Ernaginum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ernaginum
Ernaginum sur la table de Peutinger
Ernaginum sur la table de Peutinger
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Arms of the French Region of Provence-Alpes-Côte d'Azur.svg Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Blason département fr Bouches-du-Rhône.svg Bouches-du-Rhône
Commune Tarascon
Coordonnées 43° 46′ 06″ nord, 4° 41′ 45″ est
Altitude 48 m

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Ernaginum
Ernaginum

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Ernaginum
Ernaginum
Histoire
Époque ProtohistoireAntiquité

Ernaginum est le nom d'une cité antique située sur le territoire de l'actuelle commune de Tarascon, à proximité du village de Saint-Étienne-du-Grès (Bouches-du-Rhône). Ptolémée la cite au IIe siècle sous le nom grec de Ερναγινον[1] (Ernaginon). Mais certains la rapprochent de la cité de Bergine évoquée par Avienus qui cite des voyageurs des Ve – IVe siècles av. J.-C. et la localise sur le territoire des Salyens[2].

Ernaginum constitue un relais routier majeur tout au long de l'Antiquité car il se situe à l'intersection de trois voies anciennes : la Voie Domitienne, la Voie Aurélienne et la Via Agrippa[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ernaginum est à l'origine un oppidum protohistorique, constitué par la suite en station routière, ainsi qu'en témoigne Ptolémée[1]. Il s'agit du chef-lieu de la tribu des Nearchi, tribu salyenne évoquée par Festus Avienus[4]. L'oppidum se situe à flanc de côté sur la partie ouest des Alpilles, mais aussi dans la plaine, sur le trajet de plusieurs voies romaines d'importance[5]. La présence du site de Saint-Gabriel (Ernaginum) s'explique par sa position privilégiée, à l'extrémité de la chaîne des Alpilles et dominant la vallée du Rhône. Le piémont est alors parcouru de voies protohistoriques, aménagées ultérieurement par l'armée romaine[6].

Alors que la Protohistoire est fortement marquée par le pastoralisme et l'agriculture dans les Alpilles, on extrait de la pierre calcaire dans des carrières aux alentours d'Ernaginum[7].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ptolémée, Géographie, II, 10, 8.
  2. « Avienus. Les régions maritimes », numérisé et mis en page par Thierry Vebr, remacle.org.
  3. Fl. Verdin, « Ernaginum/Saint-Gabriel (Tarascon) », in Les Alpilles. Encyclopédie d'une montagne provençale, divers auteurs, éd. Les Alpes de Lumière, Forcalquier, 2009, p. 155.
  4. Avienus, Ora Maritima, vers 700.
  5. Fabienne Gateau (dir.) et Michiel Gazenbeek (dir.), Les Alpilles et la Montagnette, coll. « Carte archéologique de la Gaule » (no 13/2), éd. Académie des inscriptions et belles-lettres, Ministère de la Culture et de la Communication, Ministère de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, diff. Fondation Maison des sciences de l'homme, Paris, 1999, p. 412.
  6. Y. Marcadal, « À la périphérie de la chaîne », in Les Alpilles, encyclopédie d'une montagne provençale, op. cit., p. 145.
  7. P. Arcelin, « Le peuplement des Alpilles durant l'âge du Fer », in Les Alpilles, encyclopédie d'une montagne provençale, divers auteurs, éd. Les Alpes de Lumière, Forcalquier, 2009, p. 143.

Articles connexes[modifier | modifier le code]