Aller au contenu

Nouveau parti de la prospérité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nouveau parti de la prospérité
(tr) Yeniden Refah Partisi
Image illustrative de l’article Nouveau parti de la prospérité
Logotype officiel.
Présentation
Chef Fatih Erbakan (en)
Fondation
Scission de Parti de la félicité
Siège Ankara, Turquie
Fondateur Fatih Erbakan (en)
Abréviations Yeniden Refah (officielle)[1]
YRP (non-officielle)
Slogan Milletimiz için biz varız
(« Nous somme ici pour notre nation »)
Positionnement Extrême droite
Idéologie Islamisme[2]
Millî Görüş
Conservatisme religieux
Antisionisme
Euroscepticisme dur
Russophilie[3],[4],[5]
Antiféminisme[6]
Antivax
Affiliation nationale Alliance populaire (depuis )
Adhérents 269 391 (en [7])
Couleurs Rouge
Blanc
Site web yenidenrefahpartisi.org.tr
Représentation
Députés
4  /  600

Le Nouveau parti de la prospérité (en turc : Yeniden Refah Partisi, abrégé YRP) est un parti politique islamiste turque et un des successeurs du Parti de la prospérité[8]. Il adopte l'idéologie de la « vision nationale » (en turc : Millî Görüş).

Le Nouveau parti de la prospérité est fondé par Fatih Erbakan (en), fils de l'ancien Premier ministre de Turquie Necmettin Erbakan, le [9],[10].

Le , le chef du parti politique danois d'extrême droite Ligne dure, Rasmus Paludan, est autorisé à brûler un Coran devant l'ambassade de Turquie à Stockholm[11]. À la suite de l'incident, le parti proteste contre la Suède devant le consulat général suédois à Istanbul[12].

Le parti annonce la candidature de Fatih Erbakan à l'élection présidentielle turque de 2023[13]. Cependant, le parti fait marche arrière et rejoint l'Alliance populaire, le [14].

Positionnement politique

[modifier | modifier le code]

Le parti est fondé avec le slogan « Nous sommes ici pour notre nation »[15],[16],[17]. Le parti précise que ses principaux objectifs sont « d'abord la moralité et la spiritualité, puis la conception d'un nouvel ordre mondial sous la direction de la Turquie et la mise en place d'un ordre juste »[1].

Fatih Erbakan déclare que le nouveau parti social remplacerait le système actuel par un nouveau régime présidentiel, et que le retour à un régime parlementaire serait préjudiciable. Le parti prend également une forte position antisioniste comme son prédécesseur[18].

Le parti est contre les droits des LGBT et déclare que les personnes LGBT sont « une perversion interdite dans toutes les religions »[19]. Un objectif principal du parti est aussi de lever une loi qui protège les femmes et les enfants contre les violences domestiques[20],[21].

Controverses

[modifier | modifier le code]

Le vice-président de l'aile jeunesse d'Istanbul, Sadık Tunç, fait des commentaires controversés lors du 97e anniversaire de l'abolition du califat en Turquie[22]: « L'ordre du califat et de la charia sera restauré »[23]. La Constitution turque[24] interdit de proposer ou d'appeler l'abandon de la laïcité, ou l'abandon de la loi qui l'empêche elle-même, tout en rendant les quatre premiers articles de la constitution intouchables et immuables[25]. Le parti prédécesseur du YRP a notamment été dissous et interdit par la Cour constitutionnelle de Turquie en en raison de leur programme islamiste sous le mémorandum militaire turc[26]. Après la controverse, Sadık Tunç supprime son tweet sur Twitter à propos du sujet[23].

Le président et fondateur du nouveau parti, Fatih Erbakan, est également un partisan ouvert du mouvement anti-vaccin pendant la pandémie de Covid-19 en Turquie. Il affirme que les vaccins contre la Covid-19 pourraient amener des personnes à donner naissance à des enfants « mi-humains, mi-singes »[27].

Résultats électoraux

[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles

[modifier | modifier le code]
Élection Candidat 1er tour 2d tour Résultat
Voix % Voix %
2023 Recep Tayyip Erdoğan[a] 27 088 360 49,50 27 834 692 52,18 Élu

Élections législatives

[modifier | modifier le code]
Année Suffrages % Rang Sièges +/-
2023 1 531 465 2,82 6e
5  /  600
Nv

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Président sortant, il est membre de l'AKP et le candidat commun pour l'Alliance populaire.

