Millî Görüş

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Millî Görüş (prononcé [mil.li: gœ.ɾyʃ ], littéralement « vision de la communauté religieuse ») est une organisation islamique européenne siégeant à Cologne en Allemagne et présidé par Kemal Ergün depuis 2011.

Fondée en 1969 par Necmettin Erbakan, ancien Premier ministre turc, l'organisation religieuse va ensuite se répandre progressivement dans l'Europe entière, sous l'impulsion de membres de la diaspora turque en Allemagne, qui créeront, indépendamment du contexte politique turc, leur entité propre : Islamische Gemeinschaft Millî Görüş

Définition de « Millî Görüş »[modifier | modifier le code]

Le mot « millî » vient du terme coranique « millat » qui est accolé à Ibrâhîm (Abraham). Cité à plusieurs reprises dans le Coran, notamment dans le verset 95 de la sourate 3 (Âl-‘Imrân), le verset 125 de la sourate 4 (An-Nisâ), le verset 123 de la sourate 16 (An-Nahl). Cela fait référence au fait de suivre la religion (monothéiste) du prophète Ibrâhîm. Et le mot « görüş » signifie vision. Millî Görüş peut donc être traduit avec sa signification par : vision de la communauté qui suit la religion d’Ibrâhîm.

France[modifier | modifier le code]

En France, l'organisation se nomme Confédération Islamique Millî Görüş (CIMG). Elle gère 70 mosquées, compte plusieurs dizaines de milliers de membres et porte notamment le projet de la plus grande mosquée d'Europe, en France à Strasbourg, qui ouvrira ses portes entre 2019 et 2020.

La CIMG est un membre statuaire du Conseil français du culte musulman (CFCM) et à ce titre elle est présente au bureau exécutif.

Turquie[modifier | modifier le code]

Plusieurs formations politiques islamistes sont associées à ce courant, en particulier celles de Necmettin Erbakan :

Étranger[modifier | modifier le code]

Polémique en Allemagne[modifier | modifier le code]

En mai 2013, le procureur de Cologne a accusé le Secrétaire général du mouvement de fraude sur les dons et de fraude fiscale. Le Secrétaire général aurait détourné avec trois anciens responsables de la communauté plus de onze millions d'euros de dons. Entre 2005 et 2009, les accusés auraient rassemblé environ 377 000 dons d'un montant de 100 euros des croyants musulmans et en auraient détourné près d'un tiers[1]. Cependant, le détournement n'a pas pu être prouvé[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]