Abolition du califat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’abolition du califat est une décision de la Grande Assemblée nationale de Turquie, en 1924, sur proposition de Mustafa Kemal, de mettre fin au califat islamique qui avait cours dans l’Empire ottoman depuis le XVIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la suite de la Première Guerre mondiale, le traité de Sèvres du 10 août 1920 prévoit le démantèlement de l'Empire ottoman, qui appartient au camp des puissances vaincues (Allemagne, Autriche-Hongrie, Bulgarie).

Dès la phase d'élaboration de ce traité, ce projet de démantèlement provoque en Turquie un sursaut national autour du général Mustafa Kemal . Une Grande Assemblée nationale de Turquie est constituée le 23 avril 1920, à la suite des élections organisées par le général Kemal. Ce dernier en devient président à l'unanimité. La signature du Traité de Sèvres le 10 août 1920, et les succès militaires du général Mustafa Kemal, accentuent le ralliement de la population turque au mouvement incarné par le général. Le 19 novembre 1922, le sultanat est aboli, le dernier sultan Mehmed VI est déposé. Durant cette première étape de changement de régime politique, Mustafa Kemal dissocie le sultanat de Constantinople, pouvoir politique, du califat, pouvoir religieux, même si les deux s'incarnait depuis le XVIe siècle en un seul homme  : « le Califat est une chose très importante dans l'Islam parce qu'il forme un lien sacré entre les Musulmans » affirme encore le 1er novembre 1922 le président turc. Cette séparation entre les pouvoirs politique et spirituel correspond à son choix de laïcité du nouveau régime. Le califat est donc maintenu dans cette première étape, et Abdülmecid II est désigné nouveau calife (le 101e à la place de son cousin Mehmed VI[1].

Le 29 octobre 1923, Mustafa Kemal, futur Atatürk, fait proclamer la République turque par cette Grande Assemblée nationale réunie à Ankara (ou Angora), nouvelle capitale du pays. Il en devient le premier président. Mais le 3 mars 1924, toujours sur proposition de Mustafa Kemal, la Grande Assemblée nationale de Turquie vote aussi l'abolition du califat. Le 101e calife Abdülmecid est contraint à l'exil[2]

Les raisons de l'abolition du califat sont essentiellement politiques car le calife était devenu en quelques mois un des points de ralliement de l'opposition monarchiste et religieuse. Il était également un vecteur d'interférences, pour d'autres États, dans la politique intérieure turque. Mustapha Kemal accentue aussi, par cette décision, la rupture avec le passé, et la distinction entre la Turquie, dont il veut faire un État laïque, et l'Islam[1].

Cette abolition a été contestée par des musulmans en dehors de la Turquie, en Égypte par exemple, mais aussi dans d'autres pays, jusqu'en Inde, même si, parmi certains intellectuels, Ali Abd al-Raziq en Égypte avait rappelé dès 1925, dans un ouvrage intitulé L'Islam et les fondements du pouvoir, qu’il n’est jamais fait mention du Califat dans le Coran et qu'il n'est pas consubstantiel à l'Islam. Pour les musulmans contestant cette abolition, elle ne peut pas être une décision de l'assemblée turque mais ne peut être décidée que par l'ensemble de l'Oumma, la communauté musulmane[3],[4].

Cette situation génère, depuis le milieu des années 1990, de nombreuses auto-proclamations, comme celle de l'Irakien Abou Bakr al-Baghdadi[5],[6].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]