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b (tr) « Yeniden Refah Partisi : Parti Tüzüğü », sur yenidenrefahpartisi.org.tr, Nouveau parti social, (consulté le )
  2. (en) Didem Unal, « The threats and possibilities awaiting the gender-equal democracy in Turkey after the 2023 general elections », sur blogs.lse.ac.uk, London School of Economics, (consulté le )
  3. « ABD'nin Türkiye'yi F-35 projesinden çıkarması ile ilgili basın açıklaması »
  4. « Haftalık Değerlendirme Raporu - Siyasî İşler Başkanlığı - 25.01.2020 »
  5. « Rusya Araştırmaları Enstitüsü (RUSEN) Heyetinden Ziyaret »
  6. (tr) « Fatih Erbakan’a göre ha faşizm ha feminizm », sur diken.com.tr, Diken, (consulté le )
  7. (tr) Cour de cassation, « Yeniden Refah Partisi », sur yargitaycb.gov.tr, (consulté le )
  8. (en) Nurbanu Kizil, « New parties to have little impact on future of Turkish politics, expert says », sur dailysabah.com, Daily Sabah, (consulté le )
  9. (tr) « "Yeniden Refah Partisi" kuruldu » [Youtube], Youtube, (consulté le )
  10. (tr) Haber Giriş, « Yeniden Refah Partisi'nin kurucular listesi », sur memurlar.net, Memurlar, (consulté le )
  11. (en) Karl Ritter et Zeynep Bilginsoy, « Turkey condemns Sweden protests, cancels ministers’ meeting », sur apnews.com, Associated Press, (consulté le )
  12. (tr) Mustafa Mert, « Yeniden Refah Partisi Gençlik Kolları İsveç’te Kur’an-ı Kerim yakılmasını protesto etti », sur dha.com, Agence Demirören, (consulté le )
  13. (tr) Rédaction, « Yeniden Refah Partisi Cumhurbaşkanı adayı Fatih Erbakan kimdir, nereli, kaç yaşında? Necmettin Erbakan'ın oğlu mu ? », sur cumhuriyet.com.tr, Cumhuriyet, (consulté le )
  14. (tr) « Yeniden Refah Partisi, Cumhur İttifakı’na katıldı », sur sozcu.com.tr, Sözcü, (consulté le )
  15. (tr) « Milletimiz için Biz Variz! Yeniden Refah Tanitim Baskanligt 2019 » [youtube], sur youtube.com, Youtube, (consulté le )
  16. (tr) Rédaction, « Erhürman seçimde Refah Partisi’nin sloganını mı kullanacak ? », sur gazeddakibris.com, Gazeddakıbrıs, (consulté le )
  17. (tr) « Yeniden Refah Partisi : Partisi Programi », sur yenidenrefahpartisi.org.tr, Nouveau parti social (consulté le )
  18. (tr) « Yeniden Refah Partisi : Siyasi işler başkanliği haftalik raporu », sur yenidenrefahpartisi.org.tr, Nouveau parti social, (consulté le )
  19. (tr) « Fatih Erbakan : İktidara gelince LGBTİ derneklerini kapatacağız », sur ensonhaber.com, EnSon Haber, (consulté le )
  20. (en) Andrew Wilks, « Turkey’s ruling alliance welcomes Islamist parties with misogynist agendas », sur al-monitor.com, Al-Monitor, (consulté le )
  21. (en) Aslı Aydıntaşbaş, « Letter from Istanbul : Turkey has difficult years ahead », sur brookings.edu, Brookings Institution, (consulté le )
  22. (tr) « Yeniden Refah Partisi: 'Şeriatı ilan edeceğimiz günler yakındır' », sur dogrusu.com, Doğrusu, (consulté le )
  23. a et b (tr) Rédaction, « Yeniden Refah Partisi'nden hilafet paylaşımı: "Şeriat-ı Garra-i Muhammediyye'yi ilan edeceğimiz günler yakındır" », sur cumhuriyet.com.tr, Cumhuriyet, (consulté le )
  24. (en) Turquie. « Constitution de la Turquie ». (version en vigueur : 2017) [lire en ligne (page consultée le 16 mai 2023)]
  25. (en) Turquie. « Constitution de la Turquie », art. 4. (version en vigueur : 2017) [lire en ligne (page consultée le 16 mai 2023)]
  26. Voir aussi : Parti de la prospérité (Turquie)#Démission d'Erbakan et dissolution du RP.
  27. (tr) Rédaction, « Fatih Erbakan'dan aşı çıkışı: "Yarı insan yarı maymun çocuklar doğurabilirler" », sur cumhuriyet.com.tr, Cumhuriyet, (consulté le )

Liens externes

[modifier | modifier le code]