
  • Yves Marcadal, Jean-Louis Paillet, « Blocs architecturaux de tradition hellénistique de l'oppidum des Caisses de Jean-Jean (Mouriès, Bouches-du-Rhône) », Revue archéologique, n° 51, janvier 2011, p. 27-62 (ISBN 978-2130587354) (en ligne).
  • Alexandre Beylier, « Les fossés défensifs en Gaule protohistorique méditerranéenne (VIIIe-IIe s. av. J.-C.) : formes et fonctions », Revista d'Arqueologia de Ponent, n° 21, 2011, p. 253-274 (en ligne).
  • Dominique Garcia, « Monuments cultuels du premier âge du Fer méridional. Évolution, transformations, destructions », in Stèles et statues du début de l'âge du Fer dans le Midi de la France (VIII°s.-IV°s. av. J.-C.) chronologies, fonctions et comparaisons, Documents d'Archéologie Méridionale, n° 34, 2011, p. 341-349 (en ligne).
  • Yves Marcadal, Jean-Louis Paillet, « Un oppidum gaulois des Alpilles : les Caisses de Jean-Jean à Mouriès ; VIIe siècle av.-IIIe siècle ap. J.-C. », Arles, Éd. Honoré Clair, 2012, 128 p. (ISBN 978-2-918371-10-6) (présentation en ligne).
  • Yves Marcadal, Lionel Pernet, Benjamin Girard, « Les nécropoles de Servannes (Mouriès, Bouches du Rhône) », in Au fil de l'épée, armes et guerriers en pays celte et méditerranéen, n°30, Bulletin de l'École antique de Nîmes, 2013, p. 373-378 (en ligne).
  • Alexandra Roche, Les sociétés gauloises de Basse Provence : Intégration ou résistance aux manières de table italiques. Ier s. av. J.-C. - début Ier s. ap. J.-C, thèse de doctorat soutenue le 23 septembre 2013, Aix-Marseille Université, jury : Dominique Garcia (directeur), Jean-Christophe Sourisseau, Sandrine Boularot, Bernard Dedet (présentation en ligne).
  • Philippe Gruat, Dominique Garcia, « Stèles et sculptures de la Celtique méditerranéenne du premier âge du Fer (VIIIe – Ve siècles av. J.-C. », in Guerriers celtes du Midi, [catalogue d'exposition], Musée Fenaille, 2016, p. 24-25, 44-45, 78-79.
  • Yves Marcadal, Jean-Louis Paillet (collab. Alexandra Roche et Henri Tréziny), Défendre un oppidum en Provence, Éditions Errance, 2017 (ISBN 978-2-87772-610-8).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